Partagez | 
 

 A bank is a place where they lend you an umbrella in fair weather and ask for it back when it begins to rain → Anna

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Devlin Monthawk
|| ADMIN || ginger ♃ a l e


Messages : 2551

Date d'inscription : 30/07/2013



MessageSujet: A bank is a place where they lend you an umbrella in fair weather and ask for it back when it begins to rain → Anna   Dim 26 Avr - 12:50

Ce n’était pas parce que Devlin avait accouché qu’elle ne faisait plus partie de son groupe. Certes, elle passait bien plus de temps à la maison avec son bébé parce qu’à cet âge, Coco avait plus besoin d’elle que de quiconque et il n’avait jamais été question qu’elle l’emmène sur le bateau où les timbrés qui composaient son groupe auraient certainement trouvé la présence d’un nourrisson braillard gênante, mais elle passait de temps en temps. Voir si on n’avait pas besoin d’elle pour une quelconque mission, voir comment se portait Anna et ses affaires. Autant en profiter, elle se remettait tout doucement de son accouchement et Coco allait bientôt avoir quatre mois. Ce jour-là, il était prévu qu’elles partent en mission avec Anna. Pour quoi faire exactement ? Elle n’en avait aucune idée, à force de ratisser le coin, il n’y avait plus rien d’intéressant nulle part, mais loin d’elle l’idée de contester cet ordre. D’autant plus que ce qui était généralement intéressant pour elle ne l’était jamais pour les autres. Elle avait pour habitude de récupérer bijoux, billets, maquillage, produits de beauté et objets de décoration pour son propre usage sans plus se préoccuper des vivres. Il faut dire qu’elle avait eu la bonne idée de planter diverses choses dans son jardin et que ça aidait grandement à se nourrir malgré ce que pouvait en dire Nessy qui en avait marre de se nourrir de fruits et de légumes, ce petit capricieux. Il n’était pas une vache, comme il l’avait si gentiment fait remarquer.

Le seul petit problème, si petit qu’il tenait au creux de ses bras, était que Nessy et Ezio, accompagnés de Woody et Aonghas, étaient partis à la chasse ce jour-là, la laissant seule avec Coco. Or il était impensable qu’elle laisse la petite seule à la maison ne serait-ce que pour une heure. Tout et n’importe quoi pouvait lui arriver et Devlin ne se le pardonnerait jamais. Peut-être bien qu’elle avait tendance à surprotéger sa fille mais en attendant, elle se portait comme un charme, et ça, tout le monde ne pouvait pas en dire autant. La rouquine n’avait pas d’autres choix que de l’emmener avec et ça ne tombait pas trop mal puisqu’Ezio avait ramené un siège auto pour bébé il y avait de ça quelques jours. La jeune femme se hâta d’aller se préparer, troquant ses talons hauts et ses robes – ben quoi, tant qu’elle restait à la maison, elle pouvait bien se permettre de porter ce qu’elle voulait – contre un jean et des Converse mais ne manqua pas de se maquiller, comme à son habitude. Puis elle récupéra Coco qui gazouillait sagement dans son lit pour la préparer à son tour. Sa fille devait être le bébé apocalyptique le plus stylé du monde, elle ne portait que du Dior, du Chanel et leurs comparses, Devlin y veillait.

Quoi qu’il en soit, ça ne changeait rien au fait que la petite gigotait dans tous les sens et qu’elle semblait n’en avoir rien à fiche de toutes ces marques luxueuses, pour sa part. Elle avait lu dans ses bouquins traitant du sujet « comment devenir une bonne mère ? » que les enfants de cet âge commençaient à bouger dans tous les sens et à émettre des sons avec plus ou moins de volume. Il fallait bien admettre que c’était le cas, puisque dès qu’elle fut prête et au prix d’un effort considérable, Coco attrapa une mèche de cheveux de sa mère pour la porter à sa bouche. Devlin savait qu’elle avait de beaux cheveux – pour ne pas dire magnifiques, pourquoi faire preuve de modestie ? -, mais de là à avoir envie de les goûter… Bref, elle prit le porte-bébé et ses couteaux, ainsi que deux ou trois autres petites choses et sortit de la maison en s’assurant de bien fermer la porte derrière elle. Sangler Coco dans son siège-auto ne fut pas des plus faciles mais elle y parvint tout de même et c’est avec un peu de retard qu’elle se présenta au lieu de rendez-vous pour prendre Anna. La rouquine mettait un point d’honneur à ne pas montrer aux autres KFL qu’elle possédait une super voiture en état de marche sinon ils seraient bien capables de vouloir se l’approprier et ça, ce n’était pas possible, Kevin faisait partie de la famille, c’était comme leur troisième enfant !
Devlin s’arrêta à la hauteur d’Anna et baissa la vitre.

    « Désolée j’ai pas pu faire autrement, Ezio m’a laissé la petite sur les bras. J’espère que ça t’ennuie pas. »


Puis ce n’était pas un mal, Coco avait besoin de sortir, elle aussi, elle ne pouvait décemment pas rester enfermée toute sa vie. Seulement, plutôt que de l’emmener au parc pour lui faire connaître la joie de se balancer sur une balançoire, elle l’emmenait voir des zombies. Le but étant d’en faire une super guerrière, bien évidemment. Une fois qu’Anna fut montée à bord, Devlin prit la direction d’Inverness. S’il y avait encore quelque chose à récupérer, c’était forcément car c’était une assez grande ville, infestée de walkers et que les gens n’osaient pas trop s’y aventurer. La jeune femme, elle, avait une voiture, donc elle pouvait se permettre d’y aller et de leur rouler dessus. Enfin, dans la mesure du possible, elle préférait ne pas trop cabosser sa Corvette, tout de même.

✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤

be a good baby, do what i want
You ever love someone so much you thought your little heart was gonna break in two ? You ever tried with all your heart and soul to get you lover back to you ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Anna Mayfair
Kick Girl en Cb. Running Girl en Rp


Messages : 1061

Date d'inscription : 20/08/2013



✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤
Inventory
:

MessageSujet: Re: A bank is a place where they lend you an umbrella in fair weather and ask for it back when it begins to rain → Anna   Jeu 21 Mai - 2:53

Aujourd'hui : mission avec Devlin obligatoire. Il y avait bien pire comme ordre à recevoir. Tu essayais toujours de partir avec elle. Autant le faire avec quelqu'un qui comprenait et respectait ta peur des rôdeurs. Ce n'était pas donné à n'importe qui. On avait dû comprendre que toutes les deux étaient efficaces ensemble. Ou tout du moins il n'y avait pas de plainte formulée contre toi... à moins que ce soit ce qu'ils veulent pour te mettre en-dehors et que s'il y en avait une de la part de la rousse, et bien, ça voudrait dire que tu étais encore pire qu'avant. Tu ne pensais pas. De zéro rôdeur, tu étais passée à un, puis à deux. Là, trois, ça dépendait, mais tu ne fuyais plus automatique comme avant. C'était une amélioration. Petite, mais une amélioration. En espérant que pour eux ceci compte tout de même. Tu ne voulais pas te retrouver seule ni avoir à squatter la maison de Devlin. Devlin qui devait venir te chercher avec son auto, tu étais donc sur le bord d'une route à l'attendre, éloignée du bateau afin qu'on ne sache pas qu'elle avait un moyen de transport. Tu comprenais. Tu te mis à attendre la jeune femme, faisant les cents pas sur le bord de la route, nerveuse. Tu n'aimais pas être autant à vue de cette manière. Tu n'aimais pas être aussi visible. Ce qui t'était assez étrange, ayant toujours aimé être au centre de l'attention. Pas cette sorte d'attention. Celle d'être un morceau de viande géant. Ce que tu ne prenais pas du tout comme un compliment puisque tout le monde était considéré comme ça. Bref, tu étais exposée. Tu aurais très bien pu te cacher dans un arbre en attendant, mais tu ne voulais pas que Devlin te rate. C'était votre point de rendez-vous, mais franchement, entre un arbre et un autre arbre, il n'y avait pas une grande différence. Ouais, tu continuais de te perdre assez régulièrement quand tu allais dans la forêt. Niveau trace, ce n'était pas encore du tout ça.

Une voiture ce fit entendre, se rapprochant de plus en plus. Après quelques secondes, tu reconnus le son de Kevin ; car Devlin avait ainsi nommé sa Corvette. C'était fou. Avant, jamais tu n'aurais pu entendre la différence entre une sorte de moteur et une autre sorte. Aujourd'hui, les automobiles se faisaient bien rares, alors il était assez facile de les identifier, selon toi tout du moins. Si cela avait été un bruit ne ressemblant pas à Kevin, là tu aurais grimpé dans un arbre, quitte à en redescendre rapidement si tu avais constaté que tu t'étais trompée. Ton amie avait baissé la fenêtre de sa voiture, indiquant qu'il y avait sa petite fille tout compte fait. Tu regardais, c'était bien le cas. Tu entras ensuite dans la voiture, saluant Devlin, tout en mettant ton sac à dos à tes pieds. Tu te retournas, saluant aussi Coco qui était là, bien qu'elle n'était pas prévue à la base, tu ne pouvais que faire avec de toute façon, tout en lui ébouriffant doucement les cheveux. « Mais non... » lui répondis-tu, finalement. Tant qu'elle ne pleurait pas et qu'elle n'attirerait donc pas les rôdeurs par la même occasion. Parce que tu ne les aimais toujours pas. Il n'y avait aucun changement à ce sujet. Il fallait être complètement barré à ton avis pour aimer les rôdeurs. Tu ne voyais pas du tout comment les aimer, même en abusant de ton imagination qui pouvait être assez active de temps à autre. Ils voulaient manger les humains, tous, sans exception ; niveau ouverture d'esprit ils pourraient en montrer par contre. Ils n'y avaient pas moyen d'argumenter avec eux. Sans parler de leur apparence bien peu ragoûtante et de leur odeur. Oui, pour toi, c'était deux points qui comptaient vraiment. Et justement, en parlant d'apparence, tu parlas de la tienne. Elle était toujours aussi importante pour toi, aussi stupide cela pouvait être pour d'autres.

« Quand tu peux, tu pourrais m'aider à faire ma repousse ? » Parce que ta couleur naturelle commençait, encore une fois, à réapparaître. Tant qu'à être blonde, autant l'être complètement. Même si tu ne savais pas pour combien de temps tu allais le rester. Tu réussissais à garder la même longueur niveau coupe, tu étais aussi capable de faire la retouche toi-même mais tu aimais bien l'aide de Devlin niveau cheveux. C'était une manière de lui montrer qu'elle te manquait à rester ainsi chez elle, bien que tu comprenais parfaitement pourquoi, et que tu voulais passer un peu plus de temps avec elle. Le dire directement, se serait piler sur ton orgueil un peu trop. Ce dernier était toujours bien présent. Il était bien souvent inutile, mais tout de même là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Devlin Monthawk
|| ADMIN || ginger ♃ a l e


Messages : 2551

Date d'inscription : 30/07/2013



MessageSujet: Re: A bank is a place where they lend you an umbrella in fair weather and ask for it back when it begins to rain → Anna   Jeu 21 Mai - 20:11

A l’instant où Anna tendit le bras pour ébouriffer la mini-crinière rousse de sa fille, celle-ci émit un petit gazouillis totalement adorable – ou pas, c’était peut-être juste que Devlin était gaga de sa fille et puis c’est tout. Elle lui jeta un coup d’œil dans le rétroviseur et ses lèvres s’étirèrent en un sourire. Sa fille c’était la plus belle gosse du monde et comme elle s’y attendait, ça n’ennuyait pas son amie qu’elle soit là. Depuis sa naissance, la rouquine n’avait sorti la petite que quelque chose, le but étant de l’habituer le plus rapidement possible aux walkers mais de ne pas trop l’exposer non plus, et elles avaient croisés quelques-uns, des zombies et elle n’avait jamais bronché, ne s’était jamais mise à pleurer parce qu’ils étaient là. Ce qui était drôlement encourageant, évidemment, un peu comme si Coco était une enfant de l’apocalypse. Ce qu’elle était d’une certaine façon, puisqu’elle ne connaîtrait que ça, elle ne pourrait jamais regretter le monde d’avant alors que Nessy le regrettait tous les jours, lui. Soit, elle attendit que son amie se soit correctement installée pour reprendre la route. Pas question de jouer sa vieille pie et de lui dire de boucler sa ceinture mais Devlin conduisait toujours comme sur un circuit donc c’était recommandé. Cela dit, ce n’était pas la première fois qu’Anna grimpait à l’intérieur de la Corvette, donc elle savait de quoi il retournait.

Direction Inverness ! La jolie demoiselle fraîchement devenue blonde pour le meilleur puisque ça lui allait comme un gant, lui demanda alors si elle serait d’accord de l’aider pour recolorer sa repousse et Devlin quitta la route des yeux pour inspecter la racine des cheveux de son amie. Effectivement, le blond laissait de nouveau place à son auburn, ce qui faisait un joli effet ombré sans l’aide d’un coiffeur. Comme quoi, quand on a le style, on a le style même en temps d’apocalypse zombie. Elle reporta son attention sur la route puisqu’il fallait slalomer entre un tas de voitures abandonnée au beau milieu de l’A82. Inutile de le nier, la rouquine était flattée qu’une demoiselle qui avait été une actrice lui demande à elle de s’occuper de ses cheveux. Il faut dire qu’elle s’occupait très bien des siens. Certes, elle ne les teignait pas - elle avait longuement garder le mystère sur sa rousseur mais c’était bien sa couleur naturelle - mais il fallait bien les recouper de temps en temps pour éviter qu’ils fourchent, et puis ils étaient toujours brillants et plein de vitalité, ainsi de suite, comme dans les pubs. Indéniablement son meilleur atout.

    « Bien sûr, on fera ça en rentrant ! T’as toujours de la colo au bateau ? Sinon on peut faire un détour pour essayer d’en trouver. »


Un arrêt par le bateau était prévu au programme. Rapide, elles ne resteraient pas suffisamment longtemps pour que l’on se rende compte de la présence d’un bébé à bord. Devlin ferait attention à bien cacher Kevin quelque part et elles feraient le reste de la route à pied, Coco dans son porte-bébé. Bref, à force de mettre les gaz, elles arrivaient déjà en pleine ville. Un panneau annonçant que la ville avait été renommée « Psycholand », à en juger par ce qui y avait été écrit à la bombe les accueillit. Charmant, ça donnait envie. Et le paysage n’était pas plus attrayant, la jeune femme avait l’impression d’être entrée à Silent Hill ou même à Derry, en fait, sans doute à cause du brouillard persistant.

