Partagez | 
 

 Rose || inside all of us is a wild thing.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Rose Gallagher
|| ADMIN || Don't call me Doc' !


Messages : 1051

Date d'inscription : 15/05/2013



✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤
Inventory
:

MessageSujet: Rose || inside all of us is a wild thing.   Mer 15 Mai - 17:09

Rose Dalliah Gallagher




|| Nom : Gallagher
|| Prénom(s) : Rose, Dalliah
|| Âge : 26 ans
|| Lieu de naissance : Irlande (Dublin)
|| Statut : Célibataire
|| Métier : Vétérinaire

|| Groupe : Wanna Stay Strong
|| Rôle : "Infirmière", elle soigne les blessures et se fait surnommée "Doc". Surnom qu'elle n'apprécie pas toujours, ne se voyant pas comme une docteur.
|| Arme de prédilection : Beretta

|| Avatar : Lauren Cohan
|| Crédit (c) : Tumblr


Basic Inventory
Rose possède le strict nécessaire. Sa veste en cuir qu'elle ne quitterait pour rien au monde. Une paire de lunettes qu'elle utilise rarement. Le médaillon avec le nom de son chien dessus et l'attrape rêve qu'elle a récupéré de chez sa tante. Dans un sac elle possède des bandages, une bouteille d'eau, du désinfectant et de l'adhésif. Elle a toujours de quoi soigner sur elle. Pour se défendre elle garde sur elle constamment un couteau (qui peut lui servir parfois, s'il faut retirer une balle ou quoique ce soit dans une plaie) et un beretta.



My history, before and after.

Je m'appelle Rose Gallagher. J'ai vingt-six ans. Je suis irlandaise. Et c'est la fin du monde.

J'ai toujours fait des cauchemars, d'aussi loin que je me souvienne. Ma mère me racontait qu'étant enfant, jusqu'à mes dix ans, j'étais sujet à des terreurs nocturnes. Je me réveillais en pleine nuit, hurlant de terreur, le teint pâle et les yeux ecarquillés. Cette crise durait parfois jusqu'à vingt minutes, sans que mes parents ne puissent me calmer, ni même me toucher. Je me demande encore ce dont je pouvais rêver. Quels genre de cauchemars peuvent faire aussi peur à un enfant ? Lorsque mes terreurs nocturnes sont passées, mes parents furent soulagés. Pas moi. J'ai continué à faire des cauchemars, je ne me réveillais plus en hurlant et en pleine crise de panique, mais je me réveillais en sursaut avec les images terrifiantes de mes cauchemars encore en mémoire. C'est le seul avantage des terreurs nocturnes. On ne se souvient de rien au réveil. Dans mes cauchemars, tout m'arrivait. Que ce soit mourir dans diverses circonstances, découvrir mes parents inertes, être abandonnée, perdue... Ma tante m'avait offert un attrape rêve. Selon les croyances indiennes, l'attrape rêve conserve les belles images de la nuit et brûle les mauvaises aux premières lueurs du jour. J'ai toujours voulu y croire, je crois que c'est la seule chose à laquelle je voulais croire. Mais j'avais toujours peur que s'il se casse un jour, tous mes cauchemars s'échapperaient et reviendraient pour moi. Ma famille a toujours été assez "spéciale". Mon père, botaniste, amoureux des fleurs -vous comprenez alors d'où sortent mes prénoms-, passait le plus clair de son temps dans sa serre à chouchouter ses plantes. Parfois il m'arrivait de l'espionner. Je pouvais l'entendre parler à ses plantes, les rassurer, leur raconter des histoires drôles ou des récits d'aventure. C'était sa bulle à lui, que personne ne pouvait percer et que personne ne pouvait partager, pas même ma mère. Ma mère quant à elle, elle passait son temps à me chouchouter. Elle n'avait qu'une seule petite fille, pour elle c'était comme avoir une poupée vivante. Je n'ai jamais manqué de rien, mais j'aurais surement préféré qu'elle donne ce trop plein d'affection à ceux qui en avaient vraiment besoin. Elle avait une collection de poupées, qu'elle passait son temps à habiller. Cette pièce me foutait toujours les jetons. J'avais toujours l'impression qu'un jour, ils finiraient par bouger d'eux-mêmes. Elle a bien vite délaissé ses poupées, pour moi. J'étais devenue sa poupée à elle, elle me créait des robes de princesses, me coiffait, me pouponnait et je me laissais faire. Mon enfance se résume principalement à ça. J'ai grandi entre leur extravagance et mes cauchemars.

