Partagez | 
 

 And I see fire, blood in the breeze

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

avatar


Messages : 177

Date d'inscription : 31/07/2014



MessageSujet: And I see fire, blood in the breeze   Mar 5 Aoû - 8:50

Daneel McLaren ∞ Emmett Lehnsherr
The sky's falling down
Il ne comptait plus les jours à attendre sa mère, à espérer la voir un jour débarquer et lui ramener, avec sa tendresse légendaire, ses médicaments et tout son amour. Il attendait là de longues minutes à observer le ciel et le paysage en croisant les doigts pour la revoir un jour. L’espoir fait vivre. Il avait sa bible entre les mains et caressait le cuir et la reliure tout en récitant des passages que sa mère lui avait appris. Lire la bible lui donnait la force d’espérait encore et encore, de ne pas perdre la foi même en ces temps troublés. Il n’avait pas beaucoup de contact avec les autres survivants du groupe car Dieu avait séparé les Hommes par le langage et le voilà au milieu d’un pays dont il ne connait pas le vocabulaire. Emmett avait beau essayé il oubliait la moitié des mots, des formules et ne pouvait pas communiquer avec les autres c’est pourquoi il restait dans son coin à attendre que les journées passent.

Il ne pouvait pas plus aider pour les tâches manuelles car premièrement il ne comprenait pas les ordres qui, dans un accent bien particulier, n’était pas aussi clair pour lui que l’Allemand. Emmett avait pourtant essayé même si il préférait être seul avec son sac qu’il ne quittait jamais. Il y avait tous ses médicaments à l’intérieur qui lui permettrait de tenir jusqu’à l’arrivée de sa mère. Il ne s’était jamais intéressé à un autre groupe mais s’était pourtant intégré à celui la sans réellement savoir comment il avait pu en arriver là. Ca faisait quelques jours qu’il partager les journées avec ces gens dont il ne savait strictement rien. Alors qu’il entendit les autres se mettre à parler il sortit son dictionnaire et commença à chercher des mots pour comprendre quelque chose dans ce brouillard de phrases en tout genre.

« Faim (nm féminin ; latin : fames) est l’ensemble des sensations provoquées par la privation de nourriture [...] et que l’ingestion fait disparaitre - Avoir une faim insatiable - Hunger der - Hunger haben - Verhungern... »

Il n’avait compris que ce mot, dans la conversation, et vu la tête des gens ça en disait assez. Ils avaient faim et lui aussi. La concentration d’Emmett fluctuait tellement qu’il n’entendait parfois qu’une partie de la phrase. Alors la langue en plus c’était bien plus difficile pour lui de se concentrer. Tous ces bruits et tous ces gens parlant autour de lui le pénétraient à tel point qu’il se sentait parfois effrayé. Il était parfois agité et irrité et il ressentait le besoin de se défendre d’une façon ou d’une autre. Souvent il partait de lui même se mettre dans un coin tranquille ou il pouvait souffler et se calmer.

Alors qu’il continuait de lire des mots dans son dictionnaire de poche il entendit une petite voix, comme un bruit d’abord puis doucement à monter dans les ton sans en comprendre les mots, la phrase. Ca bourdonnait dans son crâne et dans son bras il commençait à sentir des picotements. Quand ça lui arrivait souvent sa mère prenait un bout de papier et notait tous les symptômes qui lui avait attiré l’attention et sur lesquelles elle fondait toutes ses inquiétudes. C’était utile pour le médecin qui pouvait ainsi choisir entre le laisser chez lui ou l’hospitalisation. Sa mère avait toujours réussis à le calmer quand les symptômes se faisaient plus présents. Elle le serrait fort dans ses bras même quand Emmett devenait violent bien que cela lui fut peu recommandé car toucher une personne schizophrène n’était pas sans danger d’après les médecins. Pourtant, Amalia, sa mère, n’avait jamais eu peur de son fils et ses bras l’entourant elle le rassurait et faisait tout pour son fils.

Il se mit debout et mit ses mains sur sa tête tout en faisant tomber sa bible ainsi que son dictionnaire au sol. La voix continuait de parler sans arrêt et les battements de son coeur dans son crâne se faisait plus intense. Il ne supportait pas ce genre de moment et commençait à suer à grosse goutte. Emmett se mit à l’écart et se frappa la tête avec ses mains. Quand allait-elle s'arrêter? Il se mit accroupis et se balançait, les mains dans ses cheveux tout en espérant que sa mère allait arriver et le consoler, le calmer, lui faire oublier sa maladie.

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 446

Date d'inscription : 01/12/2013



MessageSujet: Re: And I see fire, blood in the breeze   Mar 5 Aoû - 10:01

Ce groupe était terriblement louche, Daneel l'avait senti depuis les tous premiers jours où elle s'était jointe à eux mais ça s'aggravait avec le temps. Il y avait quelque chose d'un peu fou dans leurs yeux et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'elle n'aimait pas du tout ça. Aussi n'osait-elle pas trop se fier à eux, ni même discuter de la pluie et du beau temps. Généralement, elle se contentait simplement de s'asseoir dans un coin du hangar qu'ils occupaient pour le moment et observait les autres à longueur de journée. Parfois ils lui faisaient signe, lui disaient de venir piocher dans leurs maigres réserves mais ça se voyait que chacun d'eux crevait la dalle. Même quand ils piquaient ce que les autres groupes aux alentours chassaient. L'ex-Amish de son côté avait l'habitude d'avoir faim. On ne faisait jamais bombance chez les Amish et elle n'avait pas attendu l'apocalypse pour n'avoir que la peau sur les os. Les régimes, le sport et tout ce qui va avec faisait déjà partie de son quotidien il n'y avait pas si longtemps, quand tout allait encore bien dans sa vie. Alors elle ne prenait que ce dont elle avait besoin pour ne pas tourner de l’œil, rien de plus, rien de moins. Du moins c'est ce qu'elle faisait lorsqu'il y avait de quoi se sustenter. Sinon elle se contentait de rien ou de ce qu'elle trouvait quand elle sortait du hangar. Deux ou trois baies par-ci par-là, ça faisait bien l'affaire.

Son instinct lui criait bien souvent de fuir ce groupe comme la peste mais la vérité c'était qu'elle avait un peu peur de se retrouver complètement seule. Les choses étaient devenues dingues en très peu de temps. Les morts se relevaient et marchaient comme si de rien n'était mais le pire, c'était la réaction des survivants, comme si la menace n'était déjà pas assez grande comme ça. Les hommes ressemblaient tous à des animaux sauvages dont il fallait se méfier. Raison pour laquelle elle restait à l'écart autant que possible. Mais elle était sûre et certaine de ne pas réussir à survivre toute seule dans la nature, ne serait-ce que parce qu'elle avait toujours été habituée à vivre en communauté, depuis son plus jeune âge. La seule période de sa vie où elle avait été seule avait été quand elle avait fui sa communauté et elle l'avait plutôt mal vécu.

Quoi qu'il en soit, elle n'était pas la seule à ne pas trop vouloir frayer avec ces gens-là. A l'autre bout du hangar, il y avait un homme qui faisait exactement la même chose qu'elle. Son regard s'attarda un moment sur lui. D'après ce qu'elle avait cru comprendre, il ne parlait pas bien anglais, voire pas du tout. Daneel ne savait pas d'où il venait, elle n'avait elle-même encore jamais essayé de lui parler. Puis si c'était vrai qu'il ne parlait pas un mot d'anglais, alors ça ne servait de toute façon à rien. Et pourtant, elle comprenait qu'il puisse se sentir perdu. Elle-même l'était aussi, elle qui avait passé la plus grande partie de sa vie dans le Maine puis dans des grandes villes comme Londres, elle se sentait drôlement dépaysée. Ça aurait sans doute dû les rapprocher mais en fait et la jeune femme en était contente, elle ne souhaitait pas se rapprocher de qui que ce soit si c'était pour les quitter dans pas longtemps. Son regard se perdit sur les autres membres du groupe qui se chamaillaient pour elle ne savait quelle raison, puis, se lassant, Daneel reprit son livre. La seule chance qui lui changeait un peu les idées, elle deviendrait certainement folle si elle n'avait pas cet exutoire.

Elle se mordilla l'ongle du pouce d'un geste nerveux tout en reprenant sa lecture là où elle l'avait arrêtée. La tension était palpable à l'intérieur de ce hangar et ce n'était pas la première fois que ça arrivait. De plus, cette tension était drôlement communicative mais l'ex-Amish faisait de son mieux pour ne pas y prêter attention et pour garder son calme. En levant les yeux de son bouquin, son regard fut automatiquement attiré par le type qui n'était plus assis à l'autre bout du hangar, il était à présent debout et avait plaqué ses mains sur ses oreilles. Daneel trouvait ça tellement curieux qu'elle ne put détacher les yeux de lui. Au bout d'un moment il s'accroupit et se mit à se balancer d'avant en arrière, comme l'aurait fait n'importe quel autiste, du moins, c'est ce que l'on voyait dans les films. Elle s'inquiétait pour lui mais ne savait pas ce qu'elle devait faire. Est-ce que c'était comme les somnambules qu'il ne fallait surtout pas réveiller ? Quand il piquait une crise, il fallait le laisser faire jusqu'au bout sans l'interrompre ou pas ? Mais il avait tellement l'air d'avoir besoin d'aide...

Après avoir vérifié que personne d'autre ne se souciait de lui, Daneel posa son livre à terre et se leva, se dirigeant tout droit sur le jeune homme en face de qui elle s'accroupit à son tour. Au départ elle n'osa pas le toucher et ne sut honnêtement quoi dire. Mais si c'était pour faire ça, elle aurait tout aussi bien pu le laisser tranquille et rester là où elle se trouvait il n'y avait pas dix minutes de ça. Alors elle se risqua à poser doucement ses mains sur ses bras et chercha son regard.

    « Eh... ça va ? Tu t'appelles Emmett, c'est ça ? »


Ce qui ne servait à rien s'il ne pouvait pas la comprendre mais elle aurait au moins essayé, ce qui n'était pas le cas des autres personnes présentes qui ne leur accordaient même pas un coup d’œil.

✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤

body electric.
Many have tried to go into the night, cross over the line and come back alive but that's the price we payin' when we living on the other side. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 177

Date d'inscription : 31/07/2014



MessageSujet: Re: And I see fire, blood in the breeze   Mar 5 Aoû - 12:11

Daneel McLaren ∞ Emmett Lehnsherr
The sky's falling down
La crise avait commencé comme à chaque fois : des voix, un sifflement, simplement un bruit qu’Emmett était le seul à entendre et qui le mettait dans tous ses états. Ca avait toujours choqué les autres de le voir dans telle ou telle position ou quand il se frappait la tête en espérant que les voix se tairaient sous les coups qu’il s’infligeait. Ca n’avait rien de drôle ou d’amusant. Il se frappait parfois jusqu’au sang quand il avait de quoi faire sous la main : “le sang est le prix du silence” lui chuchotait son père quand ses crises tournaient mal. Il ne prêtait plus attention aux autres autour de lui. Il n’y avait plus rien et alors qu’il commençait à s’arracher les cheveux, le visage devenu rouge une main chaleureuse se posa sur son épaule. Emmett fut surpris, sa mère l’avait retrouvé.

Il releva la tête avant de voir cette femme qu’il avait observé quelques fois et qui ne parlait pas beaucoup non plus. Elle était si maigre mais semblait sûre d’elle dans un tel environnement s'accommodait des gens qui préféraient se disputer dans un langue incompréhensible pour Emmett. Elle était sorti du hangar certain jour et Emmett l’enviait. Il en était presque incapable, tenaillé par la peur de voir encore ces bêtes lui sauter dessus. Elle se mit à lui parler mais il ne comprit que son prénom. De ses yeux interrogateurs il cherchait à comprendre les mots qu’elle venait d’utiliser et à les traduire dans sa langue maternelle. La pause fut de courte durée quand les voix revinrent au galop pour lui murmurer des mots incompréhensibles. Il remit sa tête entre ses jambes. Il n’y avait plus qu’à attendre... Sa mère aurait eu la solution, elle. une fois calme, Emmett releva les yeux vers la jeune femme qui s’était, semble-t-il, inquiétée pour lui.

« Mer...ci? » Lui répondit-il sans être réellement sûr que ce soit le bon mot.