    « Par où on commence, t’as une préférence ? »


Sinon elles pouvaient aussi faire vite fait le tour en voiture, prétendre qu’elles n’avaient rien trouvé d’intéressant ou d’utile à la vie du groupe et rentrer, ça restait une possibilité. Ou pas, car au bout d’un temps, à force de faire toujours la même chose, elles se feraient taper sur les doigts, voire expulser du groupe. Les KFL n’étaient pas connus pour être des tendres et Devlin parvenait à en tirer avantage, puisqu’elle se comportait plus ou moins de la même façon qu’eux, mais elle tenait à rester dans le groupe, même en ce moment où elle avait bien d’autres choses à faire que de partir à la recherche de bouffe ou de médicaments pour des cons qui la prenaient à peu près tous pour une cinglée et ne prenaient même pas la peine de lui parler. Pour la plupart en tout cas, autant ne pas tous les mettre dans le même panier non plus. Disons qu’encore une fois, elle en tirait un certain avantage. C’était plus facile de piquer un peu de ressources dans un groupe déjà formé plutôt que de devoir faire sa propre collecte. Et puis les KFL savaient plus ou moins où les envoyer chercher, puisque certains d’entre eux étaient des éclaireurs et ça aussi, ça aidait pas mal.

✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤

be a good baby, do what i want
You ever love someone so much you thought your little heart was gonna break in two ? You ever tried with all your heart and soul to get you lover back to you ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Anna Mayfair
Kick Girl en Cb. Running Girl en Rp


Messages : 1061

Date d'inscription : 20/08/2013



✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤
Inventory
:

MessageSujet: Re: A bank is a place where they lend you an umbrella in fair weather and ask for it back when it begins to rain → Anna   Lun 8 Juin - 23:37

Une fois bien assise, tu t'attachas, c'était plus prudent avec comment Devlin conduisait. Tu ne disais rien, c'était sa voiture et elle aurait très bien pu décider de faire le trajet à pied. Vous ne seriez pas revenus avant un bout, mais ça ne t'aurais pas si dérangé que ça. Tu n'étais pas toujours très à l'aise parmi les membres de ton groupe. Ça ne s'arrangeait pas. En même temps, tu trouvais que c'était mieux pour toi. Tu ne voulais pas trop changer et devenir un être sans sentiment ou presque comme la majorité des autres. Tu t'améliorais tout en restant toi-même, la meilleure des options selon toi. Puis, bon, tant que Devlin t'acceptait, les autres pouvaient toujours aller voir ailleurs si tu y étais. Votre route mena jusqu'à l'autoroute où il y avait des tonnes de voitures éparpillées un peu partout. Il faudrait penser à la dégager. Ça ne servirait pas à grand-chose puisque les voitures se faisaient rare à présent. Peut-être pour éviter les cachettes pour les rôdeurs. Il y en avait quelques-uns sur le chemin, mais vous alliez trop vite pour qu'ils aient eu le temps de vous rejoindre. Une chance. La jeune femme te répondis ensuite à propos de ta repousse.  « J'en ai toujours. » lui répondis-tu. Tu avais été en chercher pour ta première repousse et il en restait. Toujours un peu moins après chaque fois. Tu allais sûrement devoir en chercher bientôt, s'il en restait. Tu verrais bien à ce moment-là. Tu n'allais pas t'en faire avant ça. Tu avais déjà bien assez de raison de t'inquiéter, tu n'allais pas rajouter tes cheveux en plus (et on disait que tu ne changeais pas !). Probablement personne ne remarquerait tes repousses si tu en avais. C'était pour toi surtout. Une manière de te montrer que tu étais capable de gérer quelque chose, même si ce n'était que ton apparence.

La ville ne tarda pas à faire son apparition. Sans grande surprise, elle était vide. Il n'y avait pas âme qui vive dans les rues. Vous aviez amplement le choix d'aller n'importe où. Bon, penser utile. Pas plaisir. C'était difficile. « Dans le magasin de chasse ? » suggéras-tu, pointant le magasin dont l'enseigne était en train de devenir de plus en plus grosse. Tu venais de le voir, et tu n'y avais jamais été. Ce qui n'avait pas dû être le cas de d'autres. Il devait bien y rester quelques sachets de nourriture déshydratée, de la viande en gelée ou tu ne savais quoi d'autre d'utiles dans ce genre de magasins. Même avant tu n'y avais jamais été faire un tour. Peut-être des armes, des munitions, de cachées sous ce qui restaient, ayant roulées sous les comptoir, autre. Au moins chercher quelque part pourrait ne pas faire de tord. Peut-être que vous pourriez trouver quelque chose d'intéressant. Tu ne voyais pas trop dans un magasin comme ça. Peut-être des sortes de kit de voyage avec des produits dedans : shampoing, pâte à dent, savon... des trucs qui te branchais plus. Faire comme si la banque ne te faisait pas de l’œil, elle était tout près. Que pouvait-il y avoir d'utile pour vous dans une banque ? Il n'y avait pas de nourriture dans cette dernière. Pas d'arme non plus. Enfin, sauf peut-être sur les gardiens de sécurité. Ce n'était pas dit qu'ils seraient toujours là. Tu aurais bougé depuis le début de ce merdier.

Bref, focus sur la boutique de chasse pour faire plaisir à ton groupe. Ou essayer. La banque après, pour le plaisir. Peut-être que vous pourriez accéder aux coffres forts et trouver des bijoux et autres babioles intéressantes. Tu avais bien le droit de rêver. Il y aurait peut-être des billets. Devlin et toi vous les récoltiez pour pour faire un bain de billets. Complètement inutile, mais ça serait si amusant. Parce qu'un bain de sous comme Picsou risquait de faire mal. Tu supposais, l'argent papier étant plus mou qu'un sou. Vous aviez ramassé un petit paquet depuis que t'avais eu cette idée, mais pas assez pour remplir un bain. Focus tu avais dit. « J'espère qu'y'aura pas des têtes d'animaux... » Ça t'avais toujours foutu la trouille de voir ça. Des animaux immobiles, réalistes, le regard fixe... okay, tu te fichais encore plus peur que de juste en parler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Devlin Monthawk
|| ADMIN || ginger ♃ a l e


Messages : 2551

Date d'inscription : 30/07/2013



MessageSujet: Re: A bank is a place where they lend you an umbrella in fair weather and ask for it back when it begins to rain → Anna   Mer 10 Juin - 14:58

Bon, si Anna avait toujours de la coloration, ça leur ôtait une sacrée épine du pied. Pourtant, la rouquine était sûre et certaine qu’à l’annonce de l’apocalypse, tout le monde ne s’était pas rué sur les colorations dans les grands magasins. Certaines avaient dû y penser, oui, mais pas toutes, elle en mettrait sa main au feu. Si bien qu’il devait encore y avoir des tas de boîtes de toutes les couleurs dans les rayons des supermarchés, attendant sagement que les fashionistas post-apocalyptiques qu’elles étaient viennent les chercher. En revanche, Devlin se demanda soudain s’il y avait une date de péremption à observer sur ces trucs, on parlait quand même de produits légèrement corrosifs et elle n’aimerait pas du tout que ça lui saute à la figure si jamais elle avait le malheur de secouer un flacon un peu trop fort. Enfin bref, elle vérifierait avant toute utilisation, par simple mesure de précaution et il n’était pas temps de penser à ça mais plutôt de se focaliser sur les différentes options qui s’offraient à elles en termes de fouilles. Car c’était bien de ça qu’il s’agissait : fouiller un à un tous les magasins de la ville d’Inverness. Le hic, c’était qu’elle ne savait pas du tout par où commencer et c’était un problème, alors elle demanda l’avis d’Anna qui lui désigna l’enseigne d’un magasin de chasse.

N’ayant rien contre cette idée, Devlin se gara là où il y avait place et autant dire qu’il n’y avait pas tant que ça, en fait, car la ville était pleine de carcasses de voitures tombant peu à peu en décrépitude. De temps en temps, la jeune femme cherchait un Hummer ou un bon vieux 4x4 qui ferait de l’œil à son mari parce que c’était vraiment du gâchis de laisser toutes ces belles caisses à l’abandon, mais les modèles intéressants qu’il lui arrivait de croiser étaient dans un état déplorable et ils n’étaient pas carrossiers. Il faudrait d’ailleurs qu’elle songe à cette reconversion étant donné que c’était sans aucun doute la plus utile de toutes en ces temps post-épidémiques. Soit, elle venait donc de se garer en face d’une banque, à quelques mètres de ladite boutique de chasse. Au moment où son amie exprimait son souhait le plus cher en cet instant, à savoir qu’il n’y ait pas de têtes d’animaux accrochées un peu partout dans la boutique, la jeune maman sortait Coco du siège-auto pour la sangler dans le porte-bébé qu’elle fit ensuite glisser sur ses épaules. Dure la vie de bébé, franchement. Toujours est-il que la petite ne protesta pas et Devlin avait la sensation que sa fille adorait ça, qu’on la balade d’un coin à l’autre.

    « Je suis bien contente que Nessy ne soit pas là, pour le coup. S’il y avait des têtes d’animaux coupées dans cette boutique, il aurait sûrement voulu en ramener une à la maison. L’autre fois, on est tombés sur une maison pleine de chats empaillés et il n’arrêtait pas de se frotter la joue avec ces abominations. Il a fallu lui trouver un jouet super cool pour qu’il accepte de les lâcher. »


Et lui désinfecter la joue ensuite car la rouquine avait toujours été très à cheval sur la propreté et elle était quasiment sûre que son fils ne s’était jamais autant lavé depuis qu’il avait retrouvé ses parents biologiques depuis que ses adoptifs étaient morts. D’ailleurs, elle ne comprenait pas bien d’où lui venait ce goût prononcé pour les trucs un peu dégueu parce que jusque-là, il fallait bien l’admettre, il avait toujours été un peu précieux. Enfin soit, elle osait espérer que sa fille ne serait pas comme ça et qu’elle serait une vraie petite fille comme sa mère l’avait été il y a de ça fort longtemps.
Devlin s’approcha de la vitrine, se mit légèrement de profil afin de ne pas écraser Coco et plaqua ses mains sur la vitre crasseuse, histoire de de voir si elles ne feraient pas de mauvaises rencontres en entrant à l’intérieur. A première vue, le magasin était aussi désert que la roue dans laquelle elle se trouvait mais elle savait d’expérience qu’il ne valait mieux pas tirer de conclusions hâtives. Si elle avait été une survivante dans cette ville, elle aurait fait tout ce qui était en son pouvoir pour s’abriter dans un endroit muni d’un rideau de fer, ça tenait aussi bien à distance les zombies que les autres survivants.

    « Je dirais qu’il n’y a personne mais il faut d’abord vérifier sous le comptoir et l’arrière-boutique, au cas où. »


Disant cela, la jeune femme eut l’impression d’être dans un film d’horreur où les gens annoncent à l’avance ce qu’ils ont l’intention de faire, histoire que le psychopathe n’ait pas la moindre surprise. Mais non, elle n’avait pas crié, et elle n’avait pas parlé suffisamment fort pour qu’on l’entende depuis l’intérieur, pas la peine d’en faire toute une histoire. Devlin n’aimait pas passer la première alors qu’elle portait son bébé, mais elle ouvrit néanmoins la porte qui fit sonner une clochette. Okay, bon ben s’il y avait quelqu’un à l’intérieur, il ne pouvait plus ignorer leur arrivée. Tant pis, elle sortit l’un de ses pouvoirs et se chargea de jeter un œil le comptoir, laissant l’arrière-boutique à Anna. Personne de son côté, s’il n’y avait à signaler de celui d’Anna non plus, alors elles pourraient se mettre à fouiller, même si elle doutait quand même de trouver des armes ou même des munitions. Il ne fallait pas rêver, d’autres étaient déjà passés par-là, elle en était sûre.

✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤

be a good baby, do what i want
You ever love someone so much you thought your little heart was gonna break in two ? You ever tried with all your heart and soul to get you lover back to you ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Anna Mayfair
Kick Girl en Cb. Running Girl en Rp


Messages : 1061

Date d'inscription : 20/08/2013



✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤
Inventory
:

MessageSujet: Re: A bank is a place where they lend you an umbrella in fair weather and ask for it back when it begins to rain → Anna   Sam 20 Juin - 23:43

La voiture se gara, avec plus au moins de difficulté à cause de toutes les autres qui étaient placées n'importe comment, près du magasin de chasse. Et c'était parti pour un tour dans une boutique où tu n'avais jamais mis les pieds avant. Et oui, c'était possible. Même Marc n'en n'avait jamais été fan de chasse. Il n'avait jamais vu l'intérêt de tuer des animaux par soi-même alors qu'on pouvait en acheter déjà mort et dépecé dans des épiceries et boucheries. Pendant que Devlin préparait Coco pour une promenade, la rousse expliqua la nouvelle passion de son fils. « Nessy... a de drôles de goûts. » fis-tu, comme commentaire. Ce n'était sûrement pas parce que c'était un garçon. De ce que tu te rappelais, tu n'avais pas croisé beaucoup de personnes en général et de tous âges aimant les animaux empaillés. À moins qu'ils n'aient gardé ça secret. M'enfin, tu espérais que cela allait passer au fils de de ton amie, question que la prochaine fois que tu ailles chez eux, tu ne te retrouves pas nez à nez avec tu ne savais trop quelle bestiole morte. C'était toujours mieux que des vivantes, mais elles ne te mettaient pas aussi mal à l'aise que ces objets plus vrais que faux. En espérant que ce soit une phase... à moins que ce soit les rôdeurs qui lui avaient monté à la tête. Il grandissait dans un monde complètement différent. On ne pouvait pas encore en savoir les effets. Encore moins sur Coco. Ça faisait un peu peur. Oui, une autre chose de plus.  

Le trouillomètre à fond, pour ne pas faire trop changement de d'habitude, tu entras avec Devlin dans la boutique. Votre entrée, grâce à la clochette, elle était solide celle-là (une vraie guerrière !), n'avait en rien été subtile. Tant pis pour la surprise et le silence. Il ne fallait plus qu'espérer que vous soyez toutes seules là-dedans. Ça semblait être le cas. Le tintement de la clochette n'avait pas semblé attirer qui que ce soit. Tu n'entendais aucun bruit. Vu l'état de la boutique, on avait dû s'occuper précédemment de la nettoyer des rôdeurs. C'était déjà un danger en moins. Il ne restait plus que les humains. Se méfier de tout n'était pas génial. Tu avais, plus au moins, réussi à t'y habituer avec le temps. Tu faisais souvent des rechutes, dès que quelqu'un ne semblait pas être trop menaçant, tu y parlais comme si de rien n'était. Tu aimais bien ne plus penser à cette époque. Elle ne t'avais pas amené grand-chose de bon, en dehors de Devlin.