À partir de mes quatorze ans, je partais chaque été chez ma tante en Ecosse. Elle ne vivait pas loin de Fort William, à une heure de route dans une petite bicoque située au milieu des champs. Au début, je n'aimais pas y aller. C'était un coin paumé, j'étais loin de mes amies et je m'ennuyais à longueur de journées. Mais petit à petit, je me suis rendu compte de la beauté de cet endroit et j'ai commencé à apprécier la région. Je crois que plus les années passaient et plus j'étais impatiente de partir là-bas. La maison de ma tante était semblable à une maison sortie tout droit d'Harry Potter. Petite à l'extérieur mais grande à l'intérieur. Elle était remplie de bibelots en tout genre, des trucs qu'elle emmagasinait depuis des lustres et dont elle ne voulait pas se séparer. Il y a une pièce que j'affectionne plus que tout. Située dans le grenier, c'est une petite pièce qui sent la poussière. Il y a un tapis, couleur bleu roi et aussi doux que du duvet. J'aime me retrouver pieds nus sur ce tapis. Le plancher grince à chacun de vos pas et les toiles d'araignées se suspendent dans chaque recoin de la pièce. Et sur les étagères, une centaine -quoique surement plus- de figurines. Des chats, des chiens, des chevaux, des tortues, des grenouilles, des moutons... Et lorsque le soleil traverse la persienne, tout semble s'animer, briller, dans la pièce. Un endroit magique, mon endroit préféré. Ma tante a toujours été quelqu'un de spécial. Dans la famille et même à Fort William, ils la traitent de folle. Pourtant, elle est aussi seine d'esprit que vous et moi. Ma tante elle croit en beaucoup de choses. Elle croit en dieu, elle croit en la réincarnation, aux fantômes, au monstre du loch ness et même aux extra-terrestre. Il n'y a pas de femme plus ouverte d'esprit qu'elle. Cohabitaient crucifix, statue de bouddha, attrape rêves et menora. Elle n'était pas folle, elle était juste aussi extravertie que sa soeur (ma mère). Avec ma tante j'ai appris bien plus qu'avec mes parents. Je crois que si je peux survivre aujourd'hui, c'est grâce à elle. Selon elle, pour que mes cauchemars cessent, il fallait que je sache me défendre. Comme ça, je serais capable de me battre dans mon rêve et de vaincre le mal. Oui, elle pensait aussi que l'on pouvait prendre le "contrôle" de ses rêves. Elle m'a inscrite à des cours de jiu-jitsu et ce dans le plus grand secret. Ma mère n'aurait surement jamais approuvé ça, elle préférait que je fasse de la danse. Mais le jiu-jitsu c'était une sorte de danse aussi, vous savez que ça signifie "l'art de la souplesse" ? Je n'ai pas suivi beaucoup de cours, juste assez pour savoir me défendre. Bien sûr, savoir me battre n'a jamais servi contre mes cauchemars, je ne pensais pas que ça me servirait un jour. Aujourd'hui, je peux facilement me défaire d'un walker ou d'un mercenaire. Ma tante m'a appris aussi à me servir d'une carabine, dans toutes les étrangetés qu'elle pouvait faire, le ball trap en faisait partie. Quand je pense que maintenant, ce n'est plus sur des assiettes que je tire, mais sur des cadavres... J'ai appris à coudre avec elle, à cuisiner, à jardiner et à tant de choses. Elle représentait tellement pour moi, plus que mes parents, qui ne m'apprenaient rien hormis le fait qu'ils m'aimaient plus que tout. Mais ça, je le savais déjà.