Sa présence l’avait quelque peu rassuré et la crise fut bien moins longue que d’habitude. Il rapprocha son sac vers lui comme un enfant avec son doudou. C’était son bien le plus précieux, ce sac appartenant à son père et son père avant lui. Transmis de génération en génération il contenait la source de sa délivrance : ses médicaments. Il était comme enfant apeuré et transpirant. Autour de lui les voix des survivants avaient repris. Elle connaissait son prénom mais lui ne connaissait pas le sien c’est pourquoi il demanda avec son air enfantin et mignon :

« Tu... être?  »

Il voulait connaitre son prénom mais il lui était difficile d’accorder les verbes tant ça ne ressemblait en rien à l’Allemand. Il avait cet accent typique de son pays, cette accentuation des syllabes et des sonorités que de nombreuses personnes avaient aimé imiter. Alors qu’il attendait sa réponse il entendait les voix monter dans les tons, ils commençaient à se crier dessus. Emmett ne comprenait pas grand chose mais cette conversation avait de la valeur puisque les autres survivants se mirent à écouter et un petit groupe se forma autour de ces gens qui hurlaient. Emmett regarda la jeune femme avant de lancer un coup d’oeil à son dictionnaire et sa bible un peu plus loin. Il n’osait pas se lever mais il faudrait bien un jour qu’il le fasse s’il voulait retrouver le livre qui lui permettait de communiquer un tant soit peu avec les autres.

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 446

Date d'inscription : 01/12/2013



MessageSujet: Re: And I see fire, blood in the breeze   Mer 6 Aoû - 21:32

Daneel ne savait ce qu’elle avait fait, ni même si elle y était pour quoi que ce soit, mais le jeune homme sembla se calmer relativement vite, une fois qu’elle se mit à lui parler. Peut-être était-il réellement autiste. Pourtant, elle captait son regard sans mal ce qui, si elle ne se trompait pas, ne serait pas le cas si elle se trouvait face à un autiste. Quel que soit le problème, il semblait passer. Plus ou moins en tout cas, comme par à-coups. Emmett – si c’était bien là son prénom – enfouit de nouveau sa tête pendant un moment avant de refaire surface. Cette fois il lui parla, bien qu’il ait l’air pour le moins incertain quant aux mots qu’il choisissait. Ça lui indiquait clairement qu’il ne devait pas avoir réellement compris ce qu’elle lui avait dit. Le hic, bien sûr, c’est qu’elle-même ne parlait pas un mot de sa langue. La jeune femme pouvait le dire sans même savoir de quelle nationalité il était, puisqu’elle ne parlait que l’anglais, pour sa part. Par manque d’envie d’en apprendre une autre, sans doute. Dans tous les cas, ça ne les aidait pas à communiquer et Daneel comprenait un peu mieux cette mise à l’écart.

D’une façon totalement maladroite, mais qui n’était pas sans lui rappeler celle d’un petit garçon, il lui demanda alors qui elle était et ça la fit sourire. Elle consentit enfin à le lâcher, ça avait d’aller bien mieux que tout à l’heure et ça la rassurait. Bien sûr, l’ancienne Amish se doutait bien que, quand il lui demandait qui elle était, il ne voulait pas savoir ce qu’elle était exactement, c’est-à-dire un simple membre de ce groupe tout ce qu’il y a de plus bancale et quel poste elle y occupait – aucun, c’était ce genre de groupe où tout le monde fait un peu ce qu’il peut pour survivre, rien de plus, rien de moins. Et probablement que ce manque d’organisation ne présage jamais rien de bon, soit dit en passant. Soit, Daneel voulait bien discuter mais elle ne voulait pas non plus donner le sentiment au jeune homme qu’elle le prenait pour le débile, mais d’un autre côté, elle ne voyait pas vraiment comment lui faire comprendre quoi que ce soit sans faire un usage quelque peu abusif des mains. Ca ressemblerait sûrement à la rencontre de Jane et Tarzan mais en moins primitif, tout de même.
La jeune femme posa sa main sur sa poitrine pour lui faire comprendre que c’était d’elle qu’elle parlait. Geste superflu, puisqu’il avait posé une question bien précise.

    « Moi, je m’appelle Daneel. »


Lorsqu’elle se rendit compte qu’elle articulait plus que de raison et que c’était parfaitement stupide, puisque le problème n’était pas qu’il était sourd mais qu’il ne parlait pas la même langue. Elle écrivit son prénom sur le sol poussiéreux et attira l’attention d’Emmett dessus. Comme ça au moins, il pourrait se faire sa propre idée de comment le prononcer et tout ce qu’il voulait.
Ce n’est qu’alors qu’elle remarqua le dictionnaire posé un peu plus loin. Il est vrai que le jeune homme avait regardé dans cette direction à plusieurs reprises. Mais c’était bien sûr ! Plus que tout autre chose, ça devait être l’objet sans lequel il ne pouvait vivre, perdu dans ce pays rempli de gens qui ne le comprenait pas et inversement. Daneel se hâta d’aller le chercher avant de le lui tendre.

    « Ça ne doit pas être facile ici, sans ça ! »


Elle lui sourit une fois de plus. S’ensuivit alors un moment un peu awkward car elle hésitait à repartir à sa place initiale, maintenant qu’il lui semblait avoir fait ce qu’elle avait à faire. Même que c’est ce qu’elle fit, après lui avoir lancé un « n’hésite pas si tu as besoin, surtout ». Puisqu’il avait récupéré son dico, il devrait pouvoir comprendre. Du moins elle l’espérait.

✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤

body electric.
Many have tried to go into the night, cross over the line and come back alive but that's the price we payin' when we living on the other side. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 177

Date d'inscription : 31/07/2014



MessageSujet: Re: And I see fire, blood in the breeze   Jeu 7 Aoû - 20:45

Daneel McLaren ∞ Emmett Lehnsherr
The sky's falling down
De l’Ecosse, Emmett ne connaissait pas grand chose hormis ce qu’il pouvait y voir à la télé. Highlander ou le Dernier roi d’Ecosse, tout ce qu’il en avait retenu c’était qu’ils portaient des kilts et étaient immortels. Mais il se doutait bien qu’il y avait une part de faux dans tout ça. Emmett n’était pas simple d’esprit mais avait été trop couvé par sa mère qui avait toujours eu  la peur bleu qu’il lui arrive quelque chose et il lui était désormais impossible de faire quelque chose sans elle. Il était bien là le drame puisqu’Amalia Lehnsherr avait disparu sans raison.

Emmett avait toujours été avec sa mère, que ce soit pour faire les courses ou bien pour prendre sa douche et aller au lit. Du haut de ses 36 ans il n’était jamais réellement sortit de sa petite ferme et ne savait pas se gérer tout seul. Il était comme un enfant et c’était bien trop compliqué à gérer pour quelqu’un du même âge. Sa mère, Amalia, avait toujours tout fait pour que la vie de son fils soit la plus simple possible et qu’il n’ait qu’à se soucier que de sa propre personne.

La jeune femme posa sa main sur sa poitrine et lui fit comprendre qu’elle s’appelait Daneel. Au départ il crut que c’était un mot d’anglais qu’il n’allait encore pas comprendre mais une fois qu’elle l’écrivit sur le sol poussiéreux il comprit que c’était son prénom. Il lui fit un énorme sourire comme pour la remercier d’avoir pris soin de loin ces quelques minutes.

« Da...neel  » répéta-t-il en espérant qu’il l’avait bien prononcé.

Il aurait voulu discuter avec elle mais la barrière de la langue le bloquait. C’était la première fois que quelqu’un se souciait de lui. Elle se leva et alla chercher son dictionnaire avant de le lui rendre. Il serra son sac contre lui et prit le livre qu’elle lui tendait. Elle lui parla sans qu’il ne puisse comprendre se qu’elle venait de dire. Il resta bouche bée car il ne pouvait pas lui expliquer d’où il venait et pourquoi. Il lui fit un énorme sourire en guise de remerciement. Il garda ses yeux dans les siens en cherchant des mots qu’ils connaissaient, les mettre ensemble et tenter de faire une phrase compréhensible.

« Diction...naire besoin pour... com...com...prendre ta langue.  »

Elle avait compris son problème du moins c’est se qu’il espérait. Elle lui sourit puis retourna à sa place initiale. Emmett fut gêné qu’elle reparte ainsi. Il avait l’impression que sa maladie bloquait encore les autres. Il en avait entièrement conscience ; une telle maladie pesait beaucoup sur son moral et aussi sur celui des autres. Il alla vers sa bible posait au sol, la ramassa et parcourut les quelques pages qu’il n’avait pas encore terminé. Plongé dans la foi, les actes de Jésus en faveur des pauvres quand il fut coupé par une chaussure qui s’écrasa contre le mur du hangar le plus proche de lui. Complètement effaré par le geste il tourna son visage livide de peur vers la personne qui lui semblait le plus susceptible de l’avoir envoyé. Deux personnes se criaient dessus, la discussion semblait féroce et rien n’allait aller en s’arrangeant. Emmett s’était crispé en voyant que les choses empiraient. Il n’aimait pas les disputes ça lui causait énormément de stress et le stress lui faisait avoir des crises.

Il serra sa bible contre lui et murmurait doucement des passages sur la violence et la sagesse de tendre l’autre joue à celui qui a jeté la pierre. Emmett tentait de se rassurer tout en regardant Daneel, comme un enfant qui espère que les choses allaient s’arranger.

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 446

Date d'inscription : 01/12/2013



MessageSujet: Re: And I see fire, blood in the breeze   Sam 9 Aoû - 22:13

Ce n’était pas vraiment de la pitié qui animait Daneel en cet instant, plutôt de la compassion. Cet homme qui s’appelait Emmett était dans le besoin puisqu’il ne comprenait pas un seul mot d’anglais, d’après ce qu’elle avait compris. Et la jeune femme était pratiquement sûre qu’elle était loin d’être la seule à ne pas comprendre un traitre mot d’anglais non plus. La barrière de la langue fonctionnait dans les deux sens ce qui était très certainement le pire des cas possibles. Elle aurait bien voulu savoir comment il en était arrivé là, pour quelle raison il se trouvait ici alors que, de toute évidence, sa place était en Allemagne, là où on pouvait le comprendre dans problème. Ou alors savoir pourquoi il ne parlait pas mieux anglais, s’il était là depuis longtemps mais malheureusement, le problème était toujours le même : elle aurait beau lui poser toutes les questions qu’elle voudrait, il ne comprendrait pas ce qu’elle dirait et il n’y avait pas d’autres moyens de le lui faire comprendre, même en faisant de son mieux pour parler avec les mains. C’était une situation fort ennuyeuse dans le sens où elle ne voyait pas d’issue. C’était bien la raison pour laquelle elle était retournée s’asseoir à sa place après lui avoir souri à nouveau et avoir acquiescé quand il lui avait expliqué qu’il lui fallait absolument son dictionnaire pour pouvoir les comprendre un tant soit peu.

Cela étant dit, l’ancienne Amish faisait de son mieux pour ne pas trop perdre le contact visuel, en levant de temps à autre le nez de son bouquin. D’autant qu’il avait de beaux yeux ce jeune homme et que ça serait du gâchis de s’en priver. Même que parfois, elle lui faisait un petit signe de la main. Elle s’était peut-être fait un nouveau copain. Un nouveau copain avec lequel il était très difficile de discuter mais quand même, tout était bon à prendre quand il était question de se faire des amis sur lesquels on peut compter en ces temps sombres. Et puis bien sûr, il fallut que ces tocards déraillent complètement. Voilà qu’ils en étaient venus aux mains. Daneel n’était pas plus surprise que ça, elle attendait que ça éclate depuis plusieurs jours déjà, mais elle n’aimait pas ça. Elle les avait bien observés tous, depuis le début et elle était convaincue que les autres ne tarderaient pas à suivre le mouvement. Ils avaient affaire à une bande de moutons, ni plus ni moins.

La jeune femme vit la chaussure voler en direction d’Emmett et le manquer de peu. Il ne devait pas avoir l’habitude de ce genre de comportement, à en juger par la tête qu’il faisait. Il était peut-être temps pour eux d’aller faire un tour, le temps que les choses se tassent. C’était son point fort, à elle, elle avait toujours su tirer son épingle du jeu au bon moment, c’est même sûrement grâce à ça qu’elle était toujours en vie à ce jour. Grâce à ça et à ses armes aussi, mais ce n’était jamais qu’un détail parmi tant d’autres. Rassemblant ses affaires, Daneel jeta des coups d’œil au jeune homme à intervalles réguliers. Ça pouvait paraître un peu excessif comme comportement mais elle ne pouvait jamais savoir quand elle remettrait les pieds quelque part quand son instinct lui soufflait de mettre les voiles. Bon, il était toujours à la même place et elle se dirigea droit sur lui dans l’indifférence totale des autres qui étaient bien trop occupés à se taper sur la gueule pour leur prêter attention.