Il n'y avait plus qu'à commencer à fouiller. C'était le bordel, tu t'y attendais. Plus rien n'était rangé dans les endroits de ce genre. Même dans les autres, juste parce qu'il n'y avait plus personne pour passer des menottes et mettre derrière des barreaux. Tout était renversé. Il y avait... des animaux empaillés. Ah non. Il ne manquait plus que ça. Tu frissonnas, avec un petit son de dégoût l'accompagnant, sans oublier la grimace de circonstance. Bon, ne pas les regarder pour éviter d'être dégoûtée. Chercher des denrées ou encore des armes ou bien des munitions. Voilà qui serait moins dégoûtant. Tu trouvas un paquet de viande séchée, ayant dû rouler sous le comptoir ; il était poussiéreux. C'était déjà ça. Par contre, niveau nourrir tout le bateau tu étais loin du compte. Tu mis tout de même le paquet dans ton sac à dos, après avoir enlevé autant de poussière que tu le pouvais. Ramener de la poussière au bateau n'était en rien utile. Il y en avait déjà là-bas.

« On peut toujours amener les bois des cerfs... j'imagine que ça peut faire comme un couteau ? » suggéras-tu ; ne pas les regarder était au final très compliqué. Ou bien les griffes et les dents des différents animaux, tiens. Ça te dégoûtais comme idée. Les bois pouvaient brûler. Il faudrait enlever les bois des têtes et ça, ça te tentais vachement moins. Parce que te traîner une tête risquait d'être vraiment lourd. Tu étais peut-être plus forte qu'avant, mais tu n'étais pas devenue Wonderwoman. Mauvaise idée au final. Tu aurais dû te taire et penser avant d'ouvrir ta bouche. Te te faufilas entre deux meubles tombés l'un sur l'autre, espérant trouver quelque chose dans l'espace créé entre les deux. Si les précédents visiteurs étaient plus baraqués que toi, ils n'avaient peut-être pas pu y aller. À moins que ce soit arrivé parce qu'il n'y avait rien. Tu ne pouvais pas le savoir si tu n'essayais pas. Tu sortis ta lampe de poche afin de voir devant toi, tu bloquais le soleil et donc la lumière, en espérant qu'une main ne t'attrape pas par la cheville. Trouillomètre : il venait de refaire un tour complet. Pourquoi tu avais de ses idées, hein ? Tu te détestais franchement là. Tu continuas tout de même d'avancer, lentement, te donnant presque l'impression que tu étais immobile. Lentement, mais sûrement. C'était ce qui se disait, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Devlin Monthawk
|| ADMIN || ginger ♃ a l e


Messages : 2551

Date d'inscription : 30/07/2013



MessageSujet: Re: A bank is a place where they lend you an umbrella in fair weather and ask for it back when it begins to rain → Anna   Dim 9 Aoû - 21:12

Devlin était on ne peut plus d’accord avec l’affirmation de son amie : Nessy avait de drôles de goûts. Enfin, peut-être pas. Peut-être que c’était une phase que tous les petits garçons de son âge traversait ? Se passionner pour les chats morts était peut-être bien le top du top en matière de conversation de cour de récré, qu’en savait-elle ? Elle ne connaissait pas suffisamment de gamin presque dix ans pour se faire une idée. Ou alors, et c’était sans doute plus probable, Nessy leur tapait une crise de préadolescence, en mode « je sais que t’aimes pas donc j’en veux un », ça lui ressemblait tout de suite beaucoup plus, tout de même. Mais soit, là n’était pas la question, aussi la rouquine se contenta-t-elle d’un hochement de tête pour marquer son accord avec Anna et entra-t-elle dans la boutique. Comme à son habitude, Coco avait les yeux grands ouverts et regardait tout ce qu’elle pouvait regarder. Mouais, ce n’était pas le meilleur endroit pour un bébé, la jeune maman en était bien consciente mais, et pourtant ce n’était pas faute de le vouloir, elle ne pouvait pas non plus placer sa fille dans un cocon. Il fallait impérativement que Coco se fasse à tout ça et le plus rapidement possible, qu’elle puisse se débrouiller plus tard sans que ça la traumatise.

Après quelques minutes de fouille intense, ce qui n’était pas des plus aisés accompagnée d’un bébé, Devlin en vint rapidement à la conclusion qu’il ne devait pas y avoir grand-chose d’intéressant dans cet endroit. Tout avait été déjà raflé, mis à part les bestioles empaillées et accrochées au mur un peu partout. Manifestement, les survivants qui restaient n’étaient pas plus fan qu’elles de toute cette décoration de trop mauvais goût. Hors de question de ramener ça dans leurs cabines alors qu’elles s’employaient habituellement à décorer leur habitation en récupérant des trucs autrefois hors de prix trouvés çà et là. La jeune femme jeta un coup d’œil à Anna qui ne semblait pas avoir trouvé mieux qu’elle et qui proposait même d’arracher les bois des cerfs – Devlin ne put voir la scène différemment, trop barbare – parce que ça pouvait être aussi tranchant qu’un couteau. L’idée n’était pas mauvaise et c’est l’image de Lara Croft s’empalant sur des piques gigantesques dissimulés dans des fosses qui lui vint aussitôt à l’esprit. Bon, ça serait à une échelle différente et même dans des conditions totalement différentes mais oui, en gros, des bois de cerf pouvaient effectivement servir à empaler une personne ou bien un zombie ou même un animal en cas de grosse fringale.

Tout cela était proprement répugnant et la rouquine préféra hausser doucement les épaules en faisant la grimace. Attention, s’il fallait vraiment le faire, elle le ferait mais si ce n’était pas une obligation, alors elle préférait encore laisser tout comme ça et passer à la prochaine boutique. Elle allait même le suggérer lorsqu’elle vit qu’Anna avait remarqué quelque chose qu’elle n’avait pas vu, et qu’elle n’était probablement pas la seule à ne pas avoir vu. Devlin regarda son amie se glisser dans un espace où elle aussi aurait tout à fait pu se faufiler, mais personne de plus grand – en résumé, le reste de la planète – avec une légère appréhension. C’est qu’elle y tenait à ce petit bout de nana et elle n’avait pas envie d’assister à sa mort brutale parce qu’un truc, quel qu’il soit lui avait arraché le bras. Pendant quelques secondes, elle eut même l’intention de suivre le mouvement mais il fallait se rendre à l’évidence, il aurait fallu qu’elle écrabouille Coco pour y arriver. Devlin était donc bloquée de son côté et c’était précisément le genre de trucs qui avait le don de la rendre dingue.

    « Tarde pas trop à revenir, y a peut-être autre chose qui est coincé là… »


N’allez pas croire que la jeune femme ne connaissait pas le tempérament extrêmement peureux de son amie, loin de là et elle savait pertinemment que c’était le genre de phrases qui pouvait la faire revenir aussi sec mais c’était bien le but.

    « Y a quelque chose d’intéressant ? »


Tant qu’à faire, hein, ça serait bien. Même si Devlin avait décidé de se la jouer un peu pessimiste et n’y croyait pas une seule seconde. Puis elle ne fut plus la seule à s’impatienter. Coco ne pleurait pas mais son minuscule visage de poupon se contractait, histoire de bien montrer sa contrariété.

✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤

be a good baby, do what i want
You ever love someone so much you thought your little heart was gonna break in two ? You ever tried with all your heart and soul to get you lover back to you ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Anna Mayfair
Kick Girl en Cb. Running Girl en Rp


Messages : 1061

Date d'inscription : 20/08/2013



✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤
Inventory
:

MessageSujet: Re: A bank is a place where they lend you an umbrella in fair weather and ask for it back when it begins to rain → Anna   Lun 24 Aoû - 0:14

En ce moment, tu ne souhaitais qu'une chose : tu ne voulais pas sentir quelque chose t'agripper. Si cela arriverais, tu ne serais plus de monde. Tu allais mourir de peur. Quelle idée de faire ton maximum aussi. C'était pour ta place, mais tout de même... qu'est-ce qu'il pouvait y avoir plus au fond ? Peut-être que c'était volontaire pour ne pas que quelque chose s'échappe. Tu étais douée pour te foutre encore plus la trouille. Tu sursautas en entendant la voix de Devlin. Elle ne disait rien d'encourageant. « Je sais ! » crias-tu, d'un ton assez apeuré, ayant trouvé que c'était une mauvaise idée dès que tu avais commencé à te faufiler. Elle ne t'aidait pas du tout là. Tu aurais voulu autre chose. Ou pas. Pouvoir sortir de là plus rapidement ne te dérangerais pas, mais pour une fois que tu faisais un peu preuve de courage, être encouragée ne t'aurais pas dérangé. M'enfin, tu allais garder ceci pour toi, essayant de ne pas te mettre à reculer rapidement afin de t'en aller. Tu allais te concentrer sur ce qui était devant toi. À la lueur de ta lampe, quelque chose brillait, tu ne pouvais pas dire quoi exactement. C'était presque au bout.  Il y avait plusieurs obstacles sur le sol, ralentissant ta marche... bien que cette dernière ne soit pas déjà très rapide. « Aarrgh... » Tu y étais presque, un peu plus et tu ne pouvais pas aller plus loin. Cela allait être trop petit pour toi, mais tu n'avais pas à te rendre jusque là. Ce que tu voyais n'étais pas si loin que ça, presque par contre.

Tu reculas ensuite, sans regarder ce que tu avais été chercher, espérant tout de même que cela soit utile. Tu considérais que de sortir de là était plus important que ce que tu avais été chercher. Une fois complètement sorti de cet entre-deux qui te rendrait presque claustrophobe,  tu regardas ce que tu avais été récolter. « Un piège. » fis-tu, observant ce que tu avais réussi à ramener. Pour petits animaux. Il était poussiéreux, mais à part ça il semblait très bien fonctionner. Enfin, tant qu'un animal ne se faisait pas piéger dedans tu ne pouvais pas vraiment le dire. Mais, au moins, vous rameniez quelque chose d'utile. À mettre quelque part (cette logique !). Tout le monde ne pouvait pas tout surveiller et peut-être que quelques mini bestioles allaient pouvoir s'y perdre. Un piège n'allait pas changer grand-chose, mais il y en avait d'autres. Un de plus, ça devait être mieux que rien. Tu secouas ta tête, et tu passas ensuite la main dans tes cheveux, y cherchant d'éventuelles toiles d'araignée qui auraient pu s'y loger, ou encore pire, les araignées elles-mêmes. Tu n'avais pas spécialement peur des araignées, peut-être un peu (sauf quand tu étais saoules), mais que tu te retrouves avec ce serait vraiment trop. Oui, tu trouvais ça très compliqué de vivre à cette époque si cauchemardesque sur à peu près tous les sujets.

« Tu vois autre chose ? » Tu parlais autant de la boutique que des tes cheveux, mais tu pensais surtout à ta tête hein. Tu te mis devant Devlin, tournant pour être sûre qu'il n'y ait pas d'horribles bestioles cachées quelque part. Tu ne l'espérais pas. Ça serait horrible. Au moins, il ne semblait y avoir rien du tout dans la boutique. Pas même dans le coin où tu avais été et dont tu avais ressorti un piège. Pas de rôdeurs coincé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Devlin Monthawk
|| ADMIN || ginger ♃ a l e


Messages : 2551

Date d'inscription : 30/07/2013



MessageSujet: Re: A bank is a place where they lend you an umbrella in fair weather and ask for it back when it begins to rain → Anna   Ven 28 Aoû - 17:29

De toute évidence, Devlin était allée trop loin dans ses mises en garde et quand Anna lui répondit sèchement qu’elle savait très bien ce qu’elle encourait, la jeune maman n’eut d’autre réaction que de hausser les épaules. Ce n’était pas ça qui la ferait culpabiliser. Et de quoi, de toute façon ? En revanche, elle était tout de même un peu froissée. On parlait de sa meilleure amie, là et elle n’était pas censée réagir de la sorte, surtout quand elle ne voulait que son bien. Bon eh bien si c’était comme ça, elle garderait le silence jusqu’à ce que l’actrice sorte de son trou. En attendant, elle jeta tout de même un regard circulaire sur tout ce qui pouvait bien se trouver dans la pièce. Etant donné qu’elles s’étaient toutes deux mises d’accord pour ne pas ramener de bestiole empaillée, ni chez elle, ni sur le bateau, alors on pouvait dire qu’il n’y avait vraiment rien d’intéressant dans cette boutique. Pas la moindre petite arme ou balle ou encore un couteau de chasse. La rouquine aurait bien aimé tester ce genre d’armes, elle-même possédait des poignards car ils étaient bien plus faciles à manipuler, mais ça ne lui aurait pas déplu de se spécialiser dans d’autres sortes d’armes tranchantes. Toutes à l’exception du couteau de cuisine en fait, ça, ce n’était pas pour elle et ça ne le serait probablement jamais.

Une fois que cela fut fait, la jeune femme baissa une fois de plus les yeux sur sa fille qui ne semblait plus trop intéressée à présent mais donnait l’impression de s’éclater totalement. Ca la fit tellement craquer que Devlin ne put s’empêcher d’embrasser le sommet du crâne de sa fille. Ezio et elle faisaient bien son éducation, un jour, elle les surpasserait tous et deviendrait peut-être même la reine de l’apocalypse, c’était tout ce qu’ils souhaitaient. Borborygme d’Anna et elle pensa bien à pénétrer suffisamment dans cet espace très étroit pour attraper son amie par les épaules et la tirer à la lumière du jour mais peut-être qu’elle lui en voudrait. Elle hésita donc un instant et, n’entendant rien d’autre de la part d’Anna, songea que tout allait bien pour elle et qu’il n’y avait donc pas de raison pour qu’elle mette son plan à exécution. D’ailleurs, la demoiselle reparut quelques instants plus tard, tenant quelque chose en main. Ça pouvait être tout et n’importe quoi mais Devlin aurait été bien stupide de se faire des illusions, il ne pouvait pas s’agir d’un vieux lingot d’or dont personne ne voudrait plus à part elle, oublié là il y a de ça des décennies. Non, il devait plutôt s’agir d’un vieil article de chasse oublié là et sans doute en mauvais état.