En grandissant je suis devenue plus sûre de moi. Je crois que c'est comme ça que j'ai réussis à me défaire de mes cauchemars. Cependant, je laissais toujours l'attrape rêve au-dessus de mon lit. Par précaution. C'est qu'une babiole, mais le simple fait de croire que grâce à ça je n'aurais plus de cauchemar, fait que je n'en ai plus. C'est plus efficace qu'une boite de xanax. Ma mère aurait voulu que je devienne médecin, infirmière ou chirurgienne. Mon père lui... Il voulait juste que je trouve ma voie. Et je l'ai trouvée. J'allais devenir vétérinaire. C'était une évidence. J'ai toujours eu un bon feeling avec les animaux, même si nous n'en possédions pas à la maison, je ramassais toujours les animaux blessés dans notre jardin pour m'en occuper. Une chose que ma mère avait en horreur. Je pouvais autant ramener un chat, qu'un oiseau ou un rat. Mon père m'aidait parfois à m'en occuper, leur trouver à manger ou les soigner avec moi. Je crois que c'est la seule chose que je pouvais faire avec lui. Une fois soignés, je les libérais au fond du jardin. Ça doit être comme ça qu'un beau jour, je décide de devenir vétérinaire. Ma mère aura beau ne pas apprécier ce choix, elle ne pouvait cacher sa fierté lorsque je fus diplômée et que j'eu trouvé un job dans un cabinet vétérinaire. Sa petite fille était déjà une adulte et quittait le nid. Ça a été dur pour elle, mais elle s'y est fait. Elle n'avait pas trop le choix non plus. Dès que j'ai eu l'occasion de quitter le nid familial, je l'ai fait. J'avais besoin d'indépendance, d'aventure, de vivre ma vie. Je possédais un petit appart' à Dublin, non loin de mon travail. Une petite vie tranquille. Ma vie sociale n'a jamais été extraordinaire. Je suis tombée amoureuses deux fois et j'ai connu de nombreuses histoires. Je sortais avec mes amies ou passait mon temps à mon travail. J'étais une acharnée du travail, même si je prenais du temps pour moi, je préférais passer mon temps à la clinique, à m'occuper des animaux. C'est comme ça qu'il est apparu dans ma vie. Un jeune Berger Allemand était arrivé en urgence à la clinique, il venait de se faire renverser par une voiture. Pas d'identité, de tatouage ou de puce. Un chien errant, ou abandonné. Il s'est vite remis de ses blessures et il s'est immédiatement attaché à moi. Je n'avais pas tellement envie d'avoir un chien, surtout dans un appartement. Mais je n'avais pas envie non plus de le mettre dans un refuge. J'ai fini par le prendre avec moi et ce chien... Il est devenu tout pour moi.