    « Je sais bien que tu ne comprends pas ma langue, mais je te suggère qu’on aille faire un tour le temps que ça se calme, qu’est-ce que t’en dis ? »


Elle tâcha de se faire comprendre en le pointant du doigt avant de se désigner elle-même et de mimer une petite marche en lui montrant ensuite la porte. Elle devait avoir l’air maligne comme ça, d’autant qu’elle n’avait pas le moindre talent en tant que mime, elle n’était pas la petite fille du mime Marceau, elle. Pour conclure cette mini-scène ultra humiliante, elle lui tendit gentiment la main. Voilà, on ne pouvait être plus claire, tout de même.

✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤

body electric.
Many have tried to go into the night, cross over the line and come back alive but that's the price we payin' when we living on the other side. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 177

Date d'inscription : 31/07/2014



MessageSujet: Re: And I see fire, blood in the breeze   Dim 10 Aoû - 14:24

Daneel McLaren ∞ Emmett Lehnsherr
The sky's falling down
Emmett n’avait jamais vécu dans la violence et les cris. Pour un malade comme lui, ce genre de comportement pouvaient très vite le mener a une crise c’est pourquoi il avait toujours eu l’impression que ses parents ne se disputaient jamais. Il était bien évident que sa mère et son père avaient des querelles, comme tous les couples, mais jamais en présence de leur fils.  Pour un schizophrène il faut éviter tout débordement, changement des habitudes et ses parents s’étaient tenu à cette règle toutes leurs vies Aujourd’hui ils étaient pour lui le couple parfait auquel il aimerait ressembler. Il n’avait pas l’habitude d’entendre hurler, lui qui avait toujours vécu dans le calme et l’amour de Dieu. Emmett était bien trop occupé à regarder la dispute plutôt que de voir que la jeune femme qui lui jetait des coups d’oeil. Petit à petit les voix s’élevèrent et ce n’était plus qu’une seule dispute mais une dizaine qui commençaient à faire trembler les murs du hangar. C’était surement ça la vie en Ecosse, le whisky, les kilts et les disputes pourtant depuis son arrivée il n’avait jamais vu un highlander en robe à rayure et une bouteille à la main. Etrange.

Les yeux rivés sur ses gens, la bouche ouverte il ne faisait plus attention à rien. Soudain la jeune femme qui lui était venu en aide revint vers lui et commença à lui parler dans la langue qui lui était propre. Elle du voir qu’il ne comprenait rien car elle lui indiqua la porte du doigt. Elle voulait qu’il parte? Il ne comprenait pas se qu’elle voulait, il n’avait rien fait de mal pourtant. Daneel lui tendit la main et Emmett n’expliquait toujours pas pourquoi elle lui avait montré la grande porte en métal. Il mit sa bible dans son sac, garda son dictionnaire contre lui et ferma la poche avec minutie puis posa doucement sa main dans la sienne et se releva. Il la suivit jusqu’à la porte en espérant qu’elle n’allait pas lui mettre dehors pour il ne savait quelle raison. Il l’ouvrit sans dire un mot, comme s’il allait à la mort. Il était pâle mais il s'exécutait calmement et poliment comme on lui avait appris.

« Daneel? Où aller va? Je suis faire bêtise?   »

Il s’était mal exprimé mais n’en avait nullement conscience. Il voulait savoir où elle l'emmenait, si elle allait l’abandonner ou bien si tout ça, ces disputes, étaient à cause de lui. Sa maladie le rendait un peu paranoïaque et pour lui tout était de sa faute. L’air frais de l’extérieur lui frappa le visage. Emmett tourna les talons et fit face au paysage. C’était beau et ça faisait du bien de voir le ciel et le soleil. Emmett n’était pas sortit depuis son arrivée dans le groupe. Il était là sur le pas de la porte à tenir son sac en espérant qu’elle ne le mette pas dehors, à l’obliger à rester tout seul. Il ne fallait pas qu’il panique sinon une nouvelle crise allait faire son apparition pourtant ses mains commençaient à trembler. Il ferma les yeux et souffla pour essayer de sa calmer.

Il posa une nouvelle fois ses yeux sur la jeune femme avant qu’un cris strident se fassent entendre. C’était une femme qui s’était jetée sur une autre. Tous en venaient aux mains tandis qu’Emmett se colla au mur métallique du hangar, le sac contre son torse. Un autre sac vola dans sa direction et atterrit à ses pieds à croire qu’ils lui en voulaient. Sans chercher à comprendre il se pencha pour le ramasser et le ramener à son propriétaire. Il se rapprocha de ceux qui criaient et jetaient des objets en tout genre pour rendre ce qu’ils avaient perdu. Emmett était comme ça, à vouloir aider tout le monde d’une façon si candide que c’était étrange. Il tendit le fameux sac pleins à un homme d’une corpulence impressionnante et d’une taille à en faire pâlir certain. Il n’avait pourtant pas l’air heureux que le jeune homme le lui rende. Il avait l’air plutôt énervé et voulait s’en prendre à quelqu’un mais pour Emmett c’était bien trop compliqué à comprendre.

« Vous sac?  »

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 446

Date d'inscription : 01/12/2013



MessageSujet: Re: And I see fire, blood in the breeze   Lun 11 Aoû - 15:09

Eh bien, eh bien, Emmett avait de la chance de na pas tomber sur une personne malintentionnée vu la façon dont il lui suivit sans plus poser de question ou faire preuve d'une résistance quelconque. Au contraire, il obéissait aux ordres comme si c'était la chose la plus normale au monde. En dehors du fait qu'il soit très probablement d'une autre nationalité, il devait bien y avoir un petit quelque chose qui clochait chez lui. Ça devait être la raison pour laquelle il agissait si bizarrement par moment. Si seulement elle était psy, puisse diagnostiquer ce qu'il avait et se comporter en conséquence, ça serait parfait mais il ne fallait pas rêver non plus, on ne s'improvisait pas psy comme ça, du jour au lendemain. Daneel dut donc faire ce que son instinct lui dictait, rien de plus, rien de moins. Et pour l'heure, son instinct lui disait de ficher le camp et rapidement. Avec le jeune homme ou sans, mais avec serait préférable car elle n'avait pas non plus envie qu'il se retrouve perdu au beau milieu de tout ce bordel si elle pouvait le sortir de là. D'autant que, pour l'instant en tout cas, il était très docile, avait lui rassemblé ses affaires et la suivait. Peut-être pas de bon cœur, mais sans émettre la moindre protestation tout de même. Jusqu'à ce qu'il lui demande, tout penaud, où ils allaient et s'il faisait ou avait fait une bêtise. Il semblait croire que, si ça éclatait partout autour de lui, c'était de sa faute. La jeune femme se retourna pour lui faire face et articula de son mieux :

    « Pas de bêtise, non, on va juste faire un tour. Puis on reviendra, dès qu'ils se seront calmés. »


Elle était bien consciente qu'il ne devait pas avoir compris grand-chose, mais elle n'avait pas vraiment le temps de mimer à chaque fois, sinon ils seraient toujours là le lendemain, au milieu d'un bain de sang. Il ne lui restait donc qu'à continuer son chemin et elle était presque à la porte quand un sac traversa le hangar pour venir s'écraser aux pieds d'Emmett. Elle eut alors la désagréable impression que ce foutu sac allait les retarder et effectivement, c'est exactement ce qui se passa. Daneel pouvait constater qu'Emmett avait été très bien élevé puisqu'elle le vit ramasser l'objet, se diriger vers son propriétaire pour le lui rendre avec tout l'aplomb dont il pouvait faire preuve. Le propriétaire du sac était une véritable montagne et il avait l'air sur le point de fracasser joyeusement la tronche du premier venu. Pas de bol pour lui, ce premier venu c'était Emmett, lui qui avait juste voulu rendre service.

Au moment où la jeune femme le vit lever la main sur son nouvel ami, elle se précipita pour s'interposer entre eux, son marteau en main. Bien sûr, elle ne payait pas de mine. Daneel était grande, certes, mais elle était aussi très mince et donnait souvent l'impression qu'elle s'envolerait si on lui soufflait dessus. Mais les apparences sont parfois trompeuses et son marteau s'était déjà abattu sur des gars encore plus énorme que celui-ci. Puis au pire, si son fidèle marteau ne suffisait pas, elle avait toujours son colt accroché à sa ceinture, lui n'avait pas de faille.

    « Si tu le touches, je te défonce la boîte crânienne, c'est clair ? »


Pour une raison qui ne lui était pas tout à fait inconnue, son rire tonitruant se résonna dans la salle vide mais c'était très bien, ça lui laissait tout juste le temps de pousser le jeune homme vers la porte, en espérant que plus aucun projectile ne viendrait perturber leur petite escapade. Ils y étaient presque, de telle sorte qu'elle pouvait pratiquement sentir l'air frais sur son visage, cette sensation devait être semblable à celle que ces évadés d'Alcatraz avait dû ressentir lorsqu'ils s'étaient enfui. Enfin, à peu de chose près, puisque, comme elle l'avait dit, elle reviendrait quand les choses se seraient tassées.

✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤

body electric.
Many have tried to go into the night, cross over the line and come back alive but that's the price we payin' when we living on the other side. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 177

Date d'inscription : 31/07/2014



MessageSujet: Re: And I see fire, blood in the breeze   Mer 13 Aoû - 19:01

Daneel McLaren ∞ Emmett Lehnsherr
The sky's falling down
Emmett n’avait voulu qu’aider en se mettant parfois dans de drôle de situation comme celle ci présentement. Il n’avait pas vraiment conscience du danger qu’il encourrait quand il tentait d’aider quelqu’un. Dans son imaginaire il lui était inconcevable d’en venir aux mains même après 3 ans seul durant l’apocalypse néanmoins il ne lésinait pas quand il fallait se cogner pour faire taire les vois dans sa tête ou sa paranoïa croissante.

Daneel l’avait suivit et quand l’homme leva le poing comme pour le frapper elle s’interposa avec son marteau et lui donna un coup violent au visage. Des dents volèrent ainsi que du sang et s’effondrèrent sur le sol froid qui furent suivit par l’homme, inerte. Avec son petit corps la jeune femme ne semblait pas aussi forte que ça à première vue et à présent, avec son marteau, elle lui paraissait être aussi puissante que l’homme dans les histoires que sa mère lui contait sur Thor, Odin... Elle avait le pouvoir des dieux. A peine eut-il le temps de poser le sac sur l'assommé que Daneel le mena jusqu’à l’extérieur, l’air frais lui tapant le visage. Les personnes autour de l’homme inerte ne lui avait pas prêtait attention ils étaient bien trop occupé à se crier dessus sur un sujet qu’Emmett ne comprenait toujours pas.

Une fois dehors il n’entendait presque plus les voix des autres et savourait les moindres rayons du soleil lui effleurant le visage puis il fouilla dans son sac et observa les boites de médicaments avec attention. Il n’en manquait aucune et n’avaient pas été écrasé par le remue ménage. Il était rassuré. Il n’y en avait plus beaucoup depuis le début de l’épidémie et trouver ce genre de médication relevait de l’impossible. Il avait encore les petites boites pour le traitement expérimental qu’il n’avait pas encore essayé car il attendait de le faire avec sa mère au cas où le dosage ou bien la solution soit bien trop compliqué à tenir pour son corps. C’est pourquoi il attendrait qu’elle revienne pour avaler une de ces pilules.

« On va... » commença-t-il avant de chercher le mot exact pour terminer sa phrase.

Il prit son dictionnaire et chercha le mot adéquat avant de le montrer à Daneel pour qu’elle puisse comprendre et lui donner la bonne prononciation.