L’actrice mit alors un mot sur sa trouvaille : un piège. Ah okay, ben oui en même temps, ça n’avait rien d’étonnant, pas de lingot, donc. La jeune maman observa l’objet d’un peu plus près et nota qu’il était loin d’être en mauvais état. Un peu poussiéreux, certes, comme tout ce qui devait se trouver dans cette espèce de brèche, certainement, mais pas rouillé et c’était bien ce qu’on lui demandait. Son mari aurait probablement bien voulu en avoir un comme celui-là, lui qui rêvait tant de faire un barbecue dans le jardin mais il avait un mal fou à ramener de la viande. De la vraie s’entend parce que les écureuils crevés sur le bord de la route étaient légion dans ce coin de l’Ecosse, mais Devlin refuserait clairement de toucher à ça, il ne fallait pas déconner non plus. Oui, la rouquine avait toujours été très regardante quant à ce qu’elle mettait dans sa bouche et ce n’était pas parce qu’on ne pouvait plus compter que sur ce que l’on trouvait dans la nature qu’il en irait autrement, jamais ! Cela étant, elle n’interdirait jamais à personne d’y toucher car tout le monde ne pouvait pas se contenter de ce qu’elle avalait.

Là n’était pas la question, quand Anna lui demanda s’il n’y avait rien d’autre, Devlin pensa immédiatement – ça serait mentir que de dire que leur passion commune pour leurs cheveux respectifs ne les unissait pas – à ses cheveux et la fit tourner sur elle-même afin de pousser son inspection plus loin. Elle la débarrassa rapidement des quelques toiles d’araignées qu’elle vit et que son amie n’était pas parvenue à faire partir toute seule et puisqu’il n’y avait rien de vivant dans cette jolie tignasse, elle secoua la tête.

    « Non, et je crois pas qu’il y ait un deuxième piège comme celui-là que je pourrais offrir à Ezio alors on peut partir et voir s’il n’y a pas mieux ailleurs. »


Accordant le geste à la parole, Devlin pivota et prit la direction de la porte, pas mécontente de sortir de là. Ensuite, elle proposa à Anna de mettre sa trouvaille dans le coffre de Kevin, histoire de ne pas se balader avec un piège à la main puis elle examina les boutiques alentours. Honnêtement, il n’y en avait qu’une seule qui l’intéressait vraiment et avec un peu de chance, peut-être qu’elle intéresserait sa meilleure amie aussi. Elle attira son attention en tirant doucement sur sa manche et lui désigna la banque du menton.

    « Je sais bien que c’est idiot et que même s’il y reste quelque chose, ça ne nous servira à rien, mais ça te dirait qu’on aille quand même y jeter un coup d’œil ? »


Puis les billets servaient toujours ! Il suffisait de les fourrer dans ses housses de couette ou taies d’oreillers pour pouvoir dire qu’on dormait sur une petite fortune ! Ça faisait toujours du bien au moral !

✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤

be a good baby, do what i want
You ever love someone so much you thought your little heart was gonna break in two ? You ever tried with all your heart and soul to get you lover back to you ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Anna Mayfair
Kick Girl en Cb. Running Girl en Rp


Messages : 1061

Date d'inscription : 20/08/2013



✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤
Inventory
:

MessageSujet: Re: A bank is a place where they lend you an umbrella in fair weather and ask for it back when it begins to rain → Anna   Mer 16 Sep - 3:35

Devlin ne semblait pas penser qu'il devait y avoir autre chose dans cette boutique de chasse et tu pensais la même chose. Il ne semblait rien y avoir d'autre qui était hors d'atteinte. Le plus important, c'était qu'il n'y avait rien dans ses cheveux, ton amie s'en était assurée. Tant mieux, tu n'aurais pas voulu ramener une bébête velue et à pattes. Tu mis le piège dans la voiture de Devlin, allant ensuite la rejoindre, cette dernière s'était avancée un peu plus vers la ville. Des boutiques vides, brisées, pillées. Que pouvait-il rester après tout ce temps ? Tu regardas de ton côté, jusqu'à ce que tu sentes qu'on te tirait sur la manche. La rousse pointa la banque. Près d'elle, cette dernière te proposa une suite plus que très intéressante. « Y'a peut-être l'arme d'un vigile très bien cachée. » acceptas-tu. C'était très optimiste de ta part. Deux fois en une seule journée ferait de toi quelqu'un de très merdeux. Merdeuse ou pas merdeuse, tu comptais faire un tour à la banque question de ramasser quelques billets. L'une de vos activités préférées.Toi, tu voulais prendre un bain de billets. Complètement inutile, mais à présent que l'argent l'était tout autant, faire presque comme Picsou pouvait se réaliser sans trop de problème. Presque, car les sous devaient être vraiment plus durs que des billets à bien y penser ; ah, la magie des dessins-animés.

Tu te dirigeas vers la banque, ouvrant l'une des portes doucement, faisant attention aux moindre bruits que tu pourrais entendre. La porte qui se mit à grincer en était un très bon exemple. Moins d'une seconde plus tard, un son terrible, le plus terrible de tous, ce fit entendre : un rôdeur. Envahissement d'une banque : en cours et pas par un voleur. Il ne restait plus qu'à savoir s'il y avait un ou plusieurs mangeurs d'humain. La non augmentation des grognements indiquait qu'il n'y en avait qu'un. Un... tu devrais être capable de le tuer. Jusqu'à trois tu ne prenais plus la fuite. « J'y vais. » fis-tu, chuchotant à Devlin. Tu l'aurais bien laissé faire, mais quelque chose te disais que puisque ton amie avait Coco sur le ventre, c'était à toi de t'attaquer aux méchants. Que ce soit la politesse ou la logique... sans ça tu l'aurais laissé faire afin de ne pas affronter un rôdeur bien que tu en sois à présent capable.

Tu entras donc, sortant ton couteau, marchant lentement. La lumière du soleil, car il était présent pour une fois (peut-être pas pour longtemps, tu n'en savais rien tu ne t'étais pas arrêtée à regarder le ciel), entrait par les vitres craquelées, elles donnaient l'impression qu'avec un coup de vent un peu plus fort que les autres elles allaient briser, donnant une assez belle vue des lieux de la banque. Le rôdeur était près de l'un des comptoirs, à la place des banquiers, il ne devait pas avoir compris comment en sortir, heureusement (lever un bout du comptoir). Il y en avait d'autres par terre, avec le crâne défoncé, ayant commencé à pourrir ; l'odeur le démontrait bien aussi. Tu t'approchas, les évitant autant que possible, ne voulant pas marcher sur eux (le bruit, la sensation... tu avais presque envie de vomir juste en y pensant). Ce fut rapidement expédié puisqu'il était coincé, tu ne fis qu'allonger le bras, sauter un peu et ton couteau rencontra sa tête pour en ressortir avant que le feu rôdeur ne s'écroule. Tu restas un moment immobile, mais il n'y avait pas d'autres sons. « Les billets ! » Comme si de rien n'était. C'était presque le cas, c'était devenu une habitude pour à peu près tout le monde de planter quelque chose dans un marcheur. Passer aux billets pour toi était une manière de te changer les idées et de ne plus penser aux rôdeurs, très horribles de proche. Sans parler du bruit du couteau dans la tête...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Devlin Monthawk
|| ADMIN || ginger ♃ a l e


Messages : 2551

Date d'inscription : 30/07/2013



MessageSujet: Re: A bank is a place where they lend you an umbrella in fair weather and ask for it back when it begins to rain → Anna   Mar 29 Sep - 18:17

Elles en étaient donc là, à se demander quoi faire en plein milieu de la rue. Devlin n’y avait pas réellement prêté attention jusque-là mais maintenant qu’elle avait le temps de jeter un regard alentour, elle remarqua qu’Inversess ressemblait à n’importe quelle ville sortant tout droit d’un film post-apocalyptique et ça tombait très bien puisque ce n’était pas un film qu’elle était en train de vivre mais c’était bel et bien post-apocalyptique. En tant que cinéphile, elle s’était toujours demandé si les scénaristes n’en faisaient pas des tonnes, mais non, les vitrines éventrées déversant leur contenu dans les rues où rien ne bougeait mais où on ne se sentait pas à l’aise pour autant, tout était là. La comparaison lui ficha la chair de poule et la rouquine fut bien contente qu’Anna accepte sa proposition et qu’elles puissent se faufiler à l’intérieur du bâtiment. Nouveau coup d’œil. Franchement, elle ne savait pas à quoi elle s’attendait mais certainement pas à ça. Dans sa tête, toutes les banques avaient obligatoirement un seul en marbre et des dorures un peu partout sur les murs. Pas à Inverness où il n’y avait qu’un simple carrelage et de la peinture taupe absolument dégueulasse. Le moins que l’on puisse dire, c’est que ça ne faisait pas rêver le moins du monde, mais il faudrait s’en contenter car Devlin n’avait pas l’intention non plus de visiter toutes les banques de la ville.

Elle aurait dû le savoir depuis le temps, entrer dans un bâtiment mais vous garantissait pas d’être en sécurité, loin de là car les zombies aimaient s’insinuer un peu partout. Ou plus probablement, ils aimaient à rester à l’endroit de leur mort, ils avaient au moins cela de commun avec les fantômes que la jeune maman voyait sans arrêt. Il y en avait même là dans cette banque, notamment un spectre avec une balle dans la tête et en y réfléchissant un peu plus, c’était le bon endroit pour se faire sauter la tête lorsque votre solde était vraiment dans le négatif. Comme à son habitude, la rouquine fit mine de ne pas le voir et fut ravie que Coco n’ait pas l’air de le voir, elle. Si elle avait donné cet héritage maudit à son fils, au moins ne l’avait-elle pas donné à sa fille. Il n’y avait donc plus qu’à se concentrer sur le walker en approche. Devlin allait s’en charger, serrant le poignard qu’elle tenait dans une main un peu plus fort mais son Anna annonça qu’elle lui ferait sa fête. Pas en ces termes, okay, mais ça restait quand même super étonnant.

La raison devait être la présence de Coco et son but restait d’initier le bébé au monde de l’apocalypse le plus tôt possible mais elle n’allait pas s’en plaindre non plus. Quand vous buttiez un zombie, il y avait toujours plein de ce truc répugnant qui vous sautait au visage, salissant vos fringues au passage donc bon. N’empêche qu’elle suivit de près et qu’elle se trouvait juste derrière Anna quand celle-ci enfonça son couteau dans la tête du zombie-banquier. Heureusement que c’était con et lent un zombie, sinon il y aurait vraiment de quoi être terrifié. Après quoi son amie se hâta de leur rappeler leur objectif en ces lieux. Oui en effet, les billets ! Devlin jeta un coup d’œil du côté du walker pour remarquer que tous les tiroir-caisse avaient été vidé à l’exception de celui qui venait définitivement de rendre l’âme. Sans doute que le gars, lorsqu’il n’était pas encore à l’état de zombie avait été vraiment coriace et puis que les gens avaient eu trop peur, ce qui était tout à fait sensé.

    « Il reste un tiroir-caisse non fouillé, j’vais voir ! Sinon, va falloir qu’on trouve le mec qui portait sur lui la clef des coffres, en espérant qu’il soit toujours là. »


Ou en espérant que les coffres soient déjà ouverts ? Mais alors ça voudrait dire qu’il y aurait nettement moins de billets et de pierres précieuses que ce qu’elles espéraient. Enfin bref, elles avaient le temps de voir venir et d’agir en fonction. La rouquine souleva donc la planche de bois ayant retenu le walker captif jusque maintenant et marcha sur les zombies en décomposition comme sur des œufs. Pas par respect pour eux mais plutôt histoire de ne pas en foutre partout sur ses chaussures. Elle rêvait qu’une de ses paires tienne le coup plus d’une semaine mais ça semblait relever du surnaturel. En chemin, elle s’arrêta toutefois pour montrer tout ce joli spectacle à Coco.

    « Regarde ma fille, ça se sont des vilains zombies. Faut pas que t’en aies peur, faut les exterminer. »

Mère de l’année. Voire même du siècle. Autrefois, elle aurait été envoyée en taule pour avoir fait ça mais les flics et les prisons étaient devenus complètement obsolète alors qu’est-ce qu’elle s’en fichait. Bref, tiroir-caisse ! Celui-ci s’ouvrit sans problème et c’était une chance car Devlin se voyait déjà devoir revenir avec un pied de biche. A l’intérieur, elle y trouva quelques liasses de billets et c’était un bon début. Ensuite, elle se pencha sur la poitrine du défaut afin de s’assurer que ce n’était pas lui qui avait la clef en sa possession quand celui-ci eut un sursaut de la même sorte que les poulets auxquels on a coupé la tête. La jeune femme hoqueta de terreur en faisant un bond en arrière avant de se tourner vers Anna.

    « Putain la vache ! Heureusement que je viens de lui dire qu’il ne fallait pas en avoir peur. Enfin bref, c’est pas lui qui a la clef. »


Maintenant qu’elle en était sûre, elle pouvait revenir du bon côté, ce qu’elle fit avec un immense plaisir.

✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤

be a good baby, do what i want
You ever love someone so much you thought your little heart was gonna break in two ? You ever tried with all your heart and soul to get you lover back to you ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Anna Mayfair
Kick Girl en Cb. Running Girl en Rp


Messages : 1061

Date d'inscription : 20/08/2013



✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤
Inventory
:

MessageSujet: Re: A bank is a place where they lend you an umbrella in fair weather and ask for it back when it begins to rain → Anna   Lun 12 Oct - 21:07

Devlin annonça qu'elle allait s'occuper d'aller chercher ce qu'il y avait peut-être de l'autre côté. Tu ne bougeas pas, la laissant aller regarder le tiroir. Tu aimais bien ne rien faire, c'était rare. Enfin, pas tant que ça au final. Tu étais douée pour faire semblant d'avoir l'air occupée en groupe. C'était un don ou quelque chose dans le même genre. « Dans quelques années ont va trouver le moyen de les domestiquer comme dans Fido. » fis-tu. Comme ça, Coco n'aurait plus besoin de les craindre. Ni toi. Mais tu ne t'en servirais pas comme domestique. Juste au cas. C'était un futur bien idéalisé. Tu avais bien le droit, ça ne faisait pas de mal. Ça donnait un but. Bien que tu étais loin d'avoir le cerveau pour réussir à créer une puce ou tu ne savais trop quoi permettant de contrôler les rôdeurs. Tu n'en voudrais pas non plus. Ce serait plus sécurisant en général et c'était ça que tu voulais. Les voir partout ne serait pas l'idéal, il était vrai, mais s'ils ne cherchaient plus à manger les humains c'était déjà un début. À moins qu'une solution pour ne plus que jamais cela arrive ne soit trouvée. Ça, c'était encore plus que rêver. Le paradis, le nirvana, le top du top.