J'étais chez ma tante, en Ecosse quand c'est arrivé. J'avais emmené Jack avec moi (le chien) et comme chaque année, je passais mes vacances chez elle. Elle était toujours prête à m'accueillir et toujours ravie de le faire. Elle m'a réveillé en pleine nuit. Pour une fois, je passais une nuit sans cauchemars. Du moins, c'est ce que je croyais. « Vite Rose, réveille toi ! » Je la suis dans l'obscurité de la maison, je n'ai aucune idée de ce qui peut se passer. Connaissant ma tante ça pouvait être tout et n'importe quoi. Un fantôme dans la maison ou un extra-terrestre dans le jardin. Je préfère la suivre sans rien dire, le chien sur mes talons. Je la vois observer les fenêtres, anxieuse, tirant les rideaux et faisant le moins de bruit possible. Ne pouvant plus tenir je finis par lui demander. « Mais qu'est-ce qui se passe ? Une invasion extra-terrestre ? » Je lançais une pointe d'humour, pas pour me moquer d'elle, juste pour masquer ma peur. Parce qu'elle commençait vraiment à m'inquiéter. Elle s'approche de moi et prends mon visage entre ses mains. « Les morts sont sortis de leur tombe » Elle me sort ça, comme ça. J'ai pensé, l'espace d'un instant, qu'elle perdait la boule. Mais ce qui me faisais le plus peur, c'était la sincérité de ses mots. Je n'avais pas envie d'y croire, elle avait surement du rêver. Je roule les yeux au ciel et me libère de ses mains froides. « Tu as dû encore rêver tantie, les morts peuvent pas se balader comme ça ! » Lui dis-je tout en ouvrant la porte de la cuisine, qui menait au potager. « Tu vois y a rien ! » Et là, devant moi une silhouette titube. Je ne sais pas si c'est parce qu'il faisait trop sombre, ou si c'est parce que je n'avais pas envie de voir. Je crois qu'il était mal fagoté, un oeil en moins et les bras flasques. Je me souviens surtout de l'odeur immonde et de Jack grognant derrière moi. J'étais tétanisée. Ma tante me tira à l'intérieur de la maison et ferma la porte brusquement. « Rose, va me chercher la carabine, vite ! » Je n'ai même pas le temps de réfléchir à la situation qu'elle me pousse vers le couloir. La carabine. Je monte les marches quatre à quatre et me jette sur le placard du palier. J'entends le chien qui aboie bruyamment dans la cuisine. J'ai peur. Je descends les escaliers aussi vite que je les ai montés. Je m'étonne moi-même de ne pas être tombée. Le temps que j'arrive à la cuisine et c'était déjà trop tard. Les aboiements du chien avaient du couvrir les cris de ma tante. Ses yeux étaient injectés de sang et une morsure était visible. Je n'avais jamais vu de telle blessure. Bien sûr j'avais déjà été face à des blessures impressionnante avec mon travail. Mais jamais je n'avais pu voir une telle morsure, surtout faite par un humain. Enfin, si on pouvait encore appeler ça un humain. Le premier cadavre s'approche de moi, il râle et me fixe de son regard livide. Je panique. Je tente d'armer la carabine, je peine à mettre les cartouches à leur place. Quand finalement j'arme la carabine, il n'est plus qu'à un mètre à peine de moi. Son odeur est insupportable. Je fronce le nez et sans réfléchir je tire. Sa tête explose. Il y a du sang partout. Je ne sais pas bien ce qui s'est passé ensuite, j'avais l'impression de n'être que spectatrice de la scène, comme si quelqu'un d'autre prenait les rênes de mon corps. Ma tante, ou du moins de qui reste d'elle, s'avance à son tour vers moi, je pointe mon arme sur elle. Impossible d'appuyer sur la gâchette. C'était ma tante. J'avais beau vouloir le faire je n'y arrive pas. Jack aboyait de nouveau après ma tante, il se plaça entre elle et moi et commença à lui grogner après. Ma tante eu un intérêt soudain pour lui et s'approchant de lui elle réussit à lui mettre la main dessus. Tandis qu'il piaillait elle lui mordait l'échine. Je ne pouvais rien faire, je n'osais rien faire. Je restais là, face à ce spectacle immonde, impuissante. Elle arrachait la chaire du chien avec hargne. J'ai eu un haut le coeur, ce qui me fit revenir à la réalité. Je ne sais toujours pas comment j'ai pu faire pour m'enfuir et ne pas rester là tétanisée. Ce chien m'avait sauvé la vie d'une certaine façon. Je me souviens juste avoir pris ma veste, les clefs du pick-up et avoir couru jusqu'au véhicule. Je suis restée un moment dans le véhicule, me pinçant les bras jusqu'à avoir des bleus. Priant pour me réveiller de cet affreux cauchemar.

Une fois remise du choc j'ai roulé jusqu'à Fort William. J'avais l'intention de monter dans le premier bateau et de retourner chez moi en Irlande. Je ne pouvais penser à autre chose qu'à mes parents. Il fallait que je sache s'ils allaient bien. Bien sûr, une fois arrivé au port j'ai bien vu ce qui en restait déjà et la panique aux alentours. C'était foutu, je ne pouvais pas partir d'ici et je savais bien que tout ceci n'était pas un cauchemar mais bien la réalité. Je suis retournée jusqu'à la maison de ma tante, qui n'était plus là. J'ai fourré le strict nécessaire dans un sac, j'ai récupéré le collier de mon chien (dont il ne restait rien) et l'attrape rêve qui était au-dessus du lit et je suis partie. Je me suis trouvée un endroit sûr et j'ai survécu comme j'ai pu, je ne sais pas comment j'ai fait pour m'en sortir. Je n'ai pas réfléchi, j'ai juste agi. Je me suis retrouvée dans le pétrin une fois, c'est comme ça que je les ai découverts. Encerclée par ces zombies, je m'imagine déjà morte alors qu'ils sortent de nulle part et neutralise les morts-vivants. Je n'ai jamais été aussi heureuse de ma vie que de tomber sur de parfaits étrangers. Ils m'ont parlé d'un groupe de survivants à Fort William. Une ville sûre, de la nourriture et des gens pour les protéger. Je n'y ai pas réfléchis à deux fois, j'ai sauté sur l'occasion. Ça fait un moment maintenant que je vis parmi eux, je ne saurais vous dire combien de temps exactement, j'ai cessé de compter les jours depuis longtemps. N'ayant pas de médecin ou d'infirmière, je suis la meilleure qualifiée pour soigner qui-que ce soit. Ils m'ont surnommée "Doc". Je n'aime pas trop ce surnom. Je l'accepte volontiers, mais je dois avouer que je ne me sens pas l'âme d'un docteur. Je ne fais que soigner des blessures. Je suis véto, pas médecin. Je participe aux raids parfois, surtout lorsque j'ai besoin de réapprovisionner l'infirmerie. J'ai besoin d'aller dehors, d'affronter ces choses. J'en ai besoin pour ne pas oublier que c'est réel.