« Balade (nm féminin ; se balader) est un dérivé du verbe se balader qui lui aussi s’écrit avec un seul l - terme familier - Promenade, sortie, randonnée ou se promener, flâner - Spaziergang - Spazierfahrt »

Alors qu’il souriait de pouvoir enfin discuter avec quelqu’un, bien que trop compliqué à comprendre parfois, un coup de feu se fit entendre à l'intérieur du hangar ainsi que des cris. Quelque chose n’allait pas et Emmett complètement figé, observer la porte ouverte de l’immense masse métallique avant de reposer ses yeux sur la jeune femme et demanda :

« Warum? »
Spoiler:
 

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 446

Date d'inscription : 01/12/2013



MessageSujet: Re: And I see fire, blood in the breeze   Ven 15 Aoû - 13:18

Daneel prit peur quand elle remarqua qu'elle avait frappé cette brute sans vraiment s'en rendre compte. Le coup était parti tout seule et heureusement pour elle, elle n'avait pas frappé très fort, ce qui faisait que des dents et du sang avaient volé en tous sens, mais elle pouvait encore espérer ne pas l'avoir tué. Oh, et puis tant pis, ce ne serait pas le premier de toute façon et il n'avait qu'à être plus civilisé, elle avait d'emblée annoncé la couleur lorsqu'elle les avait rejoint, elle ne laisserait personne l'approcher, elle ne voyait pas pourquoi elle aurait changé d'avis en cours de route. Bref, tout ça pour dire qu'il fallait absolument qu'elle aille de l'avant plutôt que de ressasser ce moment. Pour l'instant, il lui fallait se focaliser sur où mettre Emmett à l'abri. A l'extérieur de ce hangar, pour commencer, et puis après, elle verrait bien. C'est ainsi qu'ils sortirent et que le jeune homme sembla enfin comprendre ce qu'elle lui avait dit un peu plus tôt. Grâce à son fidèle dictionnaire qu'il lui montra en attendant très visiblement quelque chose. Aussi se pencha-t-elle pour mieux lire.

    « Oui c'est ça, on va se ba-la-der ! Tout ira bien maintenant, il n'y a pas de raison. »


Du moins l'espérait-elle car en dehors du hangar, il y avait les zombies et les autres survivants qui n'étaient pas forcément mieux que ceux qu'ils venaient de quitter. Mais si, enfin, quelle idée ! Tout était mieux que cette bande de cinglés. Des coups de feu retentirent alors, en provenance de l'intérieur. Oh, eh bien ce n'était qu'une question de temps après tout et on ne pouvait pas dire que ça la surprenait vraiment. La jeune femme était d'avis qu'il valait mieux mettre le plus de distance possible entre eux et ce hangar de l'horreur mais Emmett lui posa alors ce qui semblait être une question dans sa langue natale. Etait-il en train de lui demander où est-ce qu'ils allaient ? Très franchement, c'est à ça que ça rassemblait, mais dans le doute, elle préféra lui désigner son dictionnaire du doigt avant de le saisir et de chercher la traduction de ce seul et unique mot. Ce n'est qu'après avoir feuilleté presque l'entièreté du bouquin qu'elle trouva ce qu'elle cherchait.

    « Ah, pourquoi... »


Alors ça, c'était une sacrément bonne question et ça ne serait pas mal si elle trouvait une réponse pour elle-même, tout d'abord. Le hic, c'est qu'elle n'avait pas la moindre réponse à cela. Si encore elle avait pu entrer dans leur tête à tous, en supposant qu'il y ait véritablement un cerveau se cachant sous cette boîte crânienne, alors elle comprendrait pourquoi ils étaient bizarres à ce point. Mais elle n'était pas médium, ni télépathe, ça lui était donc impossible. L'ex-Amish devait se contenter de cette sensation de malaise qu'elle avait sentie à la minute où elle les avait rencontré pour la toute première fois. Cela étant dit, Emmett attendait une réponse, lui, aussi peu fiable soit-elle. Daneel haussa alors les épaules, en rivant ses yeux aux siens, puis elle pointa son index sur sa tempe et le fit tourner. Dans sa langue comme dans celle du jeune homme, ça devait sans doute vouloir dire la même chose.

    « Il y a quelque chose qui ne va pas chez eux, comment on dit dans ta langue ? »


Une fois de plus, la jeune femme feuilleta frénétiquement les pages du dictionnaire, et dans ce sens-là, c'était encore plus compliqué de s'y retrouver que dans l'autre. Encore heureux qu'elle n'était pas l'une de ces écervelée que l'on voyait à la télé et qu'elle avait côtoyé tout un temps, alors qu'elle travaillait avec elles. Dans ce cas, elle aurait donné raison à tous ces gens qui prenaient ces pétasses issues de la télé-réalité pour des idiotes finies. Mais elle devait être l'exception qui confirme la règle, du moins c'est ce qu'elle aimait à croire. Et puis elle trouva finalement la bonne page.

    « Ah voilà, verruckt ! Ces gens-là sont verruckt ! Allez viens, il vaut mieux qu'on s'éloigne un tout petit peu avant que l'un d'eux ne sorte de là en feu par la même chemin que nous. »


Cette fois encore, elle savait bien qu'il ne comprendrait pas tout ce qu'elle venait de dire mais tant pis, ça la rassurait un peu de parler à elle. Elle lui rendit son dico et lui reprit la main, partant dans une direction, totalement au hasard, ils verraient bien sur quoi ils tomberaient.

✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤

body electric.
Many have tried to go into the night, cross over the line and come back alive but that's the price we payin' when we living on the other side. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 177

Date d'inscription : 31/07/2014



MessageSujet: Re: And I see fire, blood in the breeze   Sam 16 Aoû - 15:43

Daneel McLaren ∞ Emmett Lehnsherr
The sky's falling down
Il répéta ses mots avec son air d'enfant.

« Se balader »

C’était étrange comme les mots de sa langue n’était pas du tout comme les siens. Il avait pourtant énormément vu la télévision en sous-titrés mais il n’avait jamais prêté attention à cette langue si différente de la sienne et maintenant qu’il baignait dedans il n’avait pas d’autre choix que de l’apprendre. Emmett n’avait pas compris pourquoi il y avait eu le coup de feu à l’intérieur mais Daneel lui mima la signification de cet acte avant de chercher dans le dictionnaire comment le dire dans sa langue. C’était assez comique sa façon de communiquer avec lui mais au moins elle, elle faisait des efforts pour lui parler et ça Emmett la remercierait indéfiniment. Elle se remit à parler et il ne comprit qu’un mot en Allemand qui signifiait “fou” puis elle continua avant de lui rendre son dictionnaire et de lui prendre la main.

Elle ne savait pas trop où aller mais elle l’emmena un peu plus loin. Ils arrivèrent sur un espace goudronné où il y avait de longue route en béton ce qui s’apparentait à une base aéronavale. Emmett avait été dans la marine durant 9 mois mais il en avait vu des endroits comme celui-ci dans son pays mais jamais sans avion et là il n’y en avait aucun. C’était étrange comme les herbes hautes autour du hangar faisait peur à Emmett. Ils arrivèrent devant un entrepôt, porte ouverte, le vent s’engouffrant bruyamment à l’intérieur. Emmett frissonnait parfois tant la brise était glaciale sur son cou.

Ils marchèrent encore une bonne dizaine de minutes avant d’atteindre une grande grille à moitié effondrée et sortirent ainsi de la base. Emmett se rappela alors son arrivée à la base aéronavale en Allemagne lors de son passage obligé à l’Armée. Tous les hommes majeurs y passaient et même avec sa maladie il avait dû s’y soumettre il avait pris le bus de l’armée quelques heures plus tôt et sa mère dans des adieux déchirants l’avait pour la première fois laissé sortir de la maison sans aucun accompagnant. Après des tests il avait finalement été reçu ç la marine et n’avait que servit de nettoyeur de latrines pendant 7 mois, les 2 mois précédents il avait suivit une formation aux tirs et aux combats comme tout un chacun.

Ils sortirent de la en enjambant maladroitement la grille et arrivèrent sur une route terreuse. Il regarda Daneel comme si tous les Ecossais connaissait entièrement leur pays dans le moindre recoin. Une fois qu’elle se décida à choisir entre la route de gauche ou celle de droite il se mit à réfléchir sur se qu’il pouvait bien lui dire. La barrière de la langue l’en empêchait pourtant. Il aurait aimé lui parler bien plus que ça mais il en était incapable.

« Je... Tu...faire maison?  »

Par “faire maison” il entendait trouver de quoi se loger pour la nuit mais dans un tel endroit, au milieu de nulle part, il serait difficile de s’abriter pour la nuit. Emmett savait que dans ce genre d’endroit il devait y avoir un terrain pour larguer des bombes, l’entrainement et par conséquent un bâtiment pour entrainer les militaires au débarquement dans un endroit clos. Mais ça pouvait être n’importe où sur un terrain d’au moins 3 hectares il n’y avait qu’à avoir de la chance et tomber dessus. Alors qu’Emmett commençait à faire des hypothèses sur les endroits possibles pour trouver de quoi se nourrir et où dormir un zombie s’approcha un peu trop prés de Daneel. Il se mit à courir vers la jeune femme, lui tira le bras et donna un coup de poing dans le crâne du monstre. Il n’avait pas imaginé le risque qu’il avait pris en mettant sa main si prés de la bouche de les bestiole mais par chance il n’avait pas été mordu. Il était là, la main sur le bras de Daneel en observant la bestiole en commençant à se rendre compte de se qu’il venait de faire : être un homme, qui sait se défendre.

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 446

Date d'inscription : 01/12/2013



MessageSujet: Re: And I see fire, blood in the breeze   Lun 18 Aoû - 20:24

Il leur fallut un bon moment avant de pouvoir sortir de cette fichue base. Quelle idée saugrenue que de se poser dans un hangar en plein cœur d'une base aéronavale dépourvue d'avions ? Dépourvue de tout, en réalité, c'était bien ça le problème. Il fallait parcourir des kilomètres avant de tomber sur une bestiole qu'il faudrait encore chasser ou une maison où ils pourraient éventuellement trouver de vieux biscuits secs, tellement vieux qu'ils en auraient perdu tout leur craquant, soit dit en passant. En supposant que l'habitation n'ait pas déjà été visitée, bien sûr, ce qui était de plus en plus rare, mine de rien. Pas l'ombre d'un zombie dans le coin, ça au moins, c'était une bonne chose. Pas qu'elle en ait peur. Pas plus que ça, en tout cas. Après plusieurs mois passés à étudier leur comportement, on remarquait bien qu'ils agissaient toujours de la même façon et toujours pour les mêmes raisons. A partir de là, il suffisait juste de ne pas se laisser déborder et tout se passait bien. D'autant plus qu'eux n'étaient pas armés jusqu'aux dents. Non vraiment, Daneel avait décrété depuis peu après le début de tout ce bordel que la vraie menace en ce monde, c'était les humains, et il en avait toujours été ainsi, bien entendu. Le plus grand des prédateurs.

La grille entourant la base n'était plus que l'ombre d'elle-même et ils n'eurent pas le moindre problème pour la franchir. Du moins pour sa part, car elle était moins maladroite et plus qu'Emmett, d'après ce qu'elle pouvait voir. Et voilà, pour la suite, Daneel préférait se fier à son instinct empruntant une direction plutôt qu'une autre. C'est qu'elle ne venait pas du tout d'Ecosse, elle, et qu'elle ne connaissait donc pas plus le pays qu'un étranger, ce qu'elle était, au demeurant. Elle avait bien une carte dans son sac à dos, mais elle ne voyait pas bien quelle utilité elle pourrait avoir en cet instant présent. Aller à droit ou à gauche, peu importait, l'essentiel c'était de s'éloigner de tout ce foutoir. Une chance que personne ne les ait suivi, soit dit en passant. S'ils venaient à se perdre, là la carte leur serait d'une plus grande utilité.
Tous deux avançaient en gardant le silence. Emmett ne savait pas quoi lui dire et elle non plus pour le coup. Ce n'était vraiment pas simple de voyager avec quelqu'un qui ne parle pas votre langue mais c'est comme ça et la jeune femme ne regrettait aucunement son choix. Bien au contraire, elle avait l'impression d'avoir fait sa BA, plutôt.

Et puis Emmett ouvrit la bouche et ce qui en sortit la fit beaucoup rire. L'ancienne Amish ne voulait pas se moquer, jamais, mais la façon dont cette phrase avait été tournée l'amusait beaucoup. Elle s'imagina tout à coup construire une maison de ses blanches mains, comme si elle en avait la force. Etant donné que le chemin qu'elle avait suivi s'enfonçait quelque peu dans les bois, ils auraient entreprendre de construire une cabane dans un arbre mais en dehors de ça...

    « Je sais pas bien ce que tu entends par là, mais non, je n'ai pas l'intention de faire une maison. Par contre, on devrait se dépêcher de regagner la civilisation ou de se trouver un endroit où dormir même si on a encore un peu de temps avant la tombée de la nuit. »


Afin de lui faire comprendre une partie de ce qu'elle venait de dire, la jeune femme tapota le cadran de sa montre. En général, et probablement dans toutes les langues, ça signifiait que le temps pressait et elle allait se remettre en route lorsqu'un zombie la prit au dépourvu. C'est Emmett qui la sauva en le tirant et en mettant un coup de poing au walker. Alors ça, c'était une approche pour le moins original de comment garder un zombie à distance. Daneel, à présent hors de danger, dégaina son colt et abattit la créature des enfers d'une seule balle. Emmett lui avait déjà fait son affaire, certes, mais il valait toujours mieux leur éclater la cervelle pour être sûr qu'ils ne se relèvent pas une fois de plus. Puis elle tapota à son tour le bras du jeune homme, après avoir rangé son arme encore fumante.