Tu crias aussi, même si le rôdeur n'était pas aussi près de toi, par solidarité. Tu n'aurais pas voulu mal faire ton boulot en ne le tuant pas correctement. Ça ne dura pas très longtemps, mais tu pensais déjà à Devlin morte par ta faute et tout ce que cela pourrait engendrer. Sans oublier la très grosse culpabilité que tu allais éprouver, à moins qu'Ezio ne te le fasse payer en ne te faisant plus jamais rien ressentir. Bref, tu étais bien contente que le marcheur n'aille pas plus bougé que ce truc qui foutait les jetons. La clé n'étant pas sur lui, il fallait regarder sur les autres. Devlin allait le faire, c'était son idée.  « J'compte pas fouiller les... » ta phrase s'arrêta là, trouvant cette idée beaucoup trop horrible pour être dite à voix haute. Tu allais laisser Devlin s'en occuper si c'était vraiment ça qu'elle souhaitait faire. Tu pouvais bien en tuer, mais les fouiller... c'était vraiment être trop près à ton goût de ces derniers. Il s'agissait tout de même de les toucher. Berk, tu en avais des frissons. Tu ne voulais pas savoir comment ton amie arrivait à le faire. « J'vais chercher dans les autres pièces. » lui dis-tu. Il y en avait quelques unes. Sûrement pour les rendez-vous plus compliqués que ce qu'on pouvait faire au comptoir. Le bureau du directeur aussi. Une salle des employés, bien que tu voyais pas trop pourquoi la clé du coffre y serait. Bref, bureau du directeur, te voici.

Se séparer n'était peut-être pas la meilleure des idées, mais avec le cri que vous aviez toutes les deux poussées, il n'y avait rien eu niveau mouvement ou son ailleurs dans la banque, une autre confirmation qu'elle était belle et bien vide. Comme ça, vous pourriez fouiller la place plus rapidement. Une fois dans la place du directeur, tu allas vers le bureau, commençant à fouiller dans les différents tiroirs, certains étaient déjà ouverts. La pièce en elle-même était un énorme barda. Tu ne pensas pas à regarder sous le bureau. Tu aurais dû. Il y avait une rôdeuse sans jambe, passant son temps à ramper, qui te prit par la cheville. Tu ne le sus pas tout de suite. Dans la même seconde tu te sentis agripper et tu perdis l'équilibre, criant. Ce fut une fois par terre que tu constatas véritablement la cause de ta chute, ne faisant que te faire hurler encore plus, pendant que tu bougeais le plus possible afin de la faire déguerpir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Devlin Monthawk
|| ADMIN || ginger ♃ a l e


Messages : 2551

Date d'inscription : 30/07/2013



MessageSujet: Re: A bank is a place where they lend you an umbrella in fair weather and ask for it back when it begins to rain → Anna   Mer 21 Oct - 14:23

Sans exagérer, Devlin pouvait dire qu’elle venait d’avoir la peur de sa vie. Plus encore que la fois où sa séance de voyeurisme voyance avait si mal tourné qu’elle s’était retrouvée à devoir se cacher dans des ruelles coupe-gorge en compagnie d’un clochard qui lui était gentiment venu en aide alors qu’elle essayait d’échapper à des clients mécontents qui en voulaient à sa vie. Comme quoi, elle avait vraiment trop tendance à se croire supérieure aux walkers et en oubliait parfois à quel point ils pouvaient être dangereux. C’était le fait de vivre avec eux depuis plus de quatre ans, ça, ils s’y habituaient et ne les craignaient plus autant qu’au départ. Cela eut au moins le don de lui remettre les idées en place et la rouquine prit quand même quelques instants pour se remettre de ses émotions. Coco pour sa part avait l’air de très bien avoir vécu cette attaque et tant mieux, puisque c’était le but à long terme, elle devait devenir tout ce que sa mère venait de qualifier d’idiot mais d’un autre côté, vivre dans la peur n’était pas une solution non plus, loin de là. Il valait mieux que Coco soit une warrior plutôt qu’une trouillarde.

Là-dessus, Anna annonça qu’elle n’était pas d’accord pour pratiquer des fouilles corporelles sur ces cadavres ambulants. Ouais, dit comme ça, c’est sûr que Devlin n’en avait pas plus envie mais comment feraient-elles pour passer dans la salle des coffres si aucune des deux ne se dévouaient, hein ? Il fallait savoir faire des sacrifices de temps à autre. Cela étant, la jeune femme connaissait l’aversion de son amie vis-à-vis des zombies et elle ne lui en voulait de ne pas se porter volontaire pour cette corvée répugnante, elle savait bien que rien que le fait d’être là, d’évoluer parmi eux sans prendre ses jambes à son cou représentait un effort surhumain pour elle. Elle lui adressa donc un hochement de tête compréhensif et se retrouva seule avec sa fille une fois que l’autre jeune femme mit son plan à exécution, c’est-à-dire aller fouiller les autres pièces. Tous les films d’horreur au monde vous diront que, dans un cas comme celui-ci, se séparer est la pire des idées et Devlin avait pour habitude de toujours faire confiance aux films d’horreur mais elle ne trouva rien à redire cette fois. De toute façon, elles avaient déjà fait trop de bruit comme ça, attiré trop l’attention de n’importe qui qui passerait par-là alors bon…

De son côté, la demoiselle passa en revue les cadavres qui se trouvaient là des yeux. S’il n’y avait pas besoin qu’elle y mette les mains, elle ne le ferait certainement pas. Mais il fallait se rendre à l’évidence, elle ne voyait de petite clef en métal brillant nulle part. Par acquis de conscience, la jeune femme chercha tout de même la porte menant aux coffres. On ne sait jamais, si quelqu’un avait eu la bonne idée de la laisser ouverte dans la précipitation. Oui bon, elle était bien consciente qu’elle était totalement en train de rêver mais elle préférait repousser le moment de la fouille autant que possible. Puis encore fallait-il la trouver cette fameuse porte. Pourtant ça ne devrait pas être si compliqué, elle était supposée être blindée et ça, ça se remarquait facilement, non ? Pas tant que ça apparemment, puisqu’elle n’avait toujours pas mis la main dessus. Et puis enfin, au détour d’un couloir… mais pile au même moment, un hurlement s’éleva, déchirant un silence relatif. En tant d’apocalypse, vous saviez que vous étiez réellement ami avec quelqu’un lorsque vous reconnaissiez ses hurlements. Ça, c’était Anna, sans aucun doute. Devlin se dirigea alors à l’oreille pour la retrouver dans le bureau du directeur, aux prises avec un zombie cul-de-jatte.

D’un geste très précis, la rouquine alla lui planter l’un de ses poignards dans la tempe. Dans une position assez fabuleuse étant donné qu’il ne fallait surtout pas que Coco soit souillée par leurs moisissures. C’est fou comme ces saloperies peuvent se montrer coriaces ! Même avec une moitié de corps seulement. C’était à leur honneur aussi, il fallait reconnaître qu’ils ne lâchaient jamais l’affaire. Jamais. Puis Devlin tendit la main à Anna pour l’aider à se relever.

    « Ça va aller ? Je propose qu’on ne se sépare plus pour le moment. Ce qu’on ferait pas pour des petits billets, quand même… »


Très juste. Plus personne n’en avait rien à battre des billets, des pierres précieuses et de l’or sauf elles. Ce n’était pas que quelque chose ne tournait pas rond dans leurs petites têtes, mais c’était plus symbolique que ça, les derniers vestiges les raccrochant à l’humanité telle qu’elles l’avaient autrefois connue. Et puis on pouvait lui assurer que non tant qu’on le voulait, Devlin n’en démordait pas, un jour, l’argent reprendrait son pouvoir sur le monde ainsi qu’il l’avait toujours fait.

✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤

be a good baby, do what i want
You ever love someone so much you thought your little heart was gonna break in two ? You ever tried with all your heart and soul to get you lover back to you ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Anna Mayfair
Kick Girl en Cb. Running Girl en Rp


Messages : 1061

Date d'inscription : 20/08/2013



✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤
Inventory
:

MessageSujet: Re: A bank is a place where they lend you an umbrella in fair weather and ask for it back when it begins to rain → Anna   Lun 9 Nov - 5:22

Et voilà, les images de ta vie étaient en train de défiler sous tes yeux, pendant que tu allais finir mangée par un rôdeur sans jambe. Tu méritais mieux comme fin, non ? Noyée sous les bijoux ou bien en tombant d'un arbre, ta tête écrasée. Pas de souffrance ni de transformation ; ça serait la pire des morts selon toi devenir ce dont tu avais si peur. Tu bougeais, tu gigotais les jambes autant que tu pouvais, mais ça ne te lâchait pas. Tu avais l'impression que la main était en train de transpercer ta peau. Soudain, libération. Tes cris s'arrêtèrent aussi vite, ne sachant pas si tu étais morte ou si à force de bouger tu t'étais libérée. Devlin était là. Tu pris sa main, balbutiant des remerciements tout en pleurant, tu étais légèrement hystérique en réalité. Tu sautillas sur place un moment, ne sachant pas quoi faire d'autre, afin d'enlever ce qui restait du rôdeur de toi. Il ne restait rien, mais tu avais tout de même l'impression que la main était toujours autour de toi. Sans parler des petits gémissements horrifiés dégoûtés que tu faisais. Bref, tu étais vraiment à ton meilleur. Une chance que tu avais Devlin avec toi, sinon tu serais aussi en train de mourir de honte. Ouaip, ce n'était pas facile de toujours être superficielle avec le temps qui couraient (ou rampaient). « Okay... » fis-tu après la proposition de ton amie.

Tu sortis de la pièce, puisque tu n'avais plus rien à faire. Tu n'avais pas eu le temps de toute la regarder, mais tu n'étais pas prête à continuer. Oui, c'était manquer de jugement et d'occasion, mais tu n'y pouvais rien. Le plus possible, tu feignais l'ignorance de ce qui arrivait, bien que ce soit toujours très près dans tes pensées. Tu oubliais, tout en le sachant très bien. Ne pas rester dans la pièce où tu avais failli finir en chair à pâtée à rôdeur était une méthode comme une autre. Tu aurais très bien pu continuer d'essayer de trouver quelque chose d'utile, mais ça ne te tentait pas du tout. Pas dans l'immédiat. Si rien n'était trouvé dans le reste de la banque, tu allais peut-être vouloir revenir ici terminer ce que tu avais commencé. Tu verrais bien quand vous seriez rendu là. Trop prévoir aujourd'hui ce n'était pas toujours bon. « Tu veux aller par où ? » la questionnas-tu. Parce que prendre des décisions ne semblaient pas être ce que tu devais faire en ce moment. Ta chance avait dû t'abandonner après que tu ailles été chercher le piège. Tu avais dû en abuser et ça t'était retombé sur le nez (ou bien plus bas en réalité). « T'as eu le temps de fouiller tout le... les morts.... » Tu allais dire tout le monde, mais ce n'était plus vraiment du monde, malheureusement. Cela en avait été, mais à présent... pire que durant le vendredi noir aux États-Unis. Tu l'avais fait une fois, et non merci par la suite. Les soldes c'étaient chouettes, mais pas à se faire mal de cette manière. Pour les morts... tu ne savais pas s'ils étaient encore du ''monde''. Bref, il fallait surveiller certaine expression en plus de tout le reste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Devlin Monthawk
|| ADMIN || ginger ♃ a l e


Messages : 2551

Date d'inscription : 30/07/2013



MessageSujet: Re: A bank is a place where they lend you an umbrella in fair weather and ask for it back when it begins to rain → Anna   Lun 30 Nov - 15:53

Pauvre Anna, elle ne s’était jamais habituée aux walkers. Pour la plupart des gens, ils avaient été réellement effrayants les premières semaines, voire les premiers mois de leur invasion mais très vite, les survivants avaient appris à reconnaître leurs défauts. A savoir lents et bêtes. Dès lors, il avait suffi d’apprendre à composer là-dessus. Et une fois que cela fut fait, envolée la peur, seul subsistait le dégoût. En tout cas, ça s’était passé ainsi pour Devlin mais manifestement pas pour son amie. Loin d’elle l’idée de la juger, chacun sa perception des choses, la rouquine était sans doute la mieux placée pour le savoir. Raison pour laquelle, au lieu de la secouer, elle lui tapota le dos avec sollicitude. Avant de se remettre en marche. Enfin, c’est ce qu’elle croyait car c’est à cet instant que Coco se rappela à leur bon souvenir en grimaçant tout d’abord puis en se mettant à chouiner. Avec elle c’était toujours très aléatoire ce genre de choses, aussi ne pouvait-elle pas dire à quel moment elle allait se mettre à pleurer sérieusement. Une chance qu’elles se trouvent à l’arrière de la banque qui constituait en quelque sorte un rempart entre elles et les zombies qui pourraient être attirés par les pleures du bébé.

Sans tarder, Devlin fouilla dans son sac à dos à la recherche de la tétine de sa fille. Plus tard, quand elles seraient bien à l’abris dans la voiture, elle la nourrirait si tel était son bon plaisir mais là, ce n’était pas vraiment le bon moment et puis elle ne pouvait chauffer le lait que grâce à l’allume-cigare de la voiture, alors il faudrait se contenter de la tétine en attendant. Une fois qu’elle eut mis la main dessus sur l’objet tant convoité, elle la fourra dans le bec de Coco qui se tut aussitôt. Ahhh que ferait-elle le jour où elle lui faudrait toutes les supprimer pour des problèmes d’orthodontie, hein ? La jeune femme aimait mieux ne pas y penser. En attendant, Anna lui avait posé plusieurs questions, il était sans doute temps d’y répondre. Enfin, ça serait cool qu’elle-même ait les réponses, déjà, parce qu’en réalité, elle n’avait aucune idée de par où il fallait aller. Car oui, il y avait une différence entre par où elle voulait aller et par où il fallait aller sûrement. Enfin bref.