Avec du recul, je vois l'ironie de la chose. Je me suis protégée de mes cauchemars, toute ma vie. Et maintenant, j'en vis un.


And me JS
 






Dernière édition par Rose Gallagher le Lun 22 Juil - 15:53, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité




MessageSujet: Re: Rose || inside all of us is a wild thing.   Mer 15 Mai - 18:15

REBIENVENUE, avec la belle summer quoi j'adooore, j'ai hâte de voir tout ça
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité




MessageSujet: Re: Rose || inside all of us is a wild thing.   Mer 15 Mai - 19:55

Bienvenue dans le coin
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité




MessageSujet: Re: Rose || inside all of us is a wild thing.   Mer 15 Mai - 20:08

Re-bienvenue, have fun avec ce nouveau perso!
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité




MessageSujet: Re: Rose || inside all of us is a wild thing.   Mer 15 Mai - 20:25

Rebienvenue

Rolala Summer est juste magnifique I love you
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité




MessageSujet: Re: Rose || inside all of us is a wild thing.   Mer 15 Mai - 20:35

Rebienvenue "Doc" héhé ! What a Face
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Johnathan Rayne
|| ADMIN || Say my name.


Messages : 9829

Date d'inscription : 11/03/2013



✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤
Inventory
:

MessageSujet: Re: Rose || inside all of us is a wild thing.   Mer 15 Mai - 20:53

Rebienvenue jolie brunette !

✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤



soldier of fortune

Many times I've been a traveller, I looked for something new. Now I feel I'm growing older. And the songs that I have sung echo in the distance like the sound of a windmill goin' 'round. I guess I'll always be a soldier of fortune.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Rose Gallagher
|| ADMIN || Don't call me Doc' !


Messages : 1051

Date d'inscription : 15/05/2013



✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤
Inventory
:

MessageSujet: Re: Rose || inside all of us is a wild thing.   Mer 15 Mai - 21:22

Merci tout le monde

Keith commence pas

✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤


The sound we hear, it is our hearts, they are the time. They're marching clear and swift the beat forever in our mind. It gives us hope, it gives us strength, you know to carry on . Keep fighting till the end and past the end, you will be strong.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité




MessageSujet: Re: Rose || inside all of us is a wild thing.   Mer 15 Mai - 21:34

Re Hellcome

(Keith, pourquoi tu l'embêtes ? >.<)
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité




MessageSujet: Re: Rose || inside all of us is a wild thing.   Mer 15 Mai - 22:37

(Re) Bienvenue chez toiiiii
Summer est
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Messages : 592

Date d'inscription : 28/02/2013



MessageSujet: Re: Rose || inside all of us is a wild thing.   Jeu 16 Mai - 11:43



Bienvenue en enfer.
What's up Doc' ? Hâte de te dévorer pour le dîner ! Peut mieux faire pour l'histoire mais ça ira (autovalidation powa) Arrow

Sur ce on t'invite donc à aller assurer les bases de ta survie en recensant d'abord ta célébrité -et tes scénarios par la suite si besoin est- ICI, après prends bien soin d'aller t'inscrire dans le groupe auquel tu appartiens, ICI, car tu ne voudrais pas être oublié derrière en cas d'attaque de Walkers. Si ce n'est pas déjà fait, on t'invite bien évidemment à lire le règlement et les annexes du forum. Pour le reste, il va de soit de ne pas oublier de remplir ton profil et ouvrir ta fiche de lien, histoire de ne pas être seul et contre tous. Tu es également le/la bienvenue sur la chatbox et le flood ! Alors sur ce, bon RP...ou devrais-je dire, bonne chance !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rose || inside all of us is a wild thing.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Rose || inside all of us is a wild thing.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Rose || inside all of us is a wild thing.
» Oscar et la dame Rose
» Baptême de Wild Cloud
» La fête de la rose à Chaalis
» Sarah Wild

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-