    « T'as de bons réflexes, mais faut pas approcher de la chair fraîche si près de leur bouche. »


Daneel claqua des mâchoires dans sa direction. Le genre d'habitudes qu'on prenait vite au contact du jeune allemand. Il fallait qu'ils se dépêchent, elle se remit donc à marcher et vit une sorte de toit au loin. Ça pouvait être n'importe quoi, un abri pour chasseur, un bâtiment en rapport avec la base, un ancien gîte, allez savoir. La jeune femme se stoppa alors et pointa le toit du doigt, histoire de s'assurer qu'il ne s'agissait pas là d'un mirage, sait-on jamais.

✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤

body electric.
Many have tried to go into the night, cross over the line and come back alive but that's the price we payin' when we living on the other side. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 177

Date d'inscription : 31/07/2014



MessageSujet: Re: And I see fire, blood in the breeze   Sam 23 Aoû - 17:10

Daneel McLaren ∞ Emmett Lehnsherr
The sky's falling down
Daneel lui parla deux fois et il n’en comprit que la moitié. C’était déjà pas mal pour un débutant comme lui en anglais. Il avait fait de gros efforts depuis quelques semaines au contact de ce groupe mais avec Daneel qui lui mimer les choses c’était encore plus simple. Il fallait donc se dépêcher de trouver un endroit où dormir. Une fois les explications terminées elle pointa du doigt quelque chose à l’horizon et Emmett leva les yeux vers ce point en face d’eux. C’était un toit, mais de quoi? Il n’en savait rien. Il leur faudrait surement quelques minutes de marches avant d’atteindre ce lieu et c’est se qu’ils firent.

Une fois devant ils se rendirent compte que ça faisait parti de cette base aéronavale qu’ils avaient quitté un peu plus tôt. C’était une de ces maisons, fenêtres et portes inexistantes. Les murs avaient reçu des projectiles, balles, explosion, tout pour apprendre aux jeunes soldats à tirer, entrer sans mourir dans un lieu dangereux. Emmett avait effectuer ce genre d’apprentissage mais il décida qu’il était bien trop compliqué à expliquer en mimant ou en cherchant dans son dictionnaire. Il préféra donc se taire.

Il était donc impossible de dormir ici, il n’y avait ni confort ni sécurité et le second était le plus important de tous. Emmett entra dans la salle complètement vide et en sortit avant de faire signe à sa camarade qu’il était impossible de dormir ici. Il mit ses lunettes rondes après avoir fouillé dans son sac. Il était fatigué et ne voyait plus très bien. Un de ses verres avait été fendu par une chute sur le dos qu’il n’expliquerai pas à Daneel de si tôt. Plus loin, à quelques kilomètres un ancien bunker qu’Emmett voyait grâce à un reflet. Il pointa du doigt pour montrer à sa partenaire que c’était par là bas qu’il fallait aller.

« Daneel, Daneel. »

Une fois fait ils allèrent en direction de cette grosse porte blindée. Elle était lourde et Emmett frappa lourdement dans celle-ci. Ca sonnait creux. Emmett ne se doutait pas de se qu’il venait de faire : un véritable appel. Mais le silence qui suivit son acte ne lui mit pas la puce à l’oreille. Il posa ses mains sur la poignée et tira la porte vers lui. Une masse informe de walker militaires surgirent, de leurs bras tendus, avancèrent vers eux. L’un d’eux agrippa le col de la veste d’Emmett et l’attira vers lui, sa mâchoire claquant au dessus de sa peau. Il le repoussa de toutes ses forces avant de tomber en avant sur lui. Il se releva et alla vers la jeune femme et sortit son couteau de son sac. Il ne savait pas vraiment quoi faire pour lui les monstres n’étaient pas si méchants ou bien ne se rendaient pas compte de la réalité. Emmett se sentait un peu comme eux, mais en cet instant il ne pensait absolument pas à ça. Il observa Daneel et l’imita. Il n’y avait plus que ça à faire ; choisir : mourir ou vivre.

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 446

Date d'inscription : 01/12/2013



MessageSujet: Re: And I see fire, blood in the breeze   Lun 25 Aoû - 17:14

Cette chose était donc une "maison" qui n'avait de maison que le nom, et encore, elle n'était pas du tout sûre que ça s'appelle ainsi. Une baraque, ça s'apparentait même plus à une cabane dans les bois, fin de l'histoire. Elle n'avait même pas de portes ni de fenêtres et elle était criblée de balles. Daneel ne s'y connaissait pas le moins du monde en trucs militaires mais quelque chose lui disait que ça devait faire partie de la base, sans doute que ça servait en quelques sortes d'exercices, même si elle avait du mal à voir quel genre d'exercices pour le moment. Elle laissa Emmett aller faire un tour à l'intérieur, montant la garde de son côté, des fois qu'il y aurait d'autres walkers dans les parages. Voilà qui ne serait pas des plus surprenants, ces créatures avaient la capacité de s'attirer entre elles, c'était bien connu. Ce ne fut pas le cas, et le jeune homme fit vite, elle eut tôt fait de le voir en ressortir bredouille. En même temps, vu l'état de cet édifice, ça aurait été bizarre d'y trouver quoi que ce soit d'intéressant. Ils ne pouvaient pas dormir là, il fallait donc trouver un autre refuge avant la tombée de la nuit.

Il semblerait que le jeune homme ait trouvé autre chose, c'est ce que l'ancienne Amish en conclut en l'entendant appeler son nom. Elle suivit son index des yeux et vit une sorte de bunker. Tiens donc, elle ne savait pas qu'il existait des bunkers en Ecosse et pourtant, elle s'était posée la question et avait cherché la réponse dans des tas de livres plus d'une fois. De prime abord, ça semblait être la planque parfaite, imprenable et contenant une certaine quantité de vivres non-négligeables. Un endroit conçu en cas d'apocalypse, en somme. Si ça ne tenait qu'à elle, Daneel y resterait même bien plus longtemps que ce qui était prévu, c'est-à-dire plus d'une nuit. Mais ça revenait à se terrer et attendre paisiblement la mort. D'autant qu'il devait y avoir d'autres personnes à l'intérieur, d'autres personnes qui avaient eu la bonne idée d'aller se cacher là-dedans pour échapper aux zombies. La jeune femme pensait à tout ça tout en marchant droit sur le bunker en compagnie d'Emmett qui, une fois devant la porte blindée, se mit à frapper dessus. Si elle imaginé qu'il ferait ça, elle l'en aurait empêché mais malheureusement pour elle, elle n'était pas devin. Et quand le jeune homme ouvrit la porte, c'est une véritable nuée de zombies-militaires qui fondit sur eux.

Ça grouillait de tous côtés et Daneel détestait ça. Elle savait, par expérience, que c'était dans cette situation là en particulier que les walkers devenaient dangereux, lorsqu'ils avaient l'avantage du nombre. La jeune femme dégaina alors son Colt, tenant son marteau de l'autre main et bien qu'elle soit moins adroite de la main gauche, elle parvenait tout de même à aplatir quelques crânes comme il faut. Puis elle tirait dans le tas, visant le côté opposé à Emmett pour être sûre de ne pas le descendre d'une balle perdue.
Au bout d'un bon quart d'heure, ils vinrent à bout de la masse grouillante et elle était tellement sale de tous ces bouts de cervelle et de ce liquide grisâtre qui remplaçait le sang courant dans les veines des zombies qu'elle ne savait même pas si elle avait été mordue ou griffées dans la bataille. Elle se tourna vers Emmett, pour voir comment il s'en sortait de son côté. A priori il allait bien, mais il était tout aussi sale qu'elle alors c'était difficile à dire.

    « Ça va ? »


Enfin une phrase qu'elle ne devrait pas mimer car dans c'était toujours la première phrase que l'on vous apprenait dans toutes les langues. Ou peut-être la deuxième après "je m'appelle machin", enfin bref, quelle importance ? Daneel était d'avis de jeter les corps dehors les uns après les autres et de passer la nuit à l'intérieur mais si ça ne plaisait pas au jeune homme, elle ne le forcerait pas et ils repartiraient à la recherche d'un autre abri.

✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤

body electric.
Many have tried to go into the night, cross over the line and come back alive but that's the price we payin' when we living on the other side. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 177

Date d'inscription : 31/07/2014



MessageSujet: Re: And I see fire, blood in the breeze   Mar 9 Sep - 19:40

Daneel McLaren ∞ Emmett Lehnsherr
The sky's falling down
Une fois la zone nettoyée Emmett se rendit compte qu’il était complètement sale : sa veste, son T-shirt, son pantalon ainsi que son visage et ses mains étaient recouverts de cette substance qui giclait parfois des walkers. Emmett se tourna vers Daneel qui l’observait elle aussi. Elle lui demanda quelque chose mais il avait compris le sens.

« Ja... Oui. Daneel? »

Il imita le geste pour dire “et toi” sachant qu’il était incapable de reformuler une phrase dont il n’avait pas compris la composition. Elle était gentille et forte et il espérait qu’elle ne s’était pas fait mordre par ces choses qui, comme tout le monde le sait depuis, se faire mordre était la fin d’une vie humaine. Lui, après vérification ne s’était pas fait mordillé. C’était une bonne nouvelle. Il sortit son mouchoir et l’imbiba d’eau et se le passa sur le visage puis le nettoya avant de le tendre à Daneel pour qu’elle puisse faire de même. Une fois propre il était temps de pousser les corps et de se mettre à l’abri pour la nuit. Emmett comptait rester avec elle c’est pourquoi sans plus attendre il tira les corps inerte près de la porte pour les mettre plus loin en tas. Ca leur pris un bon moment pour évacuer tous les morts pour avoir une zone d’accès plus praticable. Une fois fait ils entrèrent à l’intérieur. Ce n’était pas bien grand et il y avait de quoi faire de la lumière : des bougies un peu partout. Emmett sortit son briquet et en alluma une avant de la montrer tout fier de se qu’il venait de faire à Daneel.

La pièce était assez spacieuse mais complètement sale dû au nombre de zombies qui y était resté. L’odeur était intenable mais il ne fallait faire le difficile car ils n’avaient pas d’autres solutions. il y avait des lits de camps un peu partout et des boites de conserves encore mangeable. Emmett en prit une et observa la date limite de consommation avant de la poser sur une table qu’il remit en place. Il fit de même pour toutes les autres qui étaient comestibles.

« Miam Miam?  »

Il ne savait strictement pas comment dire le mot manger alors au lieu de chercher dans son dictionnaire il fit le son et mima le geste à Daneel pour savoir si elle avait faim. Ca devait être comique pour les autres mais pour lui ça restait un moyen de communication comme un autre. Son ventre se mit à grogner, avec le camp qu’ils avaient fui, la faim avait fait son nid et petit à petit plus personne n’avait de quoi se nourrir. Cette mine de conserve était une chance pour eux de retrouver des forces. Il voulait remercier la jeune femme pour sa protection, sa gentillesse c'est pourquoi il lui montra les boites de conserves avec fierté. Emmett n’était pas quelqu’un de méfiant ni même de voleur, il n’aurait pas gardé tout ça pour lui et comptait bien partager, même à lui laisser plus puisqu’elle semblait bien plus maigre que lui.

Il avait disposé les bougies de sorte à se que toute la pièce puisse être vu même dans les coins. La table au milieu et des couvertures en veux-tu en voilà pour faire des chaises confortables.

« Tiens.  »

Il lui tendit une boite ouverte pour qu’elle mange et puisse se reposer. C’était le moins qu’il puisse faire en attendant que la nuit tombe et que le jour se lève.

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 446

Date d'inscription : 01/12/2013



MessageSujet: Re: And I see fire, blood in the breeze   Jeu 11 Sep - 17:09

Ce qu'il faisait s'apparentait un peu à du nettoyage et il en fallait bien lorsque l'on avait l'intention de camper. Daneel avait un jour fait du camping "sauvage" quand elle faisait cette télé-réalité et avant de commencer à monter la tente, il avait fallu nettoyer un peu le terrain, au préalable. Là c'était pareil, à peu de choses près, vraiment, la tente en question était un bunker et les quelques cailloux qu'il fallait déblayer, des zombies. Mais mieux valait voir les choses sous cet angle, c'est quand même un tout petit peu plus amusant ainsi. Bref, à deux, cela fut vite fait et c'était tant mieux car, même si ça ne la dérangeait pas outre mesure d’occire quelques zombies mais ces saletés étaient tout de même bien juteuses, et Emmett comme elle étaient couverts des pieds à la tête de cette substance grisâtre propre aux morts-vivants. Pas vraiment du sang, pas vraiment du pus mais toujours aussi dégoûtant et puant que l'un ou l'autre. Serait-ce vraiment trop demander de trouver de quoi se débarbouiller un minimum à l'intérieur ? La jeune femme s'interdit de rêver à ce sujet, passer rapidement en revue les endroits qui la faisaient souffrir afin de s'assurer qu'elle n'avait pas été mordue ni griffée mais non, tout allait bien, elle n'aurait que des ecchymoses. Elle répondit d'un hochement de tête agrémenté d'un sourire et donna un coup de main au jeune homme pour débarrasser l'entrée, ainsi que le reste du bunker.