    « Non, je n’ai pas eu le temps de tous les fouiller. Tu sais quoi ? On va directement aller voir si les portes ne sont pas ouvertes, hein ? De toute façon, c’est sûrement électrique, ces trucs alors à partir du moment où ça fait plus de quatre ans qu’on n’a plus d’électricité nulle part, tout doit être ouvert. »


La jeune maman n’y croyait qu’à moitié lorsqu’elle disait ça car sinon, ça voudrait dire que les coffres d’une banque, donc l’un des endroits les plus sécurisés au monde, seraient ouverts à tous à la moindre coupure de courant autrefois ? Impossible, il aurait alors été bien trop aisé de les cambrioler, alors. C’aurait même été à la portée de tout le monde en fait et elle ne se rappelait pas avoir jamais entendu pareille chose. Soit, il fallait bien tenter et si possible, elle préférait le faire avant d’avoir à fouiller tous les cadavres se trouvant dans cette banque. Elle chercha donc ladite salle des coffres et c’est totalement au hasard qu’elle en trouva les portes, après avoir descendu un escalier. Bon, rien de très surprenant à ça, au final, mais là où les choses devenaient carrément miraculeuses, c’était que les portes étaient bel et bien ouvertes. Devlin n’en revenait pas, si bien qu’elle se pinça même pour s’assurer qu’elle ne rêvait pas. L’espace d’un instant, elle se demanda pour qu’elle raison on faisait ça, elle ne se rappelait pas s’être jamais pincée en rêve… mais bon, là n’était pas la question. Elle adressa un sourire à son amie avant de pousser la porte. La grille, pour être exacte.

Une salle des coffres en vrai, ça ressemblait en tout point à celles que l’on pouvait voir dans les films comme Ocean’s Eleven : c’était blanc, tout blanc du mur au plafond à l’exception des coffres eux-mêmes qui eux, étaient chromés. Autant dire qu’elles étaient tombées sur la plus grosse banque du coin, une banque de riches, Devlin n’osait y croire. Mais du calme, ce n’était pas parce que la grille était ouverte qu’il en irait de même pour les coffres. Elle voulait bien croire qu’elle était chanceuse mais pas à ce point. C’est donc sans grande conviction qu’elle se dirigea vers le coffre le plus proche d’elle et tira simplement sur la poignée. Et sans même avoir besoin de prononcer la formule magique, le coffre s’ouvrit, celui-ci contenant un tas de pierres précieuses sous toutes les formes possibles et imaginables. La rouquine se tourna alors vers son amie.

    « Wow, jackpot ! »


Et elles allaient bien entendu tout se partager, étant donné qu’elles avaient également partagé les risques encourus. Elles devaient ressembler à une bande de pirates venant de trouver le trésor qu’ils cherchaient depuis des années.

✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤

be a good baby, do what i want
You ever love someone so much you thought your little heart was gonna break in two ? You ever tried with all your heart and soul to get you lover back to you ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Anna Mayfair
Kick Girl en Cb. Running Girl en Rp


Messages : 1061

Date d'inscription : 20/08/2013



✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤
Inventory
:

MessageSujet: Re: A bank is a place where they lend you an umbrella in fair weather and ask for it back when it begins to rain → Anna   Lun 7 Déc - 3:32

Saine et sauve, il restait tout de même un problème bruyant et cette fois ci ce n'était pas de ta faute. C'était plutôt celle du bébé. « Chhhuutttt. » fis-tu à Coco, rajoutant ensuite une grimace afin d'essayer d'empêcher à ce qu'elle chouine encore plus fort. À ce que tu étais douée avec les enfants. C'était surtout pour éviter qu'elle attire encore plus l'attention. Peut-être que vous étiez cernées et que vous ne le saviez pas. Autant ne pas trop exagérer niveau bruit (dixit celle qui avait crié un peu plus tôt). Heureusement, sa mère trouva sa tétine avant que l'opéra ne commence. La rousse suggéra d'Aller directement aux coffres, juste au cas. Tu hochas la tête. « Et que les générateurs marchent plus. » ajoutas-tu. Excuse comme une autre. On ne savait jamais ce qui pouvait arriver. Peut-être qu'un malin avait réussi à tout percer et c'était fait bouffer avant d'être capable de tout emporter. Histoire improbable ? Peut-être, mais cela aurait pu arriver. À être trop concentré, on ne pouvait peut-être pas entendre le reste autour de nous et un coup de dents c'était vite fait. M'enfin, cela n'avait pas été le cas.

La grille fut poussée sans problème. Rien ne leur tomba dessus. Pas de système d'alarme ou de seau de sang pour repousser les éventuels intrus. Compter sur l'électricité aurait dû être suffisant. Des rôdeurs n'avaient pas dû être envisagés dans les plans de secours. Pas de traces de sang ou de reste quelconque. Tu aimais déjà cet endroit avant même d'avoir regardé son contenu. Si ça, ce n'était pas de l'amour tu ne savais pas ce que c'était. Un coffre fut ouvert facilement. Plus de jus, plus de sécurité. Tu eus un cri d'admiration. Des alléluias se mirent à sonner dans ta tête. Tu allas ouvrir d'autres coffres. Ils s'ouvrirent tous aussi facilement que le premier. Des bijoux, des billets, encore plus des deux. Parfois des papiers, des objets, mais surtout des b&b. C'était plaisant. Tu avais l'impression d'être au paradis soudainement. Tu ne savais même pas par où commencer. À part vraiment plonger dedans. Tu pris des billets, les lançant dans les airs afin de les faire voler. Tu avais toujours voulu faire ça. C'était l'une des plus belles choses que tu avais vu de toute ta vie. Tu te mis à applaudir, ne pouvant pas t'en empêcher. « Je vais dormir et vivre ici. » déclaras-tu. Endroit parfait, idéal. La porte serait ton refuge, ta protection. Bien fermée, tu ne pensais pas qu'elle puisse s'ouvrir sans que tu ne le souhaites. Tu dormirais sur les billets et passerait tout ton temps à les calculer ainsi qu'à polir les pierres et à essayer les bijoux. Meilleure vie de l'apocalypse. Tu allais mourir heureuse. Tu allais manger de la joie et boire du bonheur le reste de ta vie. Tu n'allais pas survivre au mois autrement dit. Ce n'était pas dans tes intentions, mais tu n'avais pas toute ta tête en ce moment.

Réussissant à te ressaisir, tu te mis à en mettre toi aussi le plus possible dans ton sac. Tu ne savais pas du tout en quoi cela allait être utile, mais tu en avais de besoin. Encore plus que tout le reste dans ce que tu avais déjà récupéré (sauf peut-être les vêtements, la nourriture, les savons...).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Devlin Monthawk
|| ADMIN || ginger ♃ a l e


Messages : 2551

Date d'inscription : 30/07/2013



MessageSujet: Re: A bank is a place where they lend you an umbrella in fair weather and ask for it back when it begins to rain → Anna   Ven 15 Jan - 15:38

Quelle joie de se rendre compte que, si Coco ne tenait pas de sa mère pour ce qui était de voir ou d’entendre ses amis de l’au-delà, elle tenait son côté bling bling étant donné qu’elle ouvrait de grands yeux devant toutes ces pierres précieuses étincelantes, le tout en tétant avidement sa tétine. Peut-être bien qu’elles avaient de la chance mais en même temps, ça faisait pas moins de quatre ans qu’il n’y avait plus d’électricité et au cours de ses aventures durant ces quatre longues années, Devlin n’était tombée qu’une seule fois sur un endroit équipé d’un générateur fonctionnant encore. Mais la rouquine ne s’en préoccupait pas outre mesure, elle avait pour habitude d’obtenir toujours tout ce qu’elle voulait, même quand ça tenait carrément du miracle. Elle ne cherchait plus d’explication à tous ces phénomènes, elle les avait tout simplement accepté, surtout que c’était toujours en sa faveur, donc elle n’allait certainement pas s’en plaindre. Au lieu de quoi, elle regardait son amie s’amuser en jetant des billets en l’air d’un air amusé tandis qu’elle-même remplissait son sac de pierres et de billets. Pas des dollars, donc, mais peu importait puisqu’on avait momentanément mis de côté ce moyen de paiement. Puis ça aurait seulement eu de l’importance s’ils se trouvaient tous aux Etats-Unis, mais ce n’était pas le cas. C’était juste que les dollars, c’était nettement plus classe que les livres Sterling.

Dormir et vivre dans ce coffre, ah l’idée était tentante mais pour que ça soit possible, encore fallait-il faire des réserves avant de se cloitrer. Puis, à bien y réfléchir, il valait mieux s’enfermer dans la banque tout entière, histoire d’avoir un coin toilette. Voilà une chose à laquelle on ne pensait jamais alors qu’elle était pourtant primordiale. En dehors de ça, si on pouvait faire remarcher les protections qui vont avec l’endroit, ça s’apparentait carrément à un bunker, cette banque, alors oui, ce n’était pas une si mauvaise idée. Ou peut-être pas, puisque personne d’autre ne l’avait eue, cette grande idée. C’est qu’il y avait forcément un problème avec ces protections, elles ne devaient pas fonctionner et ce depuis le tout début. Une grosse arnaque, sans doute, comme dans ce film, la Purge. Toujours est-il que Devlin releva la tête vers Anna en faisant la grimace.

    « Tu me manquerais trop si tu vivais vraiment ici. Puis je pourrais envisager de venir aussi mais il faudrait encore convaincre Ezio. Ce dont je ne doute pas, je suis sûre que j’ai ce pouvoir mais ça lui plairait pas du tout. »


Son mari avait besoin d’air, de ne pas rester enfermé quelque part, il avait toujours été comme ça, même s’il faisait de gros efforts pour elle. Il en avait toujours fait, à la minute où ils s’étaient rencontrés, il avait fait des concessions pour elle en acceptant de s’installer dans un endroit fixe, lui qui avait toujours eu la bougeotte. La preuve en était qu’une fois le divorce prononcé, il était reparti sur les routes. Et là c’était pareil, il acceptait de rester à la maison pour leur petite famille mais ne voudrait jamais se joindre à un groupe ou s’enfermer dans un bunker sous prétexte que c’était plus safe. Donc, elle ne lui demanderait jamais un pareil sacrifice. Enfin bref, elle se doutait bien qu’Anna disait ça comme ça, que ce n’était jamais que des paroles en l’air et elle continua de fourrer toutes ces petites merveilles dans son sac à dos.

    « Tu veux que je te dise, je super contente d’être tombée sur toi. Je suis sûre que personne d’autre ne comprendrait ma passion pour des trucs qui n’ont plus d’utilité aujourd’hui. Mais ça reviendra un jour, j’en suis convaincue. »


Ce n’est que lorsque son sac fut plein à craquer que la rouquine consentit à ne plus rien mettre dedans. Et dire qu’il en restait encore tellement… oh bon, elles pouvaient toujours faire plusieurs allers-retours, s’il le fallait vraiment.

    « Je peux pas en prendre plus pour l’instant, t’es prête ? »


Mais oui, maintenant qu’elles avaient trouvé cette mine au sens presque littéral du terme, elles pouvaient revenir quand elles le voulaient. D’autant que personne ne semblait plus s’intéresser à ces choses. Une chance pour elles, en fin de compte. Une fois qu’Anna eut acquiescé, Devlin reprit la direction de l’entrée histoire de charger tout ça dans le coffre de Kevin. Et c’est ce qu’elle aurait fait si elle n’avait pas entendu un bruit bizarre en provenance de l’extérieur. D’un signe de la main, elle fit comprendre à la jeune actrice qu’il ne fallait surtout pas se précipiter dehors avant d’avoir jeté un œil au préalable. Ce qu’elle fit, par la fenêtre du bureau tout à côté.

    « Oh non, y a un groupe de zombies rassemblé devant l’entrée, on va vraiment pas pouvoir sortir par-là. Est-ce que par hasard t’aurais vu une sortie de secours ou un truc comme ça ? »


Et ce n’était bien sûr pas l’unique problème, il y avait aussi le fait que Kevin était encerclé. Alors certes, elles pouvaient se barrer à pieds mais ça faisait loin et puis surtout, Devlin n’accepterait jamais de laisser sa Corvette au beau milieu de nulle part comme ça, elle était bien trop précieuse à ses yeux.

✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤

be a good baby, do what i want
You ever love someone so much you thought your little heart was gonna break in two ? You ever tried with all your heart and soul to get you lover back to you ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Anna Mayfair
Kick Girl en Cb. Running Girl en Rp


Messages : 1061

Date d'inscription : 20/08/2013



✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤
Inventory
:

MessageSujet: Re: A bank is a place where they lend you an umbrella in fair weather and ask for it back when it begins to rain → Anna   Sam 23 Jan - 4:23

Jamais tu n'aurais pu imaginer pouvoir voir un tel endroit, même avec le métier que tu faisais. À moins d'avoir pu réussi à tourner ce film avec le rôle important que tu avais pu avoir. Trop tard, les rôdeurs avaient été contre. Oui bon, tu savais très bien que ce n'était pas pour contrer la prochaine étape dans ta carrière, mais tu avais trouvé ça drôle que cela arrive au même moment. D'autres avaient dû penser de manière identique. Tu ne voulais pas y penser à propos des mariages ou des voyages de noce. Tu te voyais bien y vivre après quelques arrangements, ce qui n'était pas le cas de Devlin et d'Ezio. Ou comment casser un rêve façon express. « Dis-le à personne... ça peut servir. » En cas d'urgence, en tant que cachette en pleine ville, cela pouvait se montrer bien utile. Bon, il fallait aussi se rendre jusqu'à la banque. Puis bon, tu avais bien le droit de penser à ce que tu voulais. T'en faire une deuxième chambre par exemple. Y mettre du stock pour vider un peu votre chambre qui allait être encore plus pleine avec ce que vous alliez ramener. Tout d'abord, mettre ce que vous aviez récolté dans la voiture, pour revenir en chercher ensuite. Sans oublier de trouver une façon de tout embarquer dans le bateau. Car il était hors de question que tu partages avec des personnes qui se fichaient bien de toi.

« J'suis contente aussi. » dis-tu, souriant à Devlin. Tu pensais comme elle. Personne d'autre n'aurait compris cet attachement à la vie d'avant de manière si superficielle. Mais tu étais à peu près sûre que certains de ces autres seraient bien contents d'avoir un peu de savon. Pas que tu disais que tu en avais. Tu préférais le garder pour toi avant d'être obligée d'en faire. Ton sac était plein aussi, bien lourd, tu avais envie de t'envoler en sachant ce qu'il y avait dans ce dernier. Du bonheur dans toutes sortes d'états. Malheureusement, le bonheur n'alla pas plus loin que ce que tu portais sur ton dos. Un bruit ce fit entendre... il y avait des rôdeurs devant l'entrée. Comment casser un rêve façon express, partie deux. « Coco, attaque ! » t'écrias-tu. Sa mère n'avait plus qu'à lancer une pokéball et c'était parti vous étiez sauves. Tu avais des méthodes bien originales pour pouvoir protéger tes fesses. Tu avais dit ça, car tu ne savais pas quoi faire. Il y avait trop de rôdeurs pour toi. Tu pensais déjà que : oh mon dieu c'était fichu et que vous alliez mourir là. Ton optimisme c'était envolé en voyant tous ces rôdeurs. Cela le faisait tout le temps. Un autre effet secondaire du fait que tu en avais peur. Toi, tu n'arrivais pas à évoluer vraiment face à eux. Tu aimerais bien te retrouver dans une pokéball, tu y serais en sécurité et tu apprendrais à devenir moins peureuse. Ça dépassait largement le trois rôdeurs que tu arrivais à approcher habituellement. « J'ai pas vu de sortie, mais j'ai pas fait le tour non plus. » Une pièce, la salle des coffres et c'était tout. Ce n'était pas avec ça que tu pouvais savoir par cœur l'endroit. Comme c'était un endroit public, il devait y avoir au moins une sortie de secours. Bien gardée en temps normal. Là, il ne devait y avoir que des rôdeurs, peut-être, de l'autre côté. Tu n'en savais rien.

« On peut toujours attendre... peut-être qu'ils vont entendre un corbeau. » suggéras-tu, de manière un peu plus rationnelle. Et pleine d'espoir aussi. Avant, un corbeau, une mouette, il y en avait beaucoup. À présent, c'était plus rare. Ils étaient devenus des mets de choix, ou presque. Tu n'étais pas pressée toi. Devlin était avec toi et c'était la seule personne qui pourrait s'inquiéter de ne pas te voir. Vous étiez en sécurité, bien que Devlin ne soit pas d'accord avec vivre dans le coffre fort, y dormir une seule nuit pouvait le faire. « On fait le tour ? » Au moins s'occuper en attendant d'entendre le corbeau (ou n'importe quoi d'autre, tu n'allais pas être difficile sur ce qui pourrait distraire les marcheurs). T'occuper allait aussi te permettre de ne pas penser à ce qui était dehors, tout près. Trop près.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Devlin Monthawk
|| ADMIN || ginger ♃ a l e


Messages : 2551

Date d'inscription : 30/07/2013



MessageSujet: Re: A bank is a place where they lend you an umbrella in fair weather and ask for it back when it begins to rain → Anna   Mar 2 Fév - 16:24

Très bien, ça serait leur secret à toutes les deux. Effectivement, cet endroit pouvait faire une assez bonne planque, et s’il y avait bien quelque chose dont on ne manquait jamais dans ce nouveau monde c’était d’endroits où pouvoir se planquer. Ensuite il y eut ce petit moment idyllique entre copines, mais très vite, les zombies vinrent y mettre leur grain de sel en s’entassant devant la sortie. Toujours à faire leurs intéressants, ceux-ci, ce n’était pas croyable. On pouvait les oublier l’espace d’un instant, ils trouvaient toujours le moyen de se rappeler à votre bon souvenir. Là en l’occurrence, ils les empêchaient surtout de sortir. Là-dessus, Anna ordonna à Coco de les attaquer, un peu comme si sa fille n’était qu’un vulgaire roquet hargneux, mais il fallait bien admettre, en posant les yeux sur le bébé qui bavait en mordillant sa tétine qu’elle avait effectivement l’air d’un petit chiot et Devlin ne put se retenir de rire en faisant le rapprochement. Rire dans les situations les plus étranges était l’une de ses spécialités. Mais en même temps, il fallait bien trouver des raisons de rire, aussi loufoques soient-elles, dans ce monde de brutes, sinon c’était la dépression assurée.

Quoiqu’il en soit, il semblerait qu’Anna non plus n’ait pas vu de sortie de secours ou autres issues mais elle reconnaissait ne pas avoir fait le tour complet de la banque. Devlin non plus, à bien y réfléchir, mais c’était probablement la solution. Bien que l’idée de son amie la tentait. Attendre. Attendre qu’ils s’en aillent pour telle ou telle raison. Un autre humain se baladant de ces rues fantômes, un animal, peut-être. Ça leur arrivait parfois de courir après mais la rouquine ne savait pas du tout s’ils s’en nourrissaient ou aimaient juste leur courir après comme le chat court après la ficelle de laine. Le hic avec cette solution, c’était que ça pouvait arriver n’importe quand. Dans dix minutes, dans dix heures… les zombies ne respectaient aucun horaire, ils ne devaient pas aller aux toilettes, ils pouvaient rester des années sans se repaître et souffraient encore moins de la déshydratation. Et qui savait quand quelqu’un passerait par-là ? Elle ne se rappelait pas avoir vu qui que ce soit en venant. Et Ezio allait s’inquiéter en ne les voyant pas rentrer, elle et Coco, à une certaine heure. Autrefois, tout était tellement facile, il suffisait de passer un coup de fil pour prévenir que l’on avait un imprévu et que l’on rentrait plus tard mais à présent, les lignes ne fonctionnaient même plus. Peut-être était-il temps de se remettre à communiquer par le biais de pigeons voyageurs ?

Enfin bref, tout ça pour dire que Devlin n’était ni pour, ni contre cette idée. Elle se disait bien qu’il fallait qu’elle rentre plutôt que d’attendre indéfiniment, mais elle se disait aussi qu’elle resterait là si elle n’avait pas d’autres choix. Ça valait toujours mieux que de mettre sa vie ainsi que celle de son bébé en danger. Pour toute réponse, la jeune femme fit donc la moue tout en haussant vaguement les épaules. Quand y a pas le choix, hein. Cela dit, elle était tout à fait partante pour faire le tour du bâtiment dans le but de trouver une autre sortie, on ne savait jamais. Un hochement de tête plus tard, les trois drôles de dames se retrouvaient donc à faire le tour de l’établissement comme convenu. Avant l’apocalypse, Devlin n’était pas coutumière des banques. C’était le genre d’endroits qui lui faisaient peur parce qu’avant d’être riche, ou plutôt disons de vivre de façon aisée, elle avait connu la misère et quand ses parents l’emmenaient de temps à autre à la banque, c’était surtout pour vider un peu plus leur compte à chaque fois, ce qui ne faisait clairement plaisir à personne car ils savaient tous ce qui se passerait le jour où il n’y aurait plus rien dessus. Ce qui fait qu’au final, elle ne savait pas du tout comment c’était censé se présenter. Y avait-il réellement des sorties de secours comme elle le supposait et comme il y en avait partout ? Ou bien était-ce du genre bien plus sécurisé pour éviter les vols ? Elle ne savait pas, et la seule chose qu’elle savait pour l’instant, c’était qu’elles étaient en train de frôler les murs à la recherche d’une porte quelconque mais qu’elles n’en trouvaient pas.

Jusqu’à ce que, par chance, un renfoncement dans ledit mur lui révéla une porte quelque peu dissimulée, un peu comme dans un décor de parc d’attractions. Ou comme dans un décor de cinéma, si c’était plus parlant pour l’actrice qu’était Anna. D’un geste, alors qu’elle pouvait tout à fait se permettre de parler mais c’était devenu une habitude, elle fit comprendre à la jeune femme qu’elle avait trouvé quelque chose. Devlin tourna la poignée et poussa. En vain, car la porte refusa de bouger d’un millimètre. C’était mal barré, parce que bon, la rouquine ne se faisait pas d’illusion, même si elle se jetait de tout son poids contre, ça ne changerait pas grand-chose à l’affaire, non, ce qu’il lui aurait fallu, là tout de suite, c’était Ezio. Aucune porte ne lui résistait jamais, à lui. Mais bon, il n’était pas là. Et ça l’énervait au plus haut point de ne pas savoir où elle menait, cette foutue porte ! Sur une ruelle glauque derrière la banque ? Sur le bureau de l’ancien grand manitou ? Ahh sa curiosité la perdrait, un jour.

    « Ça t’ennuies pas de tenir Coco une minute ? J’ai vu une sorte de barre de fer qui pourrait faire levier en passant. »


Elle courut la chercher après avoir refilé sa fille à son amie, tout en sachant pertinemment que ça non plus, ça ne changerait rien à l’affaire puisque ce qu’il fallait dans un cas comme celui-là, c’était un pied de biche, mais elles n’avaient rien de ce qu’il leur fallait vraiment, alors hein ! Et comme prévu, ça ne marchait pas, elle avait beau s’acharner, la porte refusait obstinément de s’ouvrir. Si bien que Devlin en eut marre et se mit à taper à grands coups dessus. Oh mais avec un peu de chance, si cette porte donnait bien sur une ruelle, tout le bruit qu’elle venait de faire rameuterait les walkers de ce côté-ci et alors la sortie côté grand-rue serait à nouveau libre !

✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤

be a good baby, do what i want
You ever love someone so much you thought your little heart was gonna break in two ? You ever tried with all your heart and soul to get you lover back to you ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Anna Mayfair
Kick Girl en Cb. Running Girl en Rp


Messages : 1061

Date d'inscription : 20/08/2013



✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤
Inventory
:

MessageSujet: Re: A bank is a place where they lend you an umbrella in fair weather and ask for it back when it begins to rain → Anna   Mar 16 Fév - 4:26

Coincées à cause des rôdeurs qui squattaient le devant de la banque, vous n'aviez plus qu'à attendre qu'il parte tout en passant le temps à chercher une sortie de secours. Méthode comme une autre pour passer le temps. Méthode fructueuse puisque la rousse réussit à trouver une porte de sortie bien cachée. Sûrement pour éviter qu'on la remarque trop par le passé pour éviter de donner des idées à certaines personnes avec de mauvaises intentions. Ce qui n'était pas votre cas. Bon, vous aviez pris des trucs dans le coffre, mais avant tu n'aurais jamais fait ça. Malheureusement, votre chance s'arrêtait là. La porte ne voulait pas s'ouvrir. Tu pris Coco, la berçant lorsque Devlin te le demanda. À se demander qui tu essayais de rassurer entre elle et toi. Toi, plus probablement, Coco gérant le tout de manière plus que surprenante. Elle avait déjà un meilleur sang-froid que toi. En même temps, tu ne savais pas comment pensait les bébés. Peut-être que son truc c'était de ne presque rien voir. Il te semblait que les bébés ne voyaient pas grand-chose à la naissance... mais tu ne savais pas si c'était juste ni encore quand ils commençaient à voir. Peu importe. Tu étais contente qu'elle ne pleure pas et qu'elle n'attire pas plus encore l'attention des rôdeurs de cette façon.

Tu pensas à la même chose que Devlin après que cette dernière ait frappé sur la porte. Tu t'éloignas tout de même un peu avec Coco question que vous ne deveniez pas toutes les deux sourdes avec ce qu'était en train de faire la rousse. Après quelques coups, tu décidas de te rendre utile, d'une certaine manière. Tu te dirigeas lentement vers l'avant de la banque, afin de vérifier si ce qu'elle faisait servait. C'était le cas, tu pus le constater assez rapidement. Tu soupiras, contente que cela aille sur des roulettes sur ce point au moins. « Tu vois Coco ? Les rôdeurs ils vont vers le bruit. » lui expliquas-tu. Oui, tu insistais. Pour être sûre qu'elle, elle n'en fasse pas. Tu savais très bien qu'elle risquait de ne pas comprendre, mais cela avait l'air tout de même de fonctionner, elle ne pipait pleurs. Tu continuas de regarder les rôdeurs, non pas par plaisir, constatant que ton amie faisait un bon travail. Après quelque instant, tu refis le chemin de contraire que tu venais de faire. « Y'en a presque plus, viens. » avertis-tu Devlin question qu'elle arrête de faire du bruit et d'attirer les rôdeurs. Vous ne seriez pas plus avancées s'ils défonçaient la porte à force de foncer dedans (niveau planque ça ne fonctionnerait plus comme endroit) ni si la jeune femme se tuait à la tâche. Tu t'en retournas ensuite vers l'avant, attendant la rousse avant de sortir. Ensuite, ce serait direction, la voiture, le bateau et c'était parti pour un bain de billets. Oui, car vous ne rencontriez pas d'autres problèmes. Tu venais de le décider. Ouais, bon, ça ne voulait rien dire, tu le savais très bien. Tu essayais de te donner un objectif. Sans ça, tu risquerais de finir à pleurer. Ce qui ne serait pas du tout avantageux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Devlin Monthawk
|| ADMIN || ginger ♃ a l e


Messages : 2551

Date d'inscription : 30/07/2013



MessageSujet: Re: A bank is a place where they lend you an umbrella in fair weather and ask for it back when it begins to rain → Anna   Jeu 25 Fév - 1:36

Ce n’était même pas fait exprès et c’était bien là une preuve de tout le talent de Devlin. Elle s’énervait au point de taper tout et n’importe quoi l’un contre l’autre et ça faisait une parfaite diversion. Anna quant à elle était une coéquipière de chic et de choc puisque c’était à elle de jeter un coup d’œil pour la grande porte d’entrée pour voir si la voie était libre. Et elle l’était effectivement. Ah quel talent, vraiment. Les choses avaient beau changer tant qu’elles le voulaient, la rouquine n’en revenait pas moins une super-survivante de l’apocalypse. Ben quoi, ça fait du bien de se lancer des fleurs de temps à autre tant qu’elles sont sorties du vase. Devlin ne perdit pas une seconde pour rejoindre son amie et sa fille et constata d’elle-même que la rue était pratiquement déserte, de nouveau. A l’exception d’un walker ou deux mais elles pouvaient tout à fait s’en défaire sans le moindre problème. C’est tout de même au pas de course qu’elle traversa la rue, réceptionna Coco pour la sangler une fois de plus dans son siège-auto, chargea les sacs dans le coffre et sauta derrière le volant en claquant la portière avec force. Ce n’était pas qu’elle essayait de préserver les zombies d’une quelconque façon mais autant avouer que leur compagnie était désagréable et qu’il était tout à fait compréhensible de vouloir la fuir.