Ils pourraient dormir là cette nuit, ce qui était un soulagement. Avant de rejoindre ce groupe de cinglés, elle passait ses nuits dehors et c'était franchement le pire. Passer ses nuits dehors par tous les temps avec la crainte d'une horde de walkers approchante, c'était tout sauf reposant, d'autant que vous vous réveilliez le lendemain tout cassé parce qu'il fallait, la plupart du temps, dormir à même le sol. Un bunker n'était pas le meilleur des endroits où passer la nuit, mais il y avait des couchettes et même des boîtes de conserve, alors Daneel ne ferait pas la difficile. De toute façon, loin d'elle cette idée, elle avait été habituée à bien pire. L'ancienne Amish s'avança dans cet abri militaire et inspecta la moindre centimètre carré. Rien à signaler. Une fois qu'ils auraient fermé la porte, ils auraient enfin une certaine tranquillité. Pendant ce temps-là, Emmett inspectait les conserves, quant à lui. Peut-être était-il affamé, ils semblaient tous l'être alors que la petite constitution de Daneel lui permettait de rester plusieurs jours sans manger autre chose qu'une ou deux baies par jour. Bien sûr, elle avait maigri, même beaucoup - enfin tout est relatif, compte tenu de sa minceur naturelle -, mais elle ne s'en sortait pas si mal que ça, en fin de compte.

Le jeune homme lui tendit soudain la boîte qu'il venait tout juste d'ouvrir. Daneel y jeta un œil prudent comme s'il s'était agi de quelque explosif que ce soit, menaçant d'exploser d'un instant à l'autre. Des petits pois. Elle releva la tête vers Emmett, son sourire s'élargissant, puis elle s'empara de la boîte et picora quelques petits pois. Ensuite, la demoiselle s'installa sur l'une des couchettes et sortit quelques baies d'une des poches de son sac. Quel mélange intéressant... mais à ce sujet-là non plus, il ne fallait pas faire le difficile et faire avec ce que l'on a.

    « T'en veux ? » demanda-t-elle après avoir partagé ses baies en deux et en lui en tendant une.


C'est maintenant que ça allait devenir marrant. Ils allaient passer la soirée ensemble, dans cet endroit où ne passait pas le moindre bruit et Daneel n'avait pas sommeil. Elle était fatiguée, oui, mais elle savait d'avance que le sommeil ne viendrait pas. Certes, elle avait bien son livre dans son sac, mais elle ne trouvait pas ça très poli de lire sous le nez d'Emmett. Or le problème était bien de converser avec lui. Cela dit, peut-être qu'à force, elle passerait pro dans l'art de la langue des signes. C'est alors qu'en laissant traîner son regard sur les étagères, elle avisa un jeu de cartes. Ils jouaient au poker, autrefois, peut-être qu'Emmett savait aussi ou à autre chose, et peut-être qu'il pourrait lui apprendre. Ça serait compliqué mais pas impossible.

    « Tu sais jouer au poker ? »


Fallait-il vraiment qu'elle mime ça ? Parce que ça aussi, c'était compliqué, tout de même.

✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤

body electric.
Many have tried to go into the night, cross over the line and come back alive but that's the price we payin' when we living on the other side. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 177

Date d'inscription : 31/07/2014



MessageSujet: Re: And I see fire, blood in the breeze   Ven 12 Sep - 20:41

Daneel McLaren ∞ Emmett Lehnsherr
The sky's falling down
Daneel avait récupéré la boite de conserve et ce fut comme une victoire pour Emmett qui se mit à sourire. Elle en mangea quelques uns comme pour les économiser puis elle alla s'installer sur une couchette et proposa à Emmett quelques baies qu’elle sépara en deux. Il n’en avait jamais mangé et c’est avec un air interrogateur qu’il en prit une pour gouter. Avec sa mère et sa maladie il lui était difficile de sortir des sentier battu c’est pourquoi il n’avait jamais gouté à des repas exceptionnels. C’était toujours très normal et pour lui manger des baies relever de la magie. C’était bon.

Il s’assit en face d’elle, en prenant soin de prendre une chaise un peu plus loin. Emmett n’avait jamais passé de soirée seul avec une fille, sa mère l’avait sur-protégé et par conséquent il n’y avait jamais personne à la maison et il ne pouvait pas sortir tout seul. A son âge, alors que les hommes avaient déjà tous eu une expérience avec une femme lui n’en avait même pas eu une. Bien évidemment Emmett n’avait aucune idée derrière la tête, pour lui Daneel était juste une gentille fille qui était là pour lui. Elle le coupa dans sa pensée en lui demandant quelque chose en rapport avec le poker. Il connaissait vaguement les règles mais n’y avait jamais joué. Il secoua la tête de haut en bas et ajouta comme pour lui faire comprendre qu’il avait reconnu ce mot :

« Ja... Ja... Poker. Mais pas jouer savoir.  »

Ca allait être compliqué pour elle de lui expliquer les règles de ce jeu qui dans les films donnaient aux hommes une certaine prestance. Il aurait aimé être comme eux et non pas un gars qu’on considérait anormal. Il aurait voulu avoir cette classe américaine qui avait un charme indéniable. Malheureusement il était né Allemand et était loin d’être tout cela. Il se mit à regarder les cartes en question. Il n’était pas très doué pour la concentration là était son plus gros problème. Il avait énormément de mal à apprendre quelque chose tant sa maladie ne l’aidait en rien. Emmett savait qu’il allait être attentif cinq minutes puis allait se mettre à regarder autre chose en abandonnant le poker sans rien dire. Et la barrière de la langue allait dur à passer, lui qui allait devoir traduire les mots de Daneel avec son dictionnaire et pendant une partie cela ne serait pas de tout repos.

Bon ils n’avaient pas de jeton, mais ça allait être drôle de miser des conserves ou les baies de Daneel. Il connaissait vaguement les règles et les mots c’est à dire qu’il savait ce qu’était une paire, une double paire, une suite ou une quinte un full, un carré et surtout la quinte flush. C’était basique mais assez pour commencer.

« Je... connais le règle pour poker.  » Ajouta-t-il en faisant un signe signalant que c’était une connaissance bancale.

Il connaissait aussi le principe des enchères dans le jeu ; miser, relancer, suivre ou égaliser et passer. Bien évidemment ça dépendait aussi du type de poker qu’elle voulait faire et là il n’était pas du tout au point. Il ne connaissait qu’un seul type de poker et c’était déjà bien. C’était à force de voir des films qu’il avait appris les mots et rapidement les règles mais un tel jeu, qui prend tellement de temps, Emmett ne pouvait rester concentrer.

« Et toi?  »

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 446

Date d'inscription : 01/12/2013



MessageSujet: Re: And I see fire, blood in the breeze   Dim 14 Sep - 15:18

Le poker, Daneel avait appris à y jouer quand ils tournaient son émission de télé-réalité. Ce n'était en aucun cas pour se vanter mais quand les gars qui y participaient avaient vu le morceau, ils avaient tout mis en oeuvre pour la déshabiller. Que ce soit au moyen de bains de minuit ou de strip poker. Oui parce que bon, pour eux, lorsqu'on parlait de poker, il ne pouvait s'agir que de strip poker. Mais ce n'était pas de bol pour eux, elle avait toujours assez de chance pour ne pas finir à poil. Pas de strip poker, là, en l'occurrence. De toute façon, la demoiselle était quelque peu pudique et avait toujours eu du mal, d'un point de vue moral, à se déshabiller devant la caméra, mais d'un autre côté, elle avait été parfois payée pour aussi. Soit, pas toute seule, ou plutôt en tête à tête avec Emmett, ça non. Par contre, un poker normal, pourquoi pas ? Enfin, c'est ce qu'elle pensait jusqu'à ce que le jeune homme lui annonce qu'il connaissait mais qu'il ne savait pas y jouer. Bon, les règles étaient bien trop complexes à expliquer, surtout s'il fallait les mimer, alors tant pis, la question ne se posait même plus.

Puis finalement, Emmett rectifia le tir en déclarant qu'il connaissait les règles en fait. Bon, eh bien voilà qui changeait toute la donne. Ce qui était parfait, car Daneel ne connaissait pas d'autres jeux de cartes, or, il n'y avait que ça dans ce bunker. Si encore il y avait pu y avoir un monopoly, ou mieux, un cluedo de voyage, ça aurait été parfait, mais il ne fallait malheureusement pas compter là-dessus. Bien alors, quel était le problème, s'il connaissait effectivement les règles ? Même s'il ne les connaissait pas sur le bout des doigts, comme il venait de le préciser d'un geste vague, ce n'était pas bien grave. Il lui manquait peut-être la mise en pratique et justement, c'était le moment où jamais, non ? Puis ça leur ferait une occupation, au lieu de se regarder dans le blanc des yeux sans savoir quoi dire. Pour combler le silence, il y avait bien un mini-poste radio posé sur une étagère, mais elle était sûre et certaine qu'il ne fonctionnait plus. A moins que ces illuminés fous de Dieu aient réussi à prendre le contrôle des ondes. Il y en avait des tas, par chez elle, et ça ne l'étonnerait même pas, en fin de compte. Raison de plus de ne même pas essayer.

    « On a qu'à essayer, pour passer le temps, on verra bien ! »


Elle lui adressa un grand sourire et tapota la place juste à côté d'elle sur la couchette pour qu'il vienne s'y asseoir. Puis elle commença à distribuer les cartes. C'est alors qu'ils pouvaient commencer à jouer que l'on frappa à la porte du bunker. Ça c'était louche, ce n'était pas exactement ce qu'ils venaient de faire ? Si des gens voulaient ce bunker, il allait falloir batailler ferme parce que c'était eux qui venaient de faire le ménage, alors ça ne serait pas juste ! Si c'était des évadés de leur groupe qui les avaient suivis, alors ils pouvaient tout aussi bien aller se faire foutre, ils ne les avaient pas fui pour les retrouver à peine une heure plus tard, ces dingues. Daneel tourna le regard vers Emmett, pas sûre de s'ils devaient aller ouvrir ou non. Elle lui laisserait prendre la décision finale alors que c'était tout sauf malin de sa part, en fait, elle avait bien eu le temps de remarquer que le jeune homme ne réfléchissait pas de la même façon que le commun des mortels. Mais elle se disait que s'il sautillait jusqu'à la porte pour aller accueillir les invités, elle pourrait toujours l'en empêcher à temps.

✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤

body electric.
Many have tried to go into the night, cross over the line and come back alive but that's the price we payin' when we living on the other side. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 177

Date d'inscription : 31/07/2014



MessageSujet: Re: And I see fire, blood in the breeze   Lun 15 Sep - 17:56

Daneel McLaren ∞ Emmett Lehnsherr
The sky's falling down
Quand Daneel lui parla une nouvelle fois, Emmett n’avait strictement rien compris. Un air d’incompréhension et totalement stupide se dessina sur son visage. Mais il renvoya un sourire, comme toujours quand elle en faisait de même. Elle désigna sa couchette en la tapotant pour lui dire de se rapprocher, ce qu’il fit. Il se leva et s’assit donc à côté d’elle en attendant qu’elle distribue les cartes. Sur le revers de la carte des femmes seins nus. Il inspecta ça avec de gros yeux puis se mit à rougir. Il regarda Daneel avec un regard où l’on pouvait nettement lire son incompréhension. Il se calma rapidement en retournant ses cartes pour ne plus voir une telle image. Néanmoins quand il vit les cartes levés de Daneel, les femmes qui le regardaient encore et encore il se mit à rougir une nouvelle fois et ne cessa plus de regarder ses cartes à lui et se qu’il fallait qu’il mise.