Lorsque Anna eut claqué sa portière à son tour, Devlin démarra pied au plancher, fonçant dans tous les walkers osant se dresser sur son passage – ce qui était bien une preuve qu’elle n’essayait en aucun cas de les préserver. Bien, maintenant qu’elles étaient à l’intérieur de Kevin, la jeune femme se sentait plus en sécurité que jamais. D’accord, ce n’était jamais qu’une Corvette et pas un char d’assaut, ce qui signifiait qu’il valait mieux y faire un brin attention, mais n’empêche qu’elle se sentait toujours au top de sa forme quand elle se trouvait au volant de son petit bolide, filant vers elle ne savait où et au final, la destination n’avait pas grande importance. Ouais enfin, là en l’occurrence, elles étaient censées se rendre au bateau. Ce n’était pas la première fois qu’elle s’y rendait avec Coco, même qu’en fait, la petite fille était née à bord, mais Devlin n’aimait pas trop l’y emmener, c’est la raison pour laquelle elle le faisait toujours avec le plus de discrétion possible. Oui parce que voyez-vous, les KFL détestent les enfants et en particulier les bébés qu’ils considèrent comme des nuisances sonores, ce qu’on ne peut leur reprocher mais toujours est-il que de leur agiter Coco sous le nez, c’était comme de tirer le diable par la queue, voilà tout.

Comme à son habitude, la rouquine se gara assez loin du bateau. Le but de cette manœuvre étant de protéger Kevin coûte que coûte, parce que ces cinglés voudraient inévitablement la réquisitionner s’ils s’apercevaient que Devlin avait une voiture en sa possession. Bref, le truc, et c’était pas mal chiant, parce que du coup, il fallait se taper tout le trajet en portant les sacs, mais bon, la sécurité de Kevin passait avant bien des choses. Aux abords du bateau, elle remarqua bien qu’il n’était pas bondé comme c’était le cas autrefois, à l’époque où les KFL n’avaient pas encore décidé de s’approprier l’hôtel qui se trouvait non loin de là pour en faire leur principal QG. Pour sa part, la jeune femme avait toujours été contre cette idée parce que mince, quand on a un bateau et qu’on est un groupe aussi sélectif que les KFL, on le garde comme QG parce que c’est trop classe et on ne va pas se terrer dans un hôtel pourri, fin de l’histoire. Mais bon, tant pis pour eux, hein. De plus, ça leur permettait de monter à bord sans avoir à se la jouer mission d’infiltration comme dans les jeux vidéo.
En fait, elles pouvaient même carrément se permettre de discuter dans les couloirs sans avoir à baisser trop la voix.

    « Ça va être trop classe de se faire un bain de billets. Quand je raconterai ça à Ezio, il voudra pas me croire. »


Et peut-être qu’il serait un peu jaloux aussi, mais bon, avec ce qu’elle allait ramener à la maison, ils pourraient s’en faire ensemble, des bains de billets. Rien que tous les deux, même, une fois que les enfants seraient au lit. Devlin pénétra dans leur cabine principale, la plus grande et posa sacs, ainsi que Coco sur le lit. Ahhh ça faisait du bien, elle avait la sensation que tous ses muscles étaient contractés. Le temps de souffler deux minutes puis elle était déjà repartie, direction la salle de bains pour déverser une partie du contenu des sacs dans la baignoire tandis qu’Anna gardait un œil sur Coco. Elles pouvaient très bien faire ça à tour de rôle. Le hic, c’est qu’une fois dans leur cabine, elle n’avait plus vu la nécessité de ne plus faire de bruit et manifestement, ses va-et-vient entre la chambre et la salle de bains n’était pas du goût de tout le monde, étant donné qu’on vint frapper à la porte. Devlin dévisagea un moment Anna. Ouvrir ou ne pas ouvrir ?

✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤

be a good baby, do what i want
You ever love someone so much you thought your little heart was gonna break in two ? You ever tried with all your heart and soul to get you lover back to you ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Anna Mayfair
Kick Girl en Cb. Running Girl en Rp


Messages : 1061

Date d'inscription : 20/08/2013



✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤
Inventory
:

MessageSujet: Re: A bank is a place where they lend you an umbrella in fair weather and ask for it back when it begins to rain → Anna   Sam 19 Mar - 3:24

Sans perdre de temps, vous fûtes toutes les trois dans la voiture afin de s'éloigner le plus possible des rôdeurs. Un plan qui était toujours très bon à cette époque, peu importe qui on était. Courageux ou bien froussard comme toi. Une route que tu connaissais bien se fit voir par les fenêtres, et une fois sortie de la voiture, les sacs sur vous (qu'ils étaient lourds), marcher en direction du bateau fut ce que vous faites. Un petit moment et ça se comprenait très bien que Devlin ne veuille pas montrer sa voiture à tout le monde. Il y avait peu de personne dans les couloirs, merci l'hôtel. « Va falloir remplir votre baignoire. » C'est à dire que vous alliez devoir faire de nouvelles recherches. Tu ne voulais pas que celle dans cette chambre se retrouve vide. Ce serait bien ennuyant après tout le mal que vous avez eu pour la remplir. Faire de même avec celle de la maison serait tout aussi long, mais ce n'était pas comme si vous étiez très occupées. Il allait manquer de billets, mais bon, peut-être qu'un jour la Corvette irait dans une autre ville, trouverait une autre banque et puis, tada les billets. Ouais bon, c'était un peu trop optimiste de ta part. Gaspiller de l'essence pour ceci ne devait pas être dans les plans, peu importe s'il n'y en avait pas de dit plans. En premier, commencer par remplir et voir ce qui restait après. Il ne fallait pas la mettre à ras bord, sinon vous ne pourriez pas embarquer dedans, peu importe à quel point vous étiez petites. Il allait aussi falloir expérimenter, les billets ce n'était pas aussi liquide que de l'eau. Vous n'alliez sûrement pas pouvoir entrer dedans aussi facilement. Vous alliez sûrement devoir vous enterrer de billets en réalité. Tant que vous preniez un bain, peu importe comment. C'était assez bizarre comme idée, tu le savais, mais tu voulais tout de même le faire. Devlin était aussi partante, alors, tant pis pour les autres.

Une fois les sacs enlevés de sur vous, vous pûtes vous reposer un moment, et ensuite cela fut les allez-retours à la baignoire. Juste vider les sacs dedans ne pouvaient pas vraiment se faire. Il fallait tout démêler. Et tout aussi attachée que tu étais aux bijoux, tu ne voulais pas t'installer sur eux. La porte fit un son inattendu. Elle cogna. Comme elle ne pouvait le faire seule, tu te doutas assez rapidement qu'il y avait quelqu'un derrière la porte. Tu regardas toi aussi la jeune femme. Oups. Les voisins ne devaient pas aimer vous entendre se balader autant. Merde. Ils n'auraient pas pu être à l'hôtel ? Tu aurais pensé que les murs d'un bateau auraient plus isolés du bruit. En espérant que la personne derrière la porte ne veuille pas entrer. Une idée te traversa la tête et tu décidas de l'écouter. Tu retins ta respiration quelques secondes, afin d'être rouge. Tu fis ensuite semblant d'être à bout de souffle et tu allas ouvrir la porte. « Oui ? » fis-tu. Vous faisiez du sport pour vous tenir en forme. Rien de mal. C'était même conseillé pour survivre correctement. Tu n'oublias pas de rajouter un sourire, et d'être essoufflée de moins en moins. Tu n'avais pas tout oublié de quand tu étais actrice. Cela pouvait être toujours être utile. Plus que de simplement mentir, de faire semblant. Il s'agissait d'être, d'incarner, d'y croire toi-même. Là, il s'agissait aussi d'improviser, mais par chance, tu y avais toujours été douée aussi. Enfin, douée tu n'en savais rien, tu t'en étais bien sortir. Tu l'avais fait de temps à autre depuis le début de l'épidémie, et tu avais continué de bien t'en sortir. Tout du moins, on ne te l'avait pas reproché. Ce qui était plutôt positif.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Devlin Monthawk
|| ADMIN || ginger ♃ a l e


Messages : 2551

Date d'inscription : 30/07/2013



MessageSujet: Re: A bank is a place where they lend you an umbrella in fair weather and ask for it back when it begins to rain → Anna   Mer 13 Avr - 17:16

Un bain de billets, rien qu’à cette pensée, Devlin était tout excitée ! C’était puérile et matérialiste, comme vous voulez mais la jeune femme n’avait absolument aucune honte à l’avouer, elle avait toujours aimé l’argent et ce n’était pas près de s’arrêter. Et puis avec tout cet argent, un jour, quand la monnaie reviendrait à la mode – ce qui ne manquerait pas d’arriver, elle en mettrait sa main au feu -, elles seraient riches et auraient donc énormément de pouvoir sur les gens qui peuplaient ce groupe de survivants. Puis, vu comme ils les avaient traitées toutes les deux, ils pourraient toujours croupir dans la boue avant qu’elle ne les aide de quelque façon que ce soit. En revanche, c’est à ce moment-là qu’Anna énonça une vérité que la rouquine redoutait quelque peu : et s’il n’y avait pas suffisamment de billets pour remplir une baignoire ? C’est qu’elle voulait prendre son bain tout de suite ! Et qu’elle était à peu près sûre qu’il n’y avait pas d’argent dans ce fichu bateau. Un peu comme si les gens, voyant venir l’apocalypse, s’étaient jetés sur tout le pognon qu’ils pouvaient trouver. Et pour quoi faire, hein ? Non parce qu’ils étaient probablement morts à l’heure qu’il était et du coup, il fallait courir après les billets qu’ils avaient semés un peu partout dans le pays tel le petit poucet ses saloperies de cailloux.

    « Je propose qu’on fasse l’expérience, et si on n’en a pas assez, on retournera en ville. Il n’y a sûrement pas qu’une seule banque dans cette satanée ville. »


Et puis surtout, ce n’était pas trop loin. User de l’essence pour ça, personne ne le comprendrait, pas même Ezio et pourtant, il devait aimer l’argent au moins autant qu’elle. Mais il ne serait pas d’accord qu’elle parcourt tout le pays, à écumer les banques à la recherche de billets et de pierres précieuses, et ce, même si techniquement, la Corvette lui appartenait, c’était son troisième enfant à elle et moins celui de son mari, un peu comme si elle l’avait eu avec quelqu’un d’autre, aujourd’hui décédé… Etrange façon de voir les choses, elle en convenait. Enfin bref, les deux demoiselles étaient en train de déverser les sacs dans la baignoire quand un coup contre la porte les fit légèrement sursauter. C’était fou ça, quand même, d’habitude, les autres KFL n’en avaient strictement rien à carrer de ce qu’elles pouvaient bien faire. Pire encore, ils étaient même carrément d’accord pour les laisser crever si les choses tournaient mal, mais comme par hasard, c’était quand elles faisaient un truc qui leur tenait à cœur qu’ils rappliquaient !

Après un long coup d’œil tout ce qu’il y a de plus silencieux, Anna se dévoua pour aller ouvrir la porte, mais pas sans préparation d’abord. Pendant ce temps, Devlin planquait Coco sur une serviette propre sur le sol de la salle de bains – après s’être assurée que rien de dangereux pour le bébé ne traînait par terre, évidemment – et fermait la porte derrière elle. On ne sait jamais, ces gens pouvaient se montrer intrusifs quand ils le voulaient et il ne valait mieux pas qu’ils entraperçoivent ce qu’elles étaient en train de faire, sous d’être la risée du groupe pendant des mois.
Si son amie, qui était allée ouvrir la porte, avait un plan elle ne lui en fit pas part et donc, la jeune femme préféra rester légèrement en retrait, histoire de voir ce que le gêneur de base leur voulait, en tout cas. D’où elle se trouvait, elle pouvait tout entendre de la conversation. Oui, parce qu’aussi luxueuses que puissent être les cabines de première classe, elles n’étaient pas gigantesques non plus.

    « Qu’est-ce que vous fabriquez ? On fait une réunion, vous devez venir ! Qu’est-ce que vous foutez encore dans ce bateau quand tout le monde est à l’hôtel de toute façon ? »


Devlin afficha un sourire crispé de circonstance. Déjà, ça ne lui regardait pas ce qu’elles faisaient sur le bateau tandis que les autres se prélassaient à l’hôtel et puis une réunion pour quoi faire ? La situation n’avait pas changé aux dernières nouvelles et s’ils voulaient encore faire des missions, il y avait fort à parier que ça serait encore à elles d’y aller. Pour elle ne savait quelle raison, ils aimaient bien les envoyer toutes les deux en mission. Peut-être espéraient-ils secrètement qu’elles ne reviendraient pas mais elles revenaient à chaque fois, dommage pour eux. Toujours est-il que ça ne leur servirait à rien d’être présentes et puis de toute façon, il était hors de question que Devlin quitte la cabine alors que Coco s’y trouvait et il était tout autant hors de question qu’elle l’embarque avec. Donc, elle n’irait pas, ne restait plus qu’à servir le bobard dont elle se servait déjà il y a une éternité chaque fois qu’elle était invitée quelque part où elle ne voulait pas aller.
La rouquine toussa discrètement en s’approchant un peu.

    « Euh on peut pas venir, on est malades et on voudrait pas contaminer tout le monde. »


Le type sur ses gardes dégaina aussitôt un flingue. Le mot déclencheur devait être « contaminer », maintenant, on l’apparentait d’emblée au virus zombie et c’était effectivement un peu maladroit de sa peur mais elle espérait pouvoir arranger les choses en levant les mains en signe d’apaisement.

    « Wow oh, du calme. Ni mordues, ni griffées ! Tu peux venir vérifier d’un peu plus près, si tu y tiens. »


Un peu risquée la technique, avec tous ces mâles en rut, mais elle n’y avait pas réfléchis, s’était sorti tout seul. Et puis ça lui avait fait baisser son arme, donc ça marchait un peu quand même.

✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤

be a good baby, do what i want
You ever love someone so much you thought your little heart was gonna break in two ? You ever tried with all your heart and soul to get you lover back to you ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A bank is a place where they lend you an umbrella in fair weather and ask for it back when it begins to rain → Anna   

Revenir en haut Aller en bas
 

A bank is a place where they lend you an umbrella in fair weather and ask for it back when it begins to rain → Anna

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Italian police probe Vatican bank officials
» Le Harem de Sigmar - Les soeurs sont dans la place !!
» Place de l'unité à Montréal bientôt une réalité
» La place d'Haïti dans le monde
» Qui va à la chasse perd sa place [Pinsk Town-Thriller Bark, Rang D, Chasseurs de Prime, Balayage de zone]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-