Une fois fait ils allaient enfin commencer la partie quand un bruit sourd se fit entendre. Ca venait de l’extérieur ; quelqu’un frappait à la porte. Emmett sursauta les cartes en main et détourna le regard vers la porte en question. Il regarda une nouvelle fois Daneel afin de comprendre se qu’il fallait faire. Puis soudain ce fut comme une évidence ; c’était sa mère qui l’avait retrouvé et qui était venu le chercher, enfin. Il se leva, posa les cartes à côté de son amie et alla vers la porte. Il était surexcité et avait un large sourire. Il se recoiffa rapidement pour faire bonne impression à celle qui l’avait élevé. Il en était persuadé, c’était bien elle. Elle allait revenir, elle lui avait écris sur un morceau de papier alors elle avait tenu sa promesse.

« Mein Mutter ! »

Il posa la main sur l’immense manette qui actionnait l’ouverture de la porte et elle s’ouvrit. Un bruit se fit entendre mais il n’eut le temps de réagir. Il fut éjecté un peu plus loin et il prit sur lui une pile de couverture venant de l’étagère que la porte. Emmett s’était pris la tête contre une barre de fer et il s’était ouvert un peu le front. Du sang coula lentement le long de son visage. Il ne comprit pas tout de suite ce qu’il venait d’arriver. Il entendait juste des voix, un cris, un coup de feu. Trois hommes étaient rentrés. Impossible de savoir comment ils avaient fait, du moins pour Adam mais l’énorme bruit qu’il avait entendu pouvait expliquer une explosion. Voilà pourquoi il avait été éjecté un peu plus loin. Mais pourquoi ces personnes avaient-elles fais ça? Détruire un abris alors qu’il était possible de cohabiter. Quand Emmett reprit peu à peu conscience de se qu’il entourait, les oreilles ne sifflant plus, il regarda s’il n’avait pas été plus blessé. Il avait mal à la tête et ne voyait que du flou. Il chercha ses lunettes qu’il avait posé un peu plus tôt dans son sac. Impossible de savoir où il se trouvait, seules les voix indistinctes lui prouvait qu’il y avait bien de l’action.

« Daneel? Daneel?  »

Souffla-t-il en se prenant la tête dans les mains. Il avait mal et le contre-coup du choc se faisait sentir. Sa nuque lui faisait souffrir. Il se releva doucement tout en faisant tomber au passage le reste de l’étagère, se frotta les yeux et vit deux hommes armés.

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 446

Date d'inscription : 01/12/2013



MessageSujet: Re: And I see fire, blood in the breeze   Mer 17 Sep - 14:16

Dès l’instant où Emmett s’était levé pour aller ouvrir la porte, Daneel avait dégainé son Colt. Si ce n’était pas la personne à laquelle il croyait, alors elle serait bien reçue. Mais rien ne l’avait préparée à ce qui suivit. Il y eut une explosion et la jeune femme fut projetée contre le mur. Une chance qu’elle n’ait pas pressé la détente sinon, ça aurait été un beau bordel. Il lui fallut quelques secondes pour se remettre de ses émotions et vérifier si le jeune homme allait bien. Il en avait tout l’air, quant à elle, elle était toujours bien cramponnée à son arme et avait carrément l’intention de s’en servir. D’abord parce qu’on ne forçait pas les gens de la sorte, ensuite parce que… parce qu’on ne forçait pas les gens de la sorte était une très bonne raison, point final. L’ancienne Amish se releva, ignora temporairement les appels d’Emmett, pointa le canon de son arme sur l’un des deux intrus, ne pouvant malheureusement viser les deux en même temps et tira. Le mec qu’elle avait en joue n’eut pas le temps de la voir venir et s’écrasa au sol de la façon la plus lamentable qui soit. Mais l’autre avait eu tout le loisir de la voir venir, et il se fit même un plaisir de lui loger une balle dans le bras.

C’était purement et simplement une déclaration de guerre, ça. Daneel sortit son marteau et se rua vers lui alors que le gars était trop surpris pour viser juste. Comme à certains zombies de tout à l’heure, elle lui défonça gaiement la boîte crânienne avant de reporter son attention sur son compagnon d’infortune. Il avait l’air sonné mais pas blessé, ce qui était sans doute une bonne chose. Elle par contre, elle ne pouvait que croiser les doigts pour que la balle ait traversé, sinon, il faudrait l’opérer. Quoique l’on pouvait très bien vivre avec une balle dans l’organisme, surtout si elle s’était fichée dans la graisse ou dans un muscle du bras, à la rigueur, mais elle ne voulait en aucun cas vivre avec un corps étranger dans le sien, alors oui, ça serait l’opération. Et probablement qu’elle devrait opérer car elle ne savait pas le moins du monde si elle pourrait compter sur Emmett dans une situation pareille. Mais peut-être y avait-il une étape avant, pour stopper ou au moins diminuer l’hémorragie. Elle qui avait aidé à abattre des Amish quand ils se faisaient défoncer la cage thoracique pour leur carriole ne savait pas trop.

    « Ça va, toi ? » demanda-t-elle dans un souffle.


C’est qu’elle commençait à voir de petites étoiles et à entendre des trompettes, mine de rien. Ca serait quand même glauque qu’elle meurt dans un bunker qui faisait également office de mausolée. Certes, c’était le bon endroit pour ça quand on prenait le temps de compter le nombre de morts qui y avaient été enfermés, mais elle trouvait ça glauque. Puis elle était une fille de la terre et elle préférait être un contact direct avec celle-ci quand le moment serait venu. Mais allez donc dire ça à Emmett, si c’était à lui de l’enterrer. La jeune femme ricana ironiquement avant de se traîner vers la couchette qu’elle occupait tout à l’heure. Ou du moins elle essaya, car ses jambes flanchèrent et finirent même par se dérober sous elle. Que ça vienne de l’hémorragie, de l’effort fourni, de ses carences multiples ou d’elle ne savait quoi encore, peu importait, toujours est-il que je le résultat était le même et qu’elle était à deux doigts de perdre connaissance, étendue sur le sol de ce vieux bunker poussiéreux et malodorant. C’était triste, tout de même, aussi osait-elle espérer qu’Emmett serait d’un quelconque secours et que sa dernière heure n’était pas encore venue. Et puis d’ailleurs, ça allait déjà un peu mieux depuis qu’elle était allongée par terre. Sans doute était-ce une question de tension plus que d’hémorragie.

✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤

body electric.
Many have tried to go into the night, cross over the line and come back alive but that's the price we payin' when we living on the other side. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 177

Date d'inscription : 31/07/2014



MessageSujet: Re: And I see fire, blood in the breeze   Sam 20 Sep - 9:51

Daneel McLaren ∞ Emmett Lehnsherr
The sky's falling down
Il avait du mal à s’en remettre et quand il leva les yeux pour y voir plus clair c’était déjà fini. Il y avait deux hommes à terre et Daneel qui s’était approché de lui et qui lui demandait si ça allait. Il fit un bref mouvement de tête signe que oui, il aurait juste mal à la tête, au pire une cicatrice mais il en avait l’habitude. Emmett, depuis son enfance, avait toujours su se mettre dans des positions délicates comme par exemple attendre que son père passe avec le tracteur de la ferme voir si ça allait le chatouiller avec les lames qui tranchaient le blé comme dans du beurre. Heureusement, sa mère était intervenu avant que cela n’arrive. Il s’était toujours blessé pour un rien, juste par expérience. Maladroit et ayant le gout de la découverte n’avait rien d’un bon mélange. Il observa le bras de la jeune femme, ça saignait de partout et à peine eut-il le temps de se relever et d’aller voir la blessure de plus prés que la jeune femme s’était écroulé par terre.

Emmett se jeta sur elle, la porta et l’installa dans son lit. Il ne savait pas trop dire si oui ou non la jeune femme était consciente mais il fallait faire vite. Le sang, ça coulait bien trop vite et Emmett se mit à chercher de quoi arrêter ce flux. Une fois fait il devait voir si la chose qui avait causé cela avait traversé la peau de l’autre côté ou non. Ca lui rappela un souvenir avec sa mère : un samedi après midi, ils étaient sortis se balader et comme d’habitude Emmett jouait sur le rebord d’une route à deux doigt d’une pente menant directement dans la forêt. Quand il glissa sur une pierre, son corps tomba sur le côté et il chuta en faisant des roulades sur cette fameuse pente. A l’arrivée une atroce douleur au bras : une branche s’y était planté et l’avait traversé. Sa mère avait une grande délicatesse l’avait soigné et expliqué les manières de soigner une telle plaie. Avec sa cicatrice sur le bras il savait qu’il pourrait faire la même chose pour Daneel, elle qui l’avait aidé.

Malheureusement la chose qui avait provoqué ça était toujours à l’intérieur, il fallait donc l’enlever. Il fouilla dans son sac et chercha son couteau. Il devait tout désinfecter et donc trouver un briquet un truc dans le genre. Il chercha partout, à toute allure. Finalement en fouillant un de ces mecs, à terre, il en trouva un et brula le bout de la lame. Il planta doucement le bout de la lame dans la plaie de Daneel en espérant qu’elle n’ait pas trop mal. Finalement ça avait plutôt bien fonctionné, il retira très rapidement la... balle? Elle s’était donc tirée dessus.

Il prit une couverture et la déchira en deux pour essuyer le sang autour et posa la balle sur le côté. Il n’y avait plus qu’à recoudre mais Emmett n’avait ni fil, ni aiguille. La seule solution était de bruler la plaie mais ça allait la faire hurler, il le savait par expérience, juste un essaie pour voir si le feu brulait tout sur tout. Il nettoya la lame et la brula une deuxième fois juste avant de la poser sur la plaie en grimaçant. Une fois fait, que le sang ne coulait plus, il s’assit à terre et posa sa tête contre la main de Daneel, comme un chien qui attend que son maître aille mieux. Il pria alors pour que Daneel revienne à elle, qu’elle aille bien et qu’il n’ait pas aggravé son cas. Le sang sur les main il se releva, barricada la porte avec tous les meubles qu’il pouvait prendre. Il revint s’assoir à côté d’elle et attendit qu’elle se réveille.

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 446

Date d'inscription : 01/12/2013



MessageSujet: Re: And I see fire, blood in the breeze   Dim 21 Sep - 17:03

C'est dans une semi-conscience que Daneel vécut les minutes qui suivirent. Et en un sens, il valait mieux qu'il en soit ainsi car ça ne lui aurait certainement pas plu. Puis en même temps, il n'y avait pas tellement d'autre choix. Ce qui était drôle c'est que, dans le films, on vous fait croire que quand un truc pareil vous arrive, vous sentez littéralement la vie vous quitter mais en fait, pas du tout, ou Daneel ne le vivait pas comme ça, en tout cas. Elle savait que si elle se redressait, la pièce se mettrait à tourner mais c'était tout, c'est à peine si elle sentait le sang couler de la plaie alors qu'il était en train de saloper les draps de la couchette sur laquelle Emmett l'avait déposée. Peut-être était-ce une sorte de mécanisme de défense de son corps qui ne pouvait supporter une telle douleur et un tel état de faiblesse. Et encore, ce n'était rien comparé à ce qui l'attendait. Elle entendait bien Emmett chercher des trucs un peu partout dans le bunker et loin d'elle l'idée de l'en dissuader, s'il fallait vraiment qu'elle en passe par-là. Puis elle essayait de se convaincre que c'était pour son bien. Si personne ne faisait rien, l'hémorragie lui serait peut-être fatale.

Mais quand le jeune homme revint avec un couteau et un briquet, Daneel ne put s'empêcher de paniquer. Parce que bon, elle avait beau paraître invincible, elle ne l'était qu'en apparence, justement ! L'ancienne Amish eut tout juste le temps de penser que, maintenant, plus jamais elle ne sortirait sans antidouleurs puissants, qu'ils soient périmés ou non alors qu'Emmett chauffait la lame à blanc. Mon dieu, ce qu'elle allait douiller, elle le sentait venir d'ici mais c'était le seul moyen de stériliser la lame avant qu'elle n'entre en contact avec ses chairs. Et puis hop, ils y étaient, comme ça et c'était horrible, malgré toute la douceur dont Emmett pouvait faire preuve pour extraire la balle de sa plaie, on était quand même en train de tripatouiller dans une plaie fraîche. Elle se retint de hurler en se mordant la langue jusqu'au sang, était-ce une bonne idée, soit dit en passant, de trouver le moyen de perdre encore un peu plus de sang, elle n'en savait rien.

Et puis, comme il n'y avait pas de nécessaire à couture dans les parages, il fallait cautériser, maintenant. Haha quel programme folichon, puis ça allait à peine lui laisser une cicatrice, ça, elle qui avait une si jolie peau, si ce n'était pas triste, tout de même. Mais Daneel n'eut pas le temps de s'attarder sur cette pensée car Emmett fut plus rapide que l'éclair et ne lui demanda pas son avis, surtout, il planqua la lame pour refermer le trou causé par la balle et pouf, comme ça, total blackout, comme dans le jeu télévisé, oui, sauf qu'elle ne gagnerait rien, en l'occurrence, alors qu'elle le méritait, pourtant, elle avait été d'une bravoure exemplaire, sur ce coup-là. Et si jamais elle mourait là ? Ça se pourrait, non ? Ça serait bien pire que de se retrouver avec une cicatrice mais elle y songerait plus tard car pour l'heure, elle dormait. D'un sommeil sans rêves. Ou elle aurait préféré, sans doute, puisque dans son rêve, il y avait des monstres énormes sortis d'une brèche créée par le mouvement des plaques tectoniques situées au fond de l'océan Pacifique et elle devait fuir à la nage, elle qui n'était pas plus à l'aise dans l'eau que cela, oui, c'était un gros problème.

Dans tous les cas, c'était l'un de ces rêves où l'on sait qu'on rêve et la jeune femme se disait que, si c'était bel et bien son dernier et qu'elle mourrait d'ici peu, c'était tout de même très con comme cauchemar, elle ne rêvait de personne, si ce n'est de ces monstres, ça prouvait à quel point elle était solitaire et ce n'était sans doute pas une si bonne chose que cela. Peut-être qu'elle ferait un effort, si elle s'en sortait. Ou peut-être pas parce que bon, les gens étaient tous cinglés au-dehors, la preuve, c'était de leur faute si elle se retrouvait dans cet état. Puis elle songea aussi qu'il serait peut-être temps de se réveiller, pile au moment où le monstre la submergeait, ce qui créa un réveil en sursaut digne de ce nom. Il lui fallut quelques secondes pour retrouver ses esprits, se resituer dans l'espace, pas encore dans le temps, cela étant dit. Emmett était là, visiblement prostré, attendant sans doute qu'elle se réveille. Elle lui ébouriffa les cheveux pour le rassurer et le geste la fit grimacer de douleur. Elle ne savait pas combien de temps elle était restée dans les vapes mais ça lui demandait un peu trop d'efforts de poser la question, alors elle verrait bien plus tard.

✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤

body electric.
Many have tried to go into the night, cross over the line and come back alive but that's the price we payin' when we living on the other side. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 177

Date d'inscription : 31/07/2014



MessageSujet: Re: And I see fire, blood in the breeze   Mar 7 Oct - 18:13

Daneel McLaren ∞ Emmett Lehnsherr
The sky's falling down
Emmett était resté là à attendre le réveil de Daneel, sagement assis à côté d’elle. Il fixait le mur en face de lui, les meubles à terre, le bazar ambiant. Soudain elle se réveilla en sursaut. Il Ne bougea cependant pas, comme bloqué dans son monde. C’est quand elle lui ébouriffa le haut du crâne qu’il leva les yeux vers elle et se mit à sourire. Elle fit alors une grimace de douleur et Emmett se mit à sa hauteur pour l’observer. Tout semblait bien, il n’y avait plus qu’à attendre que la blessure se soigne d’elle même, de toute manière Emmett ne savait pas en faire plus.  

Il était rassuré. Déjà il n’avait plus à attendre et à ne plus s’inquiéter du sort de Daneel. Sans rien dire il alla chercher sa bouteille d’eau et l’amena doucement à la jeune femme. Elle avait peut-être soif. Il la lui tendit, attendant sa réponse.

« Toi boire? Toi faim?   »

Il se releva une nouvelle fois et alla chercher de quoi manger. Les baies qu’elle lui avait donné plus tôt, Emmett les lui amena. Il était prêt à tout lui donner, tout faire pour qu’elle aille mieux. Sa mère faisait toujours ça avec lui, elle faisait tout son possible pour que le malade aille mieux en acceptant toutes les demandes. Emmett avait une mère géniale, elle lui manquait. Il aurait voulu lui faire boire une boisson chaude mais il n’y avait pas de quoi faire.

« Tu veux quel...quel... que chose?   »

Emmett commençait à savoir faire quelques phrases sans son dictionnaire. Il avait peut-être compris le fonctionnement de l’anglais. Il inspecta la blessure de Daneel. Elle était plutôt belle et ne semblait pas s’infecter. Il avait agis au bon moment mais peut-être pas comme il le fallait.

« Moi... brû...  »

Il chercha dans le dictionnaire et chercha le mot adéquat :

« Cautériser ? Cautériser la plaie. Je... soigner toi.  »

Il ne cherchait pas à être remercier ni même être à se faire hurler dessus, mais il était normal qu’il lui dise se qu’il venait de faire. Emmett était comme ça et disait tout se qu’il avait fais.

« Tu peux vous lever?   »

Ils ne pouvaient pas rester au même endroit trop longtemps mais ça Emmett n'y réfléchissait même pas. Il voulait juste la remettre sur pied et pour lui ça passait par le fait de se lever. Le bruit allait attirer les rôdeurs, il fallait donc faire vite car la porte ne tiendrait pas longtemps.

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 446

Date d'inscription : 01/12/2013



MessageSujet: Re: And I see fire, blood in the breeze   Sam 11 Oct - 13:39

Réveillée mais pas tout à fait remise, Daneel avait la très désagréable impression qu'on venait de lui rouler dessus avec un bus. Elle se sentait vidée de toute son énergie et n'était pas très sûre de pouvoir tenir sur ses jambes s'il le fallait. Enfin oui, elle était une battante, elle en avait toujours été une, même étant plus jeune, alors oui, la jeune femme se faisait positivement confiance pour puiser dans ses ressources les plus profondes pour survivre encore un peu. Puis elle ne voyait pas comment ça pourrait mal se passer, avec un infirmier tel qu'Emmett. Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il prenait soin d'elle. Il lui demanda gentiment si elle avait faim ou soif et lui apporta les baies de tout à l'heure ainsi qu'un peu d'eau. Autant dire un vrai festin. Elle avait plus soif que faim mais elle se força tout de même avalée quelques baies. Celles-ci étant légèrement sucrées, elles lui firent plus de bien que ce qu'elle aurait cru et même si ce n'était pas encore la grande forme, la demoiselle se sentait déjà mieux. Elle le remercia d'un mouvement de tête après avoir avalé une gorgée d'eau, puis elle la secoua lorsqu'il lui demanda si elle voulait quelque chose d'autre. Ce qui était un mensonge éhonté, elle voulait des tas de trucs, à commencer par un frappuccino caramel bien frais, puis peut-être quelques chips, aussi, des tortillas, pour faire une entorse spectaculaire à son régime mais mieux valait ne pas trop rêver, ça faisait toujours mal de s'apercevoir que c'était impossible. Encore plus mal que sa blessure.

Et pourtant, elle était convaincue que si on l'avait fait une fois, on pourrait le faire, il suffisait d'apprendre à vivre avec les walkers et de remettre en marche les centrales électriques du pays. Rien de bien sorcier, en somme. Pour le lait qui servait à la préparation de frappuccino, il n'y avait qu'à traire une vache et puis c'était tout. Et ça, Daneel savait faire, autant que son passé d'Amish lui serve enfin à quelque chose parce que jusque-là, il ne lui avait pas été d'une grande utilité avant de se retrouver de nouveau à l'âge de pierre grâce à l'épidémie. Sinon, on peut dire que le choc avait été moins rude pour elle que pour la moitié des autres survivants lorsque le courant avait été coupé définitivement et qu'ils avaient dû soudain s'adapter et rapidement s'il vous plaît, sous peine de se faire bouffer plus vite que prévu. Et encore, la jeune femme s'estimait heureuse de se trouver dans ce pays bien merdique parce que le temps était tout de même un peu plus clément que dans le Maine. Pas tout le temps, certes, mais en plein hiver tout du moins, il faisait rarement moins que -8 degrés.

Soit, Emmett la sortit de ses pensées pour lui annoncer ce qu'il avait fait. Il avait cautériser la plaie, ce souvenir étant encore très vif dans son esprit la fit grimacer mais elle hocha tout de même la tête avec reconnaissance. Honnêtement, tout ce qui lui importait, c'était de ne pas avoir de cicatrices, elle ne tenait clairement pas à être défigurée, même si ça n'avait rien à voir avec son visage et que du coup, ce n'était pas le bon mot, elle ne pouvait dit en inventer un qui serait "décorpsisée" ou quelque chose dans ce goût-là. Tout ça pour dire qu'elle ne tenait pas à être balafrée à quelque endroit que ce soit. Et si elle était, autant que ça reste minime, non ? Daneel était de cet avis.

    « C'est gentil, t'as fait ça comme un pro, merci ! »


Elle n'était pas sûre qu'il comprenne le sens de "comme un pro" mais il comprendrait toujours bien l'essentiel de ce qu'elle venait de dire et c'était bien ça l'important.

    « Je suis restée inconsciente pendant un long moment ? » s'enquit-elle, espérant bien que non, ça serait vraiment nul de se rendre compte que la nuit était passée et qu'il fallait déjà repartir sur les routes alors qu'elle ne se sentait toujours pas tout à fait dans son assiette.


Au cas où le jeune homme n'aurait pas compris, elle mima l'action de dormir et puis tapota le cadran de sa montre. Puis elle réfléchit trente secondes à si elle avait la force de se lever ou non, et songea que oui, raison pour laquelle elle hocha la tête en réponse à cette question. Après, ce n'était jamais qu'une estimation approximative, peut-être qu'elle se gourait complètement, qu'elle serait prise de vertige dès l'instant où elle se serait levée et qu'elle irait de nouveau faire la bise au sol cimenté.

✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤ ✤

body electric.
Many have tried to go into the night, cross over the line and come back alive but that's the price we payin' when we living on the other side. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 177

Date d'inscription : 31/07/2014



MessageSujet: Re: And I see fire, blood in the breeze   Jeu 16 Oct - 17:58

Daneel McLaren ∞ Emmett Lehnsherr
The sky's falling down
Emmett se mit à sourire quand il entendit le mot pro. Elle le félicitait, il en était sûr. Il était content d’avoir réussi à faire tout ça, tout seul. Le mot “pro”, il l’avait compris son père l’utilisait souvent quand il parlait à son ami qui possédé la ferme à côté de chez eux. Il n’avait jamais réellement compris pourquoi mais il en connaissait la signification.

« Une... heure?  »

Ca avait duré un certain temps mais ce n’était pas non plus une éternité. Il posa sa main sur la sienne comme pour lui montrer qu’il la soutenait. Ca dépassait quand même un peu, Emmett de devoir aidé quelqu’un dans le besoin. Il n’avait jamais joué ce rôle. C’était a mère qui faisait ça pour lui.

« Toi, mieux? Ich... Je moi veiller sur toi.  »

Il resta à côté d’elle quelques minutes avant de se lever et d’aller prendre son sac et son paquet de cigarette. Il ne fumait pas souvent mais parfois il aimait bien s’en griller une. C’était depuis son arrivée en Ecosse qu’il avait ce paquet. Il sortit une cigarette avant de la porter à la bouche et de prendre son briquet. Gentiment il ne se rapprocha pas de la jeune femme de peu de la déranger avec la fumée. Il alla un peu plus loin d’elle et l’alluma. Il aimait cette sensation du mal rentrer dans ses veines et qui ressortait par ses narines. Il prit une bouffée et la recracha quelques secondes après.

Emmett se mit dos au mur après avoir prit sa bible. Il se posa alors une question fondamentale. Il fallait bien passer le temps, pour qu’elle puisse se rétablir. C’était important pour lui de la poser bien qu’il n’allait pas juger sur les croyances des uns et des autres.

« Toi être... ?  »

Il chercha alors dans son esprit et ses connaissances le mot “croyante”. Il se décolla du mur et alla chercher son dictionnaire. Il fouilla et chercha la signification. cela pris quelques minutes avant qu’il puisse enfin prononcer celui-ci :

« Croy... krohiente? Croyanteuh?  »

Son anglais n’était absolument pas parfait mais il faisait des efforts. Il imita alors Daneel avec en mimant le geste. Il mit son dictionnaire entre ses jambes, joignit ses mains et fit comme s’il priait.

« Toi me dire dès que tu vouloir lever.  »

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: And I see fire, blood in the breeze   

Revenir en haut Aller en bas
 

And I see fire, blood in the breeze

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» I see fire, blood in the breeze, and I hope that you'll remember me.
» And I see fire, blood in the breeze
» (blood in the breeze)
» Episode 8: Thicker than Blood & Deeper than Water.
» armée blood axe en construction

